IN ABU DHABI i am…

E.A.U. map

Aux confins de l’Orient, cette destination n’est pas un mirage. Abu Dhabi est devenue la destination phare de la région.

Les Emirats n’ont jamais fait parti de ma liste des endroits où je rêvais de poser le pied mais j’étais curieuse de ce que cet état récent (1958) avait à proposer.

Il y a bientôt 1 an, c’est sur cet état de la Péninsule Arabique que j’ai jeté mon dévolu. Pour deux raisons. La première c’est qu’il me fallait trouvé un lieu, une ville, un pays, où retrouver l’homme de ma vie qui venait, lui, de passer près de 2 mois en Iran. Ne pouvant pas l’y rejoindre pour cause de visa, j’avais alors opté pour l’autre rive du Golfe Persique. La seconde c’est que j’étais restée sur ma fin (ou ma faim) quand, pour quitter Oman depuis la péninsule du Musandam, j’avais pris mon vol retour pour Paris depuis Abu Dhabi sans prendre le temps de la découvrir.

Abu Dhabi, littéralement «père de la gazelle» est l’Émirat principal des Emirats Arabes Unis.  Il comprend à lui seul plus de 80% des E.A.U et que 6 autres Émirats se partage les 20% restant : Dubaï,  Ajman, Charjah, Fujaïrah, Ras el Khaïmah et Oumm al Qaïwaïn. Outre son pétrole, j’espérais y trouver une histoire et y retrouver le désert qui me manquait déjà tant. On s’aventure à la Source d’Al Ain, jusqu’au croissant formé par l’oasis de Liwa pour terminer au bord de la mer en espérant rejoindre la réserve insulaire de Bani Yas. Puis la caravane passe. On affronte de face les forts du passé qui refont surface avant de revenir regarder par en dessous le monumental Louvre sans oublier la grande mosquée du Sultan Sayed qui m’avait fait un clin d’oeil quelques mois auparavant, « reviens me voir ma jolie » m’avait-elle susurré. Je suppose qu’une prise de conscience patrimoniale et culturelles est en train d’opérer de la part de ces Bédouins devenus businessmen.

Départ immédiat pour le pays de l’or noir.

✈ Etihad pour Abu Dhabi en vol direct : à partir de 380€ A/R (7h de vol)

+ Louer un 4×4 (SUV) pour pratiquer sans crainte les routes proposées dans le guide ci-dessus, l’amour des grands espaces et l’envie de nuits sous les étoiles. 

www.rentalcars.com  372€ assurance incluse – kilométrage illimité – 9 jours complet

+ Se procurer le guide OFF ROAD comme pour Oman. Il comporte des itinéraires simples et des cartes « off road » détaillées superposées sur des images satellites. Les points GPS y sont indiqués et l’application sur mon iPhone m’a amplement suffit.

Website / visitabudhabi.ae

+ A lire avant, pendant ou après le voyage :

43°C en moyenne courant Mai

LET’S GET A VISA

Pas besoin de Visa pour les ressortissants français.



L’itinéraire a été le suivant : DUBAI* > AL AIN > LIWA > SIR BANI YAS > ABU DHABI > DUBAI

*article à venir

#1 ABU DHABI 

En soixante ans à peine, ce petit village de pêcheurs de perles est devenu une ville ultra-moderne, hérissée de gratte-ciels ; une sorte de New York des sables. Plus récemment, l’émirat s’est pris de passion pour la culture, la peinture et le futur en général. Résultat ? Des succursales du Louvre et du Guggenheim sont sorties du sable, tandis que grandit dans les terres une cité 100% écolo : Masdar.

☽ L’hôtellerie n’est pas donnée aux Emirats, j’avais emporté la tente mais la chaleur du mois de Mai ne nous a pas permis de la déplier une seule fois. C’est via l’application Hotel Tonight que j’ai réservé à moindre coût un hôtel de standing : Ramada Abu Dhabi Corniche.

► A faire : visiter le Louvre. Fantasme d’architecte, je rêvais de visiter la dernière œuvre de Jean Nouvel ; voilà qu’enfin je déambulais à travers ce qui est, à mes yeux, le plus beau musée du monde.

itwia_emirats_abudhabi18

itwia_emirats_abudhabi17

itwia_emirats_abudhabi22

◐ A voir : la Grande Mosquée du Sultan Zayed tôt le matin ou au coucher du soleil quand la lumière est la plus douce sur le marbre blanc.

 

itwia_emirats_abudhabi1itwia_emirats_abudhabi2itwia_emirats_abudhabi4

itwia_emirats_abudhabi10

itwia_emirats_abudhabi3

#2 AL AIN العين

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Charline Gerbault – ITWIA (@itwia) le

 

« La source »  est une oasis à la frontière du sultanat d’Oman. Avec ses allées ombragées et fraîches, son système d’irrigation – le falaj – vieux de 3 000 ans, et son marché aux chameaux – l’un des rares encore en activité. Cette oasis de palmiers dattiers a été reconnue par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture pour l’importance de son réservoir de ressources génétiques, de biodiversité et de patrimoine culturel. Il y a de nombreuses sources souterraines dans les environs, ce qui explique l’attraction pour l’établissement de populations. Les traces de son passé traditionnel restent, y compris les courses et la reproduction de dromadaires.

La zone, historiquement connue sous le nom d'oasis Buraimi, a été habitée de manière constante depuis plus de quatre mille ans, et Al-Aïn est considéré comme une part importante de l'héritage culturel du pays. C'est le lieu de naissance du sheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane, le premier président des Émirats arabes unis.

itwia_emirats_alAin5

☽  Dormir au Ain Al Faida, membre de la chaine One to One hotel. Le nom ne me vendait pas de rêve quand je l’ai repéré sur booking.com mais belle surprise lorsque l’on s’est retrouvé devant cette architecture des années 80 et sa piscine couverte implantée sur une source d’eau chaude naturelle.

itwia_emirats_alAin1

► A faire : visiter les musées Al-Aïn National Museum au sein du fort Al Jahili, construit en 1891 pour défendre la ville et protéger les précieuses palmeraies, et le Al-Aïn Palace Museum. Le premier propose une exposition permanente des travaux de l’aventurier britannique Sir Wilfred Thesiger et de ses traversées du Rub Al Khali « Empty Quarter » (son fantôme rode partout autour de nos voyages) et le second nous dévoile la maison de feu le fondateur des E.A.U, Le Cheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan. Une importante collection de documents relatifs à la familles royale y est exposée. Il est possible de visiter les chambres et les jardins privés autrefois occupés par le « Père de la Nation ».

itwia_emirats_alAin16itwia_emirats_alAin14

itwia_emirats_alAin20

itwia_emirats_alAin15DSCF9980_modif

◐ A voir : le soleil se coucher du haut des 1 340 mètres de la montagne du Jebel Hafeet, dominant les environs.

ღ Ne pas manquer le marché aux bestiaux d’Al Ain, le plus grand des Emirats.

DSCF9939_modifitwia_emirats_alAin21DSCF9927_modif

# 2 LIWA واحة ليوا 

itwia_Oasis Liwa_google view

Source : Google Earth

La majeure partie de l’émirat est recouverte de l’immense désert de sable nommé le Rub al Khali, « le Quart Vide ». Ce dernier comprend le désert de Liwa et l’oasis du même nom. Celle-ci s’étend sur 113km en arc de cercle et comporte de nombreuses forteresses qui jadis protégeaient ce site stratégique. Je crois que c’est à partir d’ici que j’ai pensé au potentiel des E.A.U. et que j’ai commencé à m’intéresser à ce que je vivais.

► A faire : parcourir la route des Forts d’après les bons conseils du Petit Futé à retrouver ci-après.

  • Fort Jabbanah. GPS : 23.062543, 54.071549.Au km 28, dans le secteur de Jarrah, une rangée de bouibouis sur la droite, juste avant d’y arriver empruntez une courte piste qui se glisse derrière pour atteindre cette belle forteresse à trois tours cylindriques surmontées de créneaux, à proximité d’une dune. Visible depuis le goudron. Entrée libre. A 36 km de Mezaira’a.
  • Fort Attab. GPS : 23.141189, 53.896512. Au km 54, soit 26 km plus avant en direction de Mezaira’a, une structure identique mais plus petite, sûrement plus ancienne. Certaines sources font remonter la construction au temps de Sheikh Mohamed Bin Shakhbout Bin Dhiab entre 1816 et 1818. Attab, que l’on appelle aussi Al Meel, est en retrait du goudron sur la droite, visible depuis la route. Vous allez l’apercevoir avant le panneau qui indique Mahdhar Attab. Tournez à droite en suivant le panneau Mahdhar Attab et garez-vous sur le parking. A 17,7 km de Mezaira’a.

itwia_emirats_Liwa16

  • Fort Mezaira’a. GPS : 23.139048, 53.780449. Au km 1,2, décrochez du goudron principal sur la droite et rejoignez en quelques centaines de mètres le parking devant ce vaste fort surmonté des trois tours rituelles. En arrière-décor, la dune végétalisée au sommet de laquelle se trouve le palais présidentiel du secteur. Comme dans les bâtiments précédents, observez les portes en bois sculpté.

DSCF0071_modif

  • Maison fortifiée Al Hamily. GPS : 23.126567, 53.754558. Au km 4,5, donc 3,3 km plus loin à partir du retour au goudron principal, arrêt sur le bas-côté de la route pour découvrir la seule demeure fortifiée encore debout dans l’oasis. Egalement appelé Dhafeer Fort, ce fortin compte deux étages à l’arrière d’une cour ceinte de murs crénelés. On peut entrer et grimper dans les étages, admirant au passage le travail de restauration qui reflète des plafonds soutenus par les stipes de dattier aux ouvertures ouvragées, le cadre de vie d’une famille fortunée.
  • Fort et Mosquée Qutuf. GPS : 23.110811, 53.730127. Au km 8,2, soit 3,7 km plus loin, une légère montée avant d’atteindre le panneau Mahdhar/Qutuf. Prenez le décrochement à droite sur la présélection de droite, une voie étroite qui descend puis se courbe vers la droite en direction des dunes. Tout au fond, le fort est là, modeste de taille avec son unique tour, à côté d’une petite mosquée enfouie dans les palmes. Des lieux qui virent passer, en mars 1948, l’explorateur britannique Wilfred Thesiger, affamé par trois jours sans vivres.

itwia_emirats_Liwa10

 » Nous traversâmes les villages de Qutuf et de Dhaufir. On avait planté des palmiers le long des plaines de sel, au pied de hautes dunes aux versants abrupts et dans des dépressions au milieu des sables. Les plantations étaient entourées de barrières ; on en avait dressé d’autres au sommet des dunes pour essayer de contenir les mouvements des sables qui, en différents endroits, avaient partiellement enseveli les arbres. Ceux-ci étaient soigneusement espacés et, de toute évidence, bien entretenus. Il n’y avait pas d’autre cultures, probablement à cause de la pellicule de sel qui recouvrait le sol. On trouvait de l’eau à profusion entre deux et six mètres de profondeur. « 

DSCF0191_modif

  • Fort Mariah Al Gharbiya. C’est le fort le plus difficile à trouver alors suivez bien les indications. GPS : 23.103694, 53.584068. Au km 22 soit 16,4 km plus avant, prenez à droite, toujours sur le goudron, en direction de Khanoor, continuez tout droit jusqu’au premier rond-point (environ 1,7 km), prenez la deuxième sortie, c’est à dire-à-gauche. Au deuxième rond-point continuez tout droit et à quelques centaines de mètres au panneau Al Mariah, prenez à gauche la route goudronnée. Vous apercevrez le fort en contrebas.

itwia_emirats_Liwa29

  • Tour Al Hayla. GPS : 23.109984, 53.615328. Sans indications initiales, il nous a fallu une heure pour la trouver ! Depuis le fort Mariah, revenez sur vos pas au premier rond-point et prenez la route en face, passant devant des échoppes. Comptez 1000 mètres et tirez à gauche sur la piste dans la palmeraie. Au bout de 500 m, elle est à droite, cachée par la végétation. Al Haya est le témoignage modeste des besoins de défense du XIXe siècle, quand les cousins de Dubaï faisaient des rezzous (de gazwa, raid). Haute de 8 mètres, ses murs sont de sarouj, mélange local d’argile, de gypse et de sable. Au GPS, nous sommes là à 29,6 km du départ de Mezaira’a.

itwia_emirats_Liwa27

  • Umm Hosn. GPS : 23.007625, 53.423917. Retour sur l’axe principal de l’oasis, 0 km au compteur. Au km 27,9 en direction de l’ouest, soit à 50,5 km de Mezaira’a, au rond-point prenez la première à droite sur la E15, juste après vous devriez apercevoir les ruines sur la droite. Notre dernière étape est la moins impressionnante puisqu’il s’agit d’un simple tas de pierres. Egalement appelé fort Arrada, nom de la localité proche, ce site vieux de plus de 200 ans fut le théâtre d’une attaque qatari en 1880, le dernier assaut massif connu à Liwa. Afin de protéger ce qui reste, après que les riverains ont pillé les pierres pour solidifier leurs maisons, une clôture vous tient à distance de ce qui fut un fortin à tour unique. Le patrimoine bâti le plus ancien de l’époque bédouine est devant vous. Accès à 400 m en 4×4 uniquement, en quittant le goudron à droite à travers la palmeraie, puis en traversant une cuvette de sable assez fluide.

◐ A voir : les dunes, les dunes et les dunes dont les reliefs et couleurs changent régulièrement tout au long de la journée et dont les altitudes peuvent atteindre 300m.

itwia_emirats_Liwa6itwia_emirats_Liwa5itwia_emirats_Liwa2itwia_emirats_Liwa3itwia_emirats_Liwa25

✖ Déception devant ce qui est considéré par beaucoup comme la plus haute dune de sable au monde, Tel Moreeb. Elle fait plus de 300 mètres de haut et son inclinaison de 50 degrés en fait une destination de choix pour les mordus de sports automobiles. Du coup ils ont eu la brillante idée d’installer à ses pieds un circuit avec toutes les infrastructures possibles pour l’événement Moreeb Hill Climb qui fait partie du Festival international de Liwa. Il y a même un héliport pour les plus fortunés. Hum… j’en suis restée sans voix. Où était donc le charme du désert que j’avais effleuré de l’autre côté à Oman.

☽  Dormir au Liwa Hotel, au cœur de l’oasis du même nom, à mi-chemin entre les forts protecteurs et les dunes rouges environnantes.

itwia_emirats_Liwa21

itwia_emirats_Liwa37

#3 SIR BANI YAS صير بني ياس

1280px-Sir_Bani_Yas_Island,_United_Arab_EmiratesAlors que nous devions nous rendre sur l’île de Sir Bani Yas, notre bateau a été annulé pour cause de tempête (de sable). Coincés à quai nous avons élu domicile pendant 24h dans l’un des 2 hôtels de Dhanat entre la fraicheur de la climatisation de notre chambre et les quelques zones d’ombre offertes par des palmiers ; je me souviens que la température avoisinait les 50°C ; je me souviens de ce souffle chaud qui brûlait ma peau ; je me souviens que même l’eau bleu lagon ne rafraichissait pas mon corps.

Je me souviens surtout que nous n’avons pu nous rendre sur l’île mais je vous explique tout de même ce qu’est Sir Bani Yas et pourquoi je voulais à tout prix y aller.

Parce que c’est la nature à l’état sauvage, des villas de luxe et des sites historiques*, l’une des îles incontournables des magnifiques îles désertiques d’Al Dhafra. L’île a été transformée en 1971 en réserve naturelle sous l’impulsion du cheikh Zayed ben Sultan Al Nahyane. De nombreux arbres y ont été plantés et l’île compte notamment l’une des plus importantes populations d’oryx d’Arabie après celle du sanctuaire de l’oryx arabe dans le Sultanat d’Oman (ça c’est une autre histoire que je vous raconterai bientôt ici).

* Les ruines d’un ancien monastère chrétien daté des années 600 y sont visibles. Il s’agirait du « plus ancien de l’ère pré-islamique dans la région du Golfe ».

L'une des plus larges réserves d'animaux sauvages, l'Arabian Wildlife Park a été nommé en 2014 "Première destination touristique durable au monde" aux World Travel Awards d'Anguila. Elle abrite plus de 10 000 animaux en liberté, recouvre plus de la moitié de l'île. Il y a de nombreux oryx d'Arabie, des gazelles et des girafes, ainsi que les toutes dernières arrivées, des hyènes et des guépards. Les visiteurs peuvent également participer à un safari en 4x4 à bord de l'un des véhicules du parc spécialement prévus à cet effet et conduit par un membre du personnel expérimenté.

⛴ Ferry tous les jours mais sans réservation à la réserve ou à l’un des 3 Anantara Hotels (Desert Islands Resort and Spa, Al Yamm Villas or Al Sahel Villas), il est quasi impossible de monter à bord. Aussi, il faut impérativement se présenter 15min avant le départ à la jetée. Plusieurs options à la journée existent si vous ne vous offrez pas une nuit sur l’île.

  • Option1 : 12h00 – Transfert en bateau de la jetée de Jebel Dhanna à l’île Sir Bani Yas / 13h – Déjeuner et ou loisirs / 15h – Promenade nature et faune jusqu’à 16h30 /  19h15 – Transfert de Desert Islands à la jetée / 20h – Transfert en bateau à Jebel Dhanna.
  • Option 2 : 12h00 – Transfert en bateau de la jetée de Jebel Dhanna à l’île Sir Bani Yas / 13h – Déjeuner et ou loisirs / 14h – Promenade nature et faune / 15h30 – Le guide vous déposera directement à la jetée après la promenade / 16h – Transfert en bateau à Jebel Dhanna
  • Option 3 – le vendredi uniquement  : 10h30 – Transfert en bateau de la jetée de Jebel Dhanna à l’île Sir Bani Yas / 11h30 – Déjeuner / 14h – Promenade nature et faune / 16h – Transfert en bateau à Jebel Dhanna.

☽  Dormir la veille du ferry au Dhanna Resort.

➜ Retrouvez le film « Abu Dhabi – Your Extraordinaire Story », belle promotion de l’OT.


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

☛ PS : Retrouvez toutes mes adresses sur mon compte Mapstr : itwia.

*Toutes les photos de moi ont été prises par Kares Le Roy.

IN LE BOIS BASALTE i am…

IMG_1797_modif

J’aime beaucoup de choses dans la vie, mais l’une de celles qui me fait vibrer, rêver et me projeter dans un autre monde ce sont les cabanes en bois. Alors quand l’été dernier, en stalkant dans les Stories de mes copains, je suis tombée sur l’une d’elles chez le copain Matt @livingroomparis, ni une ni deux que la réservation était faite pour le long w/e du 1er novembre.

Oui je suis de ce genre là, à anticiper plus que de raison.

Voici donc en images le résumé de ces 5 jours / 4 nuits passés au Hameau du Bois Basalte.

C:UsersmathildeDesktopAVP_ENS_MASSE plan masse a 3 (1)

Adresse / Sauterre O | 63410 Manzat

Web / cabanes-auvergne.fr

Y aller / depuis Paris par l’A 89
  • Prendre la sortie 27 de l’A89, puis suivre la direction Manzat.
  • A  1.5 km de la sortie d’autoroute, au lieu dit  » la Roche », tournez à gauche direction « Sauterre »
  • Arrivé à Sauterre, traversez le village direction Pulverières.
  • Prendre le chemin de terre montant à « la roche Sauterre » à votre droite.
  • Le bois basalte sera à 300m!

à partir de 91€ la première nuit puis 76€ les nuits suivantes hors saison – supplément petit déjeuner livré à domicile

« Le bois basalte » naît de la rencontre entre un site d’exception entre Chaîne-des-Puys et pays des Combrailles et quatre jeunes architectes, Julien, Lise, Mathilde et Sébastien. Guidés par l’envie de revenir « au pays » après quelques années de pérégrination, c’est serpes, scies, marteaux à la main et sourire aux lèvres, que nous voilà lancés dans une aventure à la « Robinson Crusoé » dans ce nouveau monde qu’est l’Auvergne.

DCIM/100MEDIA/DJI_0427.JPGIMG_1787_modifIMG_1749_modif

 

IMG_1767_modif

IMG_1821_modifIMG_1842_modif

 

itwia_auvergne_boisbasalte18

itwia_auvergne_boisbasalte12

IMG_1838_modifitwia_auvergne_boisbasalte21

IMG_1756_modifitwia_auvergne_boisbasalte30

itwia_auvergne_boisbasalte33

itwia_auvergne_boisbasalte38

itwia_auvergne_boisbasalte41IMG_1884_modif

– mes conseils & recommandations –

🍴 Diner au Saint-Amable à Riom dans la rue du même nom, highly recommanded!

► A tester : le sauna associé à la fraiche douche extérieur à la nuit tombée.

◐ A voir  : la roche Sauterre, sommet situé à l’arrière du domaine, avec 977 m d’altitude, point culminant des Combrailles. Elle offre un panorama très étendu sur la chaîne des Puys, les monts Dore, l’Artense et les monts du Livradois et du Forez. Ce sommet est le résultat de l’érosion d’une coulée basaltique.

♥ Prendre soin de soi àl’intérieur de sa cabane en s’organisant un massage avec Myriam directement au 06 17 95 03 68 ou sur son site internet www.myriambienetre.fr

+++ encore plus?

♡ Merci à Julien & Lise pour leur accueil sympathique et bienveillant.

#PASSIONCABANE


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

☛ PS : Retrouvez toutes mes adresses sur mon compte Mapstr : itwia

IN AUVERGNE i am…

IMG_1681_modif

Il est de ces régions qui font parties de mon pays et dont j’ignore la beauté. L’Auvergne était annotée dans ces listes. L’Auvergne était annotée dans une de ces to do-listes qui s’entassent dans mon smartphone. Je pus l’en rayer grâce à une escapade planifiée cet automne et dont voici le résumé.

Quelle surprise ce fût quand durant 4 jours, nous avons roulé un certain nombre de kilomètres à la découverte du patrimoine local. Volcans, roches, lacs, rivières, que d’éléments géologiques riches d’histoire et d’esthétique. Nous nous sommes laissés porter à travers le Puy-de-dôme sans rien organiser ni rien savoir. L’aventure à domicile en quelque sorte.

Le premier jour c’est par une randonnée pédestre que nous avons commencé. 7km de marche au Puy Pariou, à travers des bois ensevelis de neige fraichement tombée fin octobre. Quand j’étais enfant, je me souviens toujours râler lorsque mon père nous emmenait en randonnée. Aujourd’hui pourtant je suis en demande. Je le dois sûrement à ce treck du Rinjani (Lombok) ou ne serait-ce grâce à cette balade dans le cirque de Salazie (Réunion)? Toujours est-il que la force tranquille des Volcans m’a réconciliée avec la marche et cela m’avait comme qui dirait, manqué.

Le puy Pariou parfois appelé Puy de Pariou et plus souvent, simplement Le Pariou est un volcan de la chaîne des Puys, dans le Massif central. Formé par la superposition de deux cônes stromboliens et d’un anneau de tuf, cet ensemble a produit trois coulées de laves au cours de son histoire éruptive.

Mais nous étions là-bas pour se reposer. Les jours suivants ont donc été moins énergiques, plus lents,  plus doux, mais non sans découverte. En cette deuxième journée, ce sont les Roches Tuilière et Sanadoire, deux volcans situés à proximité du lac du Guery dans la vallée de Fontsalade, qui ont été le point d’orgue de nos déplacements. Le site est à cheval sur deux communes : la roche Tuilière fait partie de Rochefort-Montagne tandis que la roche Sanadoire est située sur Orcival, petit village que nous d’ailleurs visité en chemin. Nous avions tellement prix notre temps que la randonnée du jour ne fut qu’une balade au sein d’un… parc de loisirs. En quête d’un pont suspendu aperçu dans un recueil d’architecture, c’est par erreur que nous ayons atterris au CAP GUERY . Il s’agissait en réalité d’une attraction pour petits (et grands), ludique, qui tout au long d’un parcours pédestre, nous éduque sur la faune qui peuple les environs et la flore qui la jalonne. Tant pis, on y a rit et on en est parti ravis pour profiter des dernières lumières qui brillaient sur le lac de Guery avant de retrouver le confort de notre logis.

Il s'agit à l'origine de deux volcans dont les profils ont été fortement érodés par les glaciers. Il n'en reste plus que la cheminée (Tuilière) et un morceau de cône (Sanadoire) séparés par une vallée en auge.
La Tuilière présente des colonnes prismatiques disposées en gerbes. On utilisait autrefois ses pierres pour couvrir les toits des maisons. Ce sont les fameuses lauzes. La Sanadoire, "roche sonnante", car la phonolite résonne quand on la frappe, culmine à 1290 m. Elle a porté jusqu'au XV° s un château réputé imprenable. Il peut paraître surprenant qu'elle ait pu supporter une forteresse même de dimension modeste. Un ébranlement a diminué de beaucoup sa surface au sommet.

Le séjour touchait à sa fin. C’est au « Paradis » qu’il s’est terminé. Quel nom bien donné au au village de Queuille par les habitants de l’autre rive. Ils voient, perché sur un piton rocheux, ce charmant bourg dominant la vallée. De son belvédère, la vue se dégage sur un sublime méandre. Une immense boucle formée par la rivière Sioule, à couper le souffle. Avec les couleurs automnales, les feuillages teintés de rouge, d’ocre et de jaune, je me suis crue loin de chez moi, ailleurs que dans mon pays, surprise à me demander : « ce que nous avions à envier aux grands espaces canadiens? ».

Alors l’Auvergne, toi et moi c’est quand tu veux!


Les découvertes auront été les suivantes : PUY PARIOU > MEANDRE DE QUEUILLES > MONTS DORES > ORCIVAL

♥ Cette histoire se raconte en images et débute maintenant.

itwia_auvergne1IMG_1399_modifIMG_1494_modif

itwia_auvergne9itwia_auvergne2

itwia_auvergne11IMG_1491_modifIMG_1756_modifitwia_auvergne_boisbasalte7

itwia_auvergne12itwia_auvergne14

itwia_auvergne21

itwia_auvergne16

itwia_auvergne27itwia_auvergne24IMG_1614_modifitwia_auvergne26

IMG_1651_modif

itwia_auvergne28

– mes conseils & recommandations –

☽ Séjourner au magnifique domaine du Bois Basalte (article à venir)

🍴 Diner ou même séjourner à l’Auberge du Lac de Guery.

Tout au long de son histoire, l’auberge a été une halte connue, voisine du Mont-Dore, où venaient se ressourcer les téméraires voyageurs. Et comme bien souvent le sont les bâtisses situées à proximité d’un col, c’est un lieu d’exception où l’accueil et le bon vivre sont de véritables traditions.

◐ A voir  : le Méandre de Queuilles depuis son belvédère où se donne rdv tous les photographes, amateurs comme professionnels, de la région et d’ailleurs.

► A faire : des randonnées diverses comme celle du Puy Pariou ou celle autour du lac de Guery, le plus haut lac d’Auvergne. Ce lac de 25 hectares situé à une altitude de 1 244 m,  est dû à une coulée de lave qui a barré le cours d’un torrent venu du Puy Gros.

► A tester : le parc ludique CAP GUERY. C’est par erreur que nous avons atterris ici, en quête d’un pont suspendu aperçu dans un recueil d’architecture. Il s’agissait en réalité d’une attraction pour petits (et grands), ludique, qui tout au long d’un parcours pédestre, nous éduque sur la faune qui peuple les environs et la flore qui la jalonne.

✖ A ne pas faire : ramasser les mauvais champignons (comprendra qui voudra)

ღ Rapporter du fromage.

#DOUCE FRANCE


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

*Les photos ont été prises avec un Fuji x100T et un HUAWEI P9.

GOLDEN CROWN LEVIN IGLUT @ Kittilä

itwia_finland_leviniglut4

En organisant ce voyage en Laponie Finlandaise, il m’était impensable de ne pas venir passer une nuit dans cet établissement hors du commun. Repéré il y a quelques années, je crois même qu’il a été le point de départ du choix de la destination.

Proposant des igloos en verre entièrement isolés et chauffés, le Golden Crown-Levin Iglut nous a donc accueillit, ma mère, ma soeur et moi dans un havre de paix au sommet d’Utsuvaara Fell.

Igloo, n.f. (De l’inuktitut ᐃᒡᓗ, iglu « maison ») : désigne soit un abri construit en blocs de neige (l’igloo de neige, le plus connu), soit une habitation pré-hivernale (l’igloo de tourbe, aussi appelé kashim dans le cas d’une demeure communautaire).

 

Adresse / Harjatie 2 | 99130 Kittilä | Finlande
Réservation /  reception@leviniglut.fi  à partir de 490€ la nuit avec  petit déjeuner

🍴 Diner au restaurant Aurora Sky dont les murs et les plafonds offrent une vue imprenable sur l’horizon à l’instar des igloos. Réservation vivement recommandée car sans être client de l’hôtel il est possible de s’offrir cette expérience là.

À la lumière du jour, le magnifique paysage de tombé ajoute une touche épicée au moment gastronomique. Au rez-de-chaussée, l'élégant rez-de-chaussée séduit par son feu de bois et son atmosphère intime.
Les arômes proposés dans Aurora Sky ne joueront pas un rôle secondaire dans le paysage. Notre menu, à base d'ingrédients de saison, rend hommage à la nature nordique épurée et à ses différentes saisons. En plus du dîner, Aurora Sky sert un délicieux petit-déjeuner et, pendant la saison d'hiver, un déjeuner-soupe différent chaque jour.

MENU 2019

Carotte fumée, betterave jaune et germes de fleurs 16 €

Sandre de Laponie avec Brioche et Herbes 18 €

Tartare de wapiti au fromage cottage et aux champignons sauvages 18 €

Potage de lotte à l’oseille 17 €  

Plats principaux Chou-rave grillé, cèpes et romarin 28 €

Jarret de renne avec pomme de terre lapon, airelle et lichen 36 €

Omble chevalier au crabe royal 38 €

Daim, bouillon d’épinette et orge croustillant 42 €  

Desserts Granité à la myrtille, kama et épinette 16 €

Gâteau de panais, mûre et vanille 16 €

Betterave rouge aromatisée au chocolat caramel et beurre de cacao 17 €

Sélection de fromages du Nord 19 €


Voici donc en images le résumé de 24 heures passées au LevinIglut.

itwia_finland_leviniglut13itwia_finland_leviniglut25

itwia_finland_leviniglut19itwia_finland_leviniglut38

itwia_finland_leviniglut26itwia_finland_leviniglut27

itwia_finland_leviniglut11itwia_finland_leviniglut6itwia_finland_leviniglut7itwia_finland_leviniglut8

polaroid Levin Iglut

+++ encore plus?

#PASSIONIGLOO


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

☛ PS : Retrouvez toutes mes adresses sur mon compte Mapstr : itwia.

Instagram_Hashtag_Lapland

IN LAPLAND – FINLAND i am…

itwia_finland_levi26

Pour les 60ans de notre maman, ma sœur et moi lui avons fait la surprise de l’emmener au-dessus du cercle polaire, dans la région la plus septentrionale de la Finlande, terre natale du peuple indigène des Samis, la LAPONIE.
Nous voulions la surprendre en la prévenant la veille pour le lendemain mais étant donné les températures (négatives) qui officient en hiver, nous avons dû la prévenir quelques semaines en avance. Ainsi elle comme nous avons pu préparer nos valises en fonction. Le mois qui a alors précédé le départ a mis notre patience à toutes, à rude épreuve.

Et puis un matin de Février,  le rendez-vous à l’aéroport de Paris en direction Kittilä eut enfin lieu. Une énième surprise allait déboussoler ma mère, sa soeur, ma tante faisait également partie du voyage.

Enfin réunies, enfin installées dans nos sièges, nous nous sommes envolées, excitées comme des puces. Aucune de nous n’avait 60, 50, 35 ou même 33 ans mais plutôt une petite dizaine d’année dans le coeur.


FINNAIR vol direct pour Kittilä : comptez 350€ A/R les mardi même si j’avais bénéficier d’une offre de lancement à 230€ ; mieux vaut regarder régulièrement les promotions de la compagnie.

+ Louer une voiture via BSP Auto afin d’être libre de vous éloigner de toute pollution lumineuse lorsque vous partirez à la chasse aux aurores boréales mais aussi pour se déplacer aux alentours de Levi.

+ Voici l’inventaire de ma valise :

  • des chaussettes en LAINE 100% ou en soie ou même en cachemire (3 paires)
  • des moufles en laine pas de gants
  • des chaufferettes Decathlon
  • des semelles en aluminium pour isoler les pieds du sol
  • des moonboots
  • des lunettes glacier IZIPIZI
  • une chapka et un bonnet
  • un maillot de bain pour la sauna

→ la boutique Aventure Nordique conseille et sélectionne les meilleurs produits.

-21°C à notre arrivée / -5°C à notre départ

itwia_finland_levi1itwia_finland_levi16

L’arrivée sur le tarmac nous mets instantanément dans le bain, le vent nous gifle le visage à la sortie de l’appareil. Une fois la voiture de location récupérée, le tableau de bord de celle-ci nous confirmera notre ressentie : -21°C affiché. Bizarrement ce chiffre nous ravie toutes, nous sommes venues ici pour avoir froid et nous n’allons pas être déçue.

Le premier aperçu féérique depuis le hublot se confirme dès que nous prenons la route. Le ciel se rosit grâce à un soleil qui se couche plus tardivement que je ne l’avais imaginé. J’ai pour souvenir de mon premier périple en Laponie suédoise 10 ans plus tôt de journées où le crépuscule se vivait du réveil au sommeil. Je me trompais. Tant mieux nous n’arriverons pas au chalet de nuit car celui-ci caché dans les bois n’allait pas être des plus simples à trouver. Il nous aura fallu rebrousser chemin à maintes reprises, ne pas confondre les sapins, activer les data à l’étranger et nous géo-localiser précisément pour que nous puissions enfin apprécier le confort de notre habitat de bois.

itwia_finland_levi3

Une fois déniché, aussitôt installées. Chacune a vaqué à ses occupations : de l’allumage du poêle, à la mise en route du sauna, en passant par la préparation de crêpes sans oublier de toujours jeter un oeil sur l’extérieur, sur la nuit qui tombait, sur les sapins recouverts d’un épais manteau neigeux. Nous avons enfin pris conscience que nous y étions et que le voyage préparé depuis temps de mois débutait.

itwia_finland_cabin7

itwia_finland_cabin12

Nous n’allions être sur place que 5 jours, il fallait donc que nous ayons un certain sens de la planification pour vivre le maximum de choses extraordinaires : balades en raquettes, en traîneau à chiens ou même en rennes, des lacs gelés au sauna brûlant de notre chalet, des vastes étendues blanches aux forêts profondes au cœur de la nuit hivernale, nuit que nous avons même passée dans un igloo de verre, la liste répondait à tous nos rêves de Grand Nord.

♥ Cette histoire se raconte en images et débute maintenant.


Jour 1

Prendre ses marques et réserver nos différentes activités. Le village est bondé de touristes (mais pas trop), nombreux sont les créneaux déjà complets. Ultime recours, l’OT de Levi. 4 places de libres pour une excursion en chien de traineaux, on fonce. Déception. On espérait jouer les Mushers mais il s’agissait d’un mauvais remake car c’est dans un élevage que nous arrivons : Levi Husky Park. Comme son nom l’indique c’est un parc, y sont hébergés 70 Huskies de l’Arctique. On découvre des Huskies sibériens arctiques, des chiots Husky, des hybrides Wolfdog et des rennes. L’endroit n’est pas sans interêt mais cet élevage de chiens m’a paru être un zoo pour visiteurs curieux. Après 1h30 de visite et d’explications sur les différentes races élevées dans ce lieu, nous voilà inconfortablement installées dans un traineau. Le signal retenti, les chiens s’élancent à une allure que jamais je n’aurai soupçonnée. C’est fou mais c’est court. Il nous faudra moins de 5″ pour parcourir deux petits kilomètres dans les bois avant de revenir à notre point de départ. Les doigts congelés, nous nous sommes précipitées au chalet pour y boire la boisson la plus chaude qui soit en attendant sagement que le sang circule de nouveau dans les membres et que la navette nous ramène à la station. Déception.

itwia_finland_huskyfarm7

itwia_finland_huskyfarm10

itwia_finland_huskyfarm2

Il nous fallait trouver remède à cette première activité. Ce sera location de raquettes (10€ la 1/2 journée) pour grande balade à travers le domaine skiable de Levi l’après-midi même. L’expérience est ludique, sportive, sympathique. Chez Kinos Safari nous avons trouvé ce que nous voulions. L’accueil nous a paru le plus sympathique, le moins « effet de groupe ». Nous avons alors décidé de tout réserver via leurs services.

itwia_finland_levi14itwia_finland_levi35itwia_finland_levi32

itwia_finland_levi36

Jour 2

Nous savons qu’aujourd’hui le programme est chargé. Nous sommes excitées par ce qui nous attends. La veille nous avons planifié un « Safari to Reindeer Farm« , 30km de motoneige à travers les paysages féériques de Levi avant de marquer l’arrêt dans une ferme où nous pourrons approcher des rennes et même faire une balade en traineau. Bon, il faut être honnête avec l’expérience de la veille, je suis sur ma réserve mais c’est comme ça. Alors nous prenons des forces avec un petit-déjeuner de championnes au chalet bien au chaud sous nos couvertures. La route est belle, dégagée, blanche, très blanche. Le ciel est bleu, sans nuage, mais il fait froid, très froid. Nous avons misé beaucoup d’espoirs sur cette excursion. On espère que ce sera différent de la veille, en tout cas on y croit. Nous sommes ponctuelles, sur le qui-vive, rhabillées en 2 temps 3 mouvements, prêtes à enfourcher nos bolides. Dès que nous quittons le village, l’horizon s’offre à nous, les bois laissent pas aux plaines, un désert blanc saupoudré de teintes roses. Le soleil bas réchauffe ce paradis pourtant la température ne cesse de descendre. Quand nous arrivons au domaine, chacune de nous est frigorifiée et sans avoir le temps de nous réchauffer nous voilà déjà assises dans un traineau. Emmitouflées de couverture polaire. Contrairement à la veille, l’allure n’est pas la même, plus douce, plus lente, plus paisible. Mais il fait froid, trop froid ; le plaisir n’est pas là que c’est déjà fini. Les rennes sont détachés, il nous est possible de les nourrir mais mes mains m’ordonnent de les mettre au four, au feu, autre part que dehors. C’est alors à notre tour d’être nourries, un bon gouter qui aura pour fonction d’assouvir notre gourmandise et de sauver nos doigts gelés. Puis l’heure viendra de prendre le chemin du retour, de retrouver ces grandes étendues blanches devenues bleues avec la disparition du soleil. Nous revenons chez nous, la mémoire pleine de beaux souvenirs, le coeur rempli d’émotions et les sensations de froid bien derrière nous. Ravies.

itwia_finland_levi40

itwia_finland_rendeer6itwia_finland_rendeer10

Jour 3

En 2 jours déjà nous n’avons pas eu le temps de chômer. Alors pour cette nouvelle journée nous nous octroyons un rythme plus calme, un petit déjeuner tout en longueur, une interlude dédiée à la lecture. Une matinée qui annonce la tranquillité de ce qui prévu ce jour-là ou plutôt cette nuit-là. En effet, nous quittons notre chalet en plein milieu du séjour pour passer 24h dans un igloo de verre, une sorte de trait d’union et quel trait d’union. C’est une expérience magique qui nous attend au Levin Iglut. On espère admirer le ciel étoilé de l’Arctique depuis notre lit. On ne veut rien louper alors nous voilà dès 14h00 dans nos quartiers. L’après-midi sera à l’image de la culture scandinave : « slow life ». On s’installe, on s’allonge, on se love dans les fauteuils, on admire la vue époustouflante sur la forêt de sapins, sur la vallée en contrebas, sur le ciel dont les teintes ne cessent de changer du rose vers le bleu nuit. La nuit donc tombe assez vite. Malheureusement aucune étoile à observer, il se met à neiger. Mais peu importe on se sent protéger et chanceuses de faire parties de ce décor féérique.

(interlude dans un article ici bientôt)

Jour 4

Le réveil est idyllique sous cette bulle de verre. La météo n’a pas été tendre avec nous, le ciel est chargé, il a neigé toute la nuit. Les aurores boréales ne nous sont pas apparues, un peu déçu mais l’expérience au Golden Crown reste fantastique. Nous profitons du lieu jusqu’à la dernière minute. Il est midi, nous repartons vers d’autres cieux, en route vers  le Snow village à une quarantaine de kilomètres d’ici. La pluie a remplacé la neige. Le paysage n’en reste pas moins subjuguant, intriguant même. Nous traversons des forêts dont le bois paraît si noir contrastant avec ce ciel si blanc. On ne devine pas la ligne d’horizon. Enfin nous arrivons à destination, perdu au milieu de cette même forêt, des teepees trônent aux alentours du parking ce qui semble saupoudrer un peu de mysticisme à ce lieu qui résonne (avant même d’y être entrée) comme bien trop commercial à mes yeux. Ticket en main, nous commençons le parcours à travers de les galeries remplies de sculptures de glace. Il faut me l’avouer je suis impressionnée par le travail réalisé, même sentiment que le village de glace visité en Laponie Suédoise il y a plus de 10 ans. A l’époque le thème n’était pas associé à une série télévisée, aujourd’hui ce que je découvre est le fruit d’une coopération avec HBO Nordic, sur la base de scènes et de personnages de la populaire série télévisée Game of Thrones®. Il nous aura fallu 2 heures et un verre de cranberry siroté avant de reprendre la route du retour.

itwia_finland_levi33

OPENING TIMES DECEMBER 12.2018 – APRIL 21.2019

Lapland Hotels SnowVillage is open daily 10:00 – 22:00.

TICKETS AND PRICES : 17,50 € / adulte

Près de 200 km au-dessus du cercle polaire arctique se trouve un monde unique et magique fait de glace et de neige. Chaque année, environ 20 millions de kilos de neige et 350 000 kilos de glace naturelle cristalline sont utilisés pour construire le spectaculaire SnowVillage de Lapland Hotels, dont la forme, la taille et le design changent pour surprendre les visiteurs année après année. Le SnowVillage comprend, par exemple, des sculptures sur glace, des suites décorées dans la neige, un restaurant et un bar sur glace, ainsi qu'une chapelle sur glace.

Jour 5

Nous sommes à Levi depuis 4 jours et n’avons absolument rien vu de la station hormis son supermarché, l’OT et Kinos Safari. Cette agence a su nous conquérir, à tel point que nous réitérerons, pour ce dernier jour, une excursion complète en motoneige, la « Levi Loop« . Notre rendez-vous de la journée n’étant qu’à 13h00, nous décidons  d’occuper la matinée en allant voir le village de plus haut. Il faut savoir que Levi est une station de ski très réputée. Nous aurions pu venir ici pour skier à défaut des Alpes françaises à l’instar d’un copain croisé dans l’avion (Ludnel si tu me lis). Qui dit station de ski, dit remontées mécaniques et téléphériques. C’est par l’un d’eux que rejoignons le sommet de ce petit mont, haut de 531m. Cela fait 2 jours qu’il neige beaucoup la nuit. D’en haut tout est blanc, le paysage se confond avec le ciel. Dieu qu’il fait froid. Nous sommes pourtant équipées, sûrement pas assez pour stagner. Un chocolat chaud plus tard et nous entamons notre descente à pied à travers la forêt. Des rennes croisent notre parcours (ou est-ce nous qui croisons le leur?). La balade est rapide et facile car point de sentier, c’est un escalier qui nous mènera jusqu’en bas. Le temps de prendre un encas et nous voilà à faire le pied de grue devant l’agence avec une hâte sans nom pour chevaucher de nouveau nos motoneiges. Les mêmes équipements nous attendent sur les portants, nous sommes prêtes, allons-y. Chacune son engin. Le temps étant moins clément que l’avant-avant-veille nous découvrons les forêts d’un autre oeil, une vague de mysticisme recouvre ces sapins. Tout n’en est pas moins beau. A mi-parcours, quelque peu perdu au milieu des bois, nous faisons halte dans un refuge. Ca sent bon le chocolat chaud et la tarte aux pommes depuis dehors, une fois à l’intérieur nous sommes carrément embaumées par ces odeurs gourmandes. L’heure tourne, la nuit tombe, le retour se décide. Comme un au-revoir, notre trajet crépusculaire signe la fin du voyage, fini les paysages de glace, demain nous serons bien trop loin, à la maison.

itwia_finland_levi20

itwia_finland_rendeer4

itwia_finland_levi4itwia_finland_levi23itwia_finland_levi19

itwia_finland_levi15

itwia_finland_cabin10itwia_finland_huskyfarm3

– mes conseils & recommandations –

☽ Louer un chalet au cœur de la forêt via Lomarengas.fi – Tarif 320€ pour 5 nuits (7 personnes) ou s’offrir une nuit inoubliable dans un igloo de vert Levin Iglut – Tarif  450€/nuit petit déjeuner inclus (article prochainement ici).🍴 Diner au Aurora Sky au sein du très luxueux Levin Iglut, tester la viande de rennes absolument (vegan s’abstenir).

◐ A voir  : les aurores boréales – pour vous aider à les appréhender, se renseigner sur le site Aurora Maniacs et/ou télécharger l’app Aurora Forecast. Malheureusement pour nous, la semaine où nous étions à Levi, les nuits étaient couvertes et neigeuses mais je me souviens encore de celles aperçues en Islande.

Au dessus du cercle polaire arctique (dans l’hémisphère nord donc), les aurores boréales sont visibles de début septembre à fin mars (quand la nuit est suffisamment présente). Mais d’autres critères peuvent être pris en compte pour définir votre période de voyage : la présence de la lune dans le ciel, la neige, la nuit polaire, les conditions climatiques, etc.

► A faire : une excursion en motoneige (comptez 120€/pers 2heures) combinée à une escapade en rennes de traineau (38€ le km ou 66€ les 3km en supplément) via Kinos safaris.

✖ A ne pas faire : l’excursion en chien de traineaux via l’office de tourisme, un attrape-nigaud à mon humble avis. C’est en bus que nous nous sommes rendus dans une « Husky farm », c’est en groupe qu’on nous a fait visiter le domaine où tous les chiens se trouvaient derrière des enclos grillagés, je me suis cru au zoo, un zoo polaire, nous stagnions, il faisait très froid ce jour-là. Nous avions réservé une balade type musher pour laquelle l’attente a été très longue. Quand enfin est venu notre tour, à peine montées dans le traineau, les chiens sont partis à vive allure. 3″ plus tard et retour à la case départ. Décevant.

ღ Rapporter des souvenirs, des MOMIES, des moufles en cuir de rennes, du sel fumé..

Polaroid Snowmobileitwia_finland_levi30


+++ ALBUM PHOTO

A chaque retour de voyage, je me fais la promesse de créer l’album souvenir. Chose vaine, je ne prends jamais le temps, je laisse trainer. Mes Polaroïds sont rangés dans un endroit, mes photos issues d’appareils jetables dans un autre. Pire jamais je n’imprime les images numériques. Alors quand l’atelier ROSEMOOD m’a proposer de créer mon propre livre, j’ai sauté sur l’occasion et mis ma procrastination au placard. Quelques soirées plus tard, l’album-photo de ce voyage familiale partait en impression.

Un objet haut de gamme qui, en l’éditant, m’a rappelé tous les merveilleux moments que nous avions vécus. Même si j’ai composé tout seule cet album, l’atelier ROSEMOOD m’a proposé des services hors du commun : correction orthographique ainsi que retouche photo.

Aujourd’hui entre mes mains j’en suis plus que ravie, ma famille aussi, à tel point que je vais devoir relancé une fabrication pour chacune de ses membres.

Et vous savez quoi? J’ai une surprise pour vous sur Instagram. Restez focus c’est pour bientôt.


#HYVÄ MATKA

Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

☛ PS : Retrouvez toutes mes adresses sur mon compte Mapstr : itwia.

Instagram_Hashtag_Lapland

De Palais en Palais

Le précédent city guide IN SEOUL i am n’aurait pas été complet si j’avais évincé le patrimoine ancestral qu’offre Séoul. Bien trop important il méritait un article à part entière. Des hanoks, ces villages traditionnels qui abritaient la résidence de la famille royale et les hauts dignitaires de la cour, aux Palais, il n’y a qu’un pas. Prenons alors le temps de se balader, d’admirer l’architecture unique de ces monuments, de se prendre pour des princesses. Peu importe les mots, laissons place aux images et au voyage.

#Palais Changdeokgung & son jardin Huwon (Jardin secret) 창덕궁과 후원

* Patrimoine mondial de l’UNESCO

itwia_seoul_changdeokgung1

  • Adresse / Seoul, Jongno-gu, Yulgok-ro 99
  • Comment s’y rendre / Métro ligne 3, station Anguk, à 500 mètres de la sortie 3
  • Horaires / Fév~mai, sept~oct 09h00~18h00 / Mai~août 09h00~18h30 / Nov~janv 09h00~17h30 (fermé tous les lundis)
  • Tarifs / Adulte 3 000 won ou 8000 won avec la visite du Jardin (gratuit tous les derniers mercredis du mois pour les personnes vêtues du hanbok)
  • Site / http://eng.cdg.go.kr/ (anglais)

Le palais Changdeokgung a été construit en 1405 en tant que second palais du roi Taejong, le troisième roi de la dynastie Joseon. La principale caractéristique du lieu réside dans son utilisation de l’environnement naturel. Le site offre ainsi une très belle harmonie entre les bâtiments, les parcs, mais aussi les petites pierres et les arbres. C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que les rois de Joseon préféraient généralement ce temple à Gyeongbokgung. Il s’agit par ailleurs du temple ayant servi le plus longtemps de lieu de résidence pour les rois en Corée. Il s’agit également du palais le mieux conservé dans la capitale, il a été classé en 1997 au patrimoine mondial de l’Unesco.

► A faire : la visite du « Jardin secret » avec une guide (obligatoire) à 10h30 ou à 14h30, la visite dure 1h30 et nous est contée en anglais.

◐ A voir  : le hall Seongjeongjeon, restauré en 1647, d’où le roi administrait le royaume et qui serait le seul bâtiment de Corée qui aurait gardé intact ses tuiles bleu-vert.

itwia_seoul_changdeokgung19

 

 

 

itwia_seoul_changdeokgung5itwia_seoul_changdeokgung6

 

#Palais Gyeongbokgung 경복궁

itwia_seoul_gyeongbokgung1

  • Adresse / Séoul, Jongno-gu, Sajik-ro 161
  • Comment s-y rendre / Région Sudogwon, métro ligne 3, station Gyeongbokgung, sortie 5
  • Horaires / Mars~mai, sept~oct 09h00~18h00 / juin~août : 09h00~18h30 / Sept~fév : 09h00~17h00 (fermé tous les mardis)
  • Tarifs / Adulte 3 000 won / Adolescent et enfant 1 500 won (gratuit tous les derniers mercredis du mois pour les visiteurs vêtus du hanbok)
  • Site / http://www.royalpalace.go.kr:8080/html/eng/main/main.jsp
    (anglais)

Le palais royal Gyeongbokgung est le premier palais construit durant la dynastie Joseon. Achevé en 1395, le palais fut détruit par un icendtie durant l’invasion du Japon en Corée (1592~1598) avant d’être laissé en friche durant près de 270 ans. Ce n’est qu’en 1867 que le site fut reconstruit pour remettre en avant la noblesse de la famille royale. Le palais traversa une autre période de détériorations durant la période colonialiste du Japon en Corée avant d’être rénové progressivement à partir des années 1990. Finalement, en 2010, la grande porte principale du palais a retrouvé sa place iniitiale en face de la place Gwanghwamun.

itwia_seoul_gyeongbokgung7

itwia_seoul_gyeongbokgung3

#Palais Deoksugung 덕수궁

itwia_seoul_deoksugung1

  • Adresse / Seoul, Jung-gu, Sejongdae-ro 99
  • Comment s’y rendre / Métro ligne 1 et 2, à 100 mètres de la sortie 1
  • Horaires /  09h00~21h00 (fermé tous les lundis)
  • Tarifs / Adulte 1 000 won / Adolescent et enfant 500 won (gratuit tous les derniers mercredis du mois pour les personnes vêtues du hanbok).

Initialement dénommé Gyeongungung, le palais Deoksugung était le deuxième palais le plus utilisé par les rois durant la dynastie Joseon. Le palais fut d’abord utilisé comme palais temporaire par le 14ème roi de Joseon (Seonjo) durant l’invasion du Japon en Corée. Ce n’est qu’à partir du règne du 26ème roi de Joseon (roi Gojong) que le palais est devenu palais royal. Le palais changea de nom suite à la destitution du roi Gojong pour l’accès au trône de Sunjong, le dernier roi de la dynastie Joseon.

◐ A voir  : la relève de la garde qui se transforme en une parade traditionnelle de 30 minutes qui depuis 1996 se déroule devant la porte Daehanmun. Elle se tient trois fois par jour à 11h00, 14h00 et 15h30. 

itwia_seoul_deoksugung5itwia_seoul_deoksugung2

 

itwia_seoul_deoksugung7

#King Sejong Statue (세종대왕 동상)

Une large statue de bronze du Roi Sejong est présente sur la place Gwanghwamun au milieu du boulevard Sejong-ro qui commence du palais Gyongbokgung où le Roi Sejong est monté sur le trône et où il mourut. Le Roi Sejong est le premier roi qui est monté sur le trône et a décédé au même endroit. La statue du héros national a été installée à cet endroit pour accroitre la fierté nationale parmi les coréens et pour représenter l’aspiration des coréens à la grandeur culturelle au vu des grandes réalisations culturelles du Roi Sejong.

  • Adresse / Sejong-ro, Jongno-gu, Seoul-si
    서울특별시 종로구 세종대로 175 (세종로)
  • Comment s’y rendre / Station City Hall (métro ligne 1 ), sortie 3, 4 ou Station Gwanghwamun (métro ligne 5)

itwia_seoul_kingsejong1

Source : french.visitkorea.or.kr


Il y a tant d’autres choses à voir, à visiter, à gouter dans cette capitale que je n’ai pu tout vous présenter ici mais retenez que sont à planifier :

  1. Les palais Changgyeonggung et Gyeonghuigung
  2.  Le sanctuaire de Jongmyo
  3. Passer une nuit dans un hanok.

# 즐거운 여행


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

Instagram_Hashtag_Seoul

IN SEOUL i am…

itwia_seoul2

« J’ai envie d’aller à Séoul, ça ne te dit pas?« 

Il y a un peu plus d’1 an, mon amie Dévika, au détour d’une conversation sur nos envies de voyages, me posait cette simple question. J’y avais déjà songé, sans jamais mettre en place ce projet malgré quelques occasions présentées. Mais ce jour là ma réponse fût d’une rapidité sans nom : OUI. 10 jours plus tard nos vols étaient réservés, profitant d’une opération promotionnelle de la compagnie AIR CHINA qui tombait à point (ce qui signifie une escale à Pekin ou Shanghai). Il n’y avait plus qu’à patienter jusqu’à ce fameux 19 Mai 2017, date de notre envol. Temps suffisant pour organiser notre itinéraire urbain.

Séoul 서울 (prononcer Sowl) est la capitale et la plus grande ville de la Corée du Sud. Située sur le fleuve Han, au nord-ouest du pays, elle compte une population d’environ dix millions d’habitants intra-muros et 25 620 000 dans son aire urbaine (qui inclut notamment Incheon), ce qui fait d’elle la troisième mégapole la plus peuplée au monde après Tokyo et Mexico, et juste devant New York. En outre, la ville est le lieu de résidence de près de la moitié de la population sud-coréenne. La zone démilitarisée (DMZ) est, quant à elle, à environ 45 kilomètres du centre-ville.

Fondée il y a deux mille ans par le royaume Baekje, l'un des Trois Royaumes de Corée, Séoul est pendant plus de cinq cents ans la capitale du royaume de Joseon. À la fin du XIXe siècle, rompant avec une longue tradition d'isolement, Séoul s'ouvre aux étrangers et notamment aux États-Unis : elle est la première ville d'Asie de l'Est à avoir l'électricité, l'eau courante, le téléphone et un réseau de tramway. Occupée par le Japon de 1910 à 1945 et rebaptisée Gyeongseong, la ville devient la capitale de la République de Corée lors de sa proclamation en 1948. Elle sera gravement endommagée lors des conflits de la Guerre de Corée, dont la bataille de Séoul fut l'un des évènements majeurs : le palais de Gyeongbokgung et sa grande porte sont notamment incendiés. Reconstruite dans les années 1960 et 1970 avec l'aide des États-Unis, elle connaît une forte industrialisation et devient le visage d'une Corée du Sud en voie de modernisation. Depuis les années 1990, Séoul a vu sa population croître de manière importante, notamment grâce à l'afflux de migrants d'Asie du Sud-Est.

Source : Wikipedia

✈ AIR CHINA vol avec escale à Pékin : 480€ A/R

+ taxi, métro, bus, vélo, à pied, tous les moyens sont bons pour découvrir la capitale coréenne.

+ avoir une amie d’origine coréenne qui vous donne TOUS ses tips ou lire cet article 😉 merci Fanny

+ télécharger ma carte Mapstr @itwiablog ou ma Google map ci-dessous. Pourquoi? Car ni vous ni moi ne sommes bilingue en coréen, il sera donc mission impossible, je répète impossible (!) de se repérer dans la ville ou sur une carte lambda. Je vous aurai prévenu 😉

☽ Vivre comme une Séoulienne, c’était pour moi 2 options avec un dénominateur commun la « chambre avec vue ». Pour la 1ere option je voulais dominer la ville depuis un gratte-ciel de Gangnam-Gu, quartier populaire et dynamique. Pour la 2nde option je voulais observer la ville depuis les collines d’Itaewon, quartier plus trendy et tranquille. Une fois n’est pas coutume c’est sur @AirBnb que mes vœux se sont exhaussés, avec l’appartement de Rachel ici puis dans la maison d’artiste de Soo nommée GrandMa Stay – Tarif : 50 < 75€/nuit ✔

Vous pouvez les retrouver dans ma Wish List « Dong Dong Seoul« .

itwia_seoul_airbnb7

 

 

 

 

 

 

 

🍴 Manger! Gouter! Soyez gourmand(e)! Après 6 jours à Séoul à raison de 3 repas/jour (parfois 4) ce sont 18 food places que j’ai expérimenté.  La gastronomie aura eu raison de nous pour notre plus grande satisfaction. Dans la longue liste de ces lieux figurant sur ma carte, Dieu sait qu’il vous faudra plus d’une semaine pour tous les faire.

◐ A voir  : les jeunes coréennes habillées comme des princesses d’un autre temps.

► A faire : visiter les palais impériaux (article à venir prochainement).

ღ Shopper des chaussettes ornées de drapeaux coréens, des masques « kawaï » pour la peau, des goodies en tout genre.


Celles et ceux qui avaient suivis mes pérégrinations#inseouliam sur Instagram avaient déjà eu un aperçu de mes clichés, pour tous, découvrez mon récit et mes bonnes adresses dans ce premier volet dédié aux quartiers qui composent la ville.

Les « DONG » explorés ont été les suivants : GANGNAM > YEOUIDO/NORYANGJIN > EWHA > ITAEWON > JUNG > SAMCHEONGDONG > GWANGHWAMUN

 

 

 

 

 

 

 


# GANGNAM

Jour 1 : C’est à Gangnam que nous avons établi nos quartiers pour les 3 premières nuits. Je souhaitais vivre la ville de 2 manières #2salles2ambiances. Je rêvais, aussi bizarre cela puisse paraitre, de néons et de spots à l’instar de New-York ou d’Hong-Kong. Quartier d’affaire,  de bars et boîtes de nuit, nous avons pourtant pris notre temps dans des rues où tout va vite, très vite, trop vite. Nous avions presque nos habitudes, nos adresses de petit déjeuner, nos boutiques coup de coeur et même notre square où nous assoupir.

itwia_seoul_charline1

De jour comme de nuit, la lenteur n’est pas au programme dans ce quartier où les cravates cachent souvent un cœur de noctambule. 

◐ A voir  : la Maison Hermès de Dosan Park, « dû à l’architecte d’origine grecque Rena Dumas, épouse de l’ancien patron d’Hermès, Jean-Louis Dumas, cube presque parfait, ingénieusement découpé sur un mode symétrique pour faire circuler air et lumière dans des espaces généreux, est recouvert d’une peau de verre parcourue de linéaments or sombre sensibles aux sautes d’humeur des saisons et des jours. L’ensemble est strict, s’il est parfois un peu agaçant par les inévitables concessions faites au rituel du luxe dans ce type d’édifice. » Source : Le Monde |

► A faire : se perdre dans les rues de Sinsa Dong, celle de Dosan-Daero la rue commerçante assez cool et plus encore dans les rues adjacentes.

☕ Petit déjeuner au Nilk Factory pour un café au lait d’amande, leur spécialité ou chez The Original Pancake House (chaine originaire de Portland, US) pour un breakfast de compétition ou encore chez 88 Bread pour se sentir comme à la maison.

🍴 Bruncher chez Bad Farmers, gouter chez The Pancake Epidemic et diner dans un bulgogi 불고기 ; littéralement « viande au feu », également connu sous le surnom de « barbecue coréen » dont la viande est marinée puis grillée, ajouté à cela du riz, du kimchi, une feuille de kaetnip ou encore de la pâte de soja mélangée avec du kochujang. A vos dicos!

ღ Shopper des mignonnettes chez LINE Friends coffre & store, mais ne surtout pas rater  Queenmama Market, le concept store à faire palir ceux du monde entier, outre sa boutique située au rdc, le café se trouvant en roof-top agrémenté d’une terrasse parfaite pour un dernier verre avant le diner.

itwia_seoul_gangnam1

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_queenmama9

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_queenmama3itwia_seoul_bulgogi1itwia_seoul_bbq1

# YEOUIDO / NORYANGJIN

Jour 2 : Loin du tumulte de Gangnam-Gu, mon amie Fanny m’avait vivement conseillé de voir la ville en longueur. C’est donc un autre point de vue qui s’offrait à nous depuis les quais du fleuve Han, fleuve qui se sépare en deux bras autour de Yeouido et de ses gratte-ciel. Pour parcourir la dizaine de kilomètres sur berges depuis les Sebitseom 빛섬 (également connus sous le nom d’îlots Sebit,  composés de 3 îles: Gavit, Chavit et Solvit) jusqu’au parc Yeouido, rien de plus agréable que le vélo, loué à proximité du métro Ttukseom Resort ; la piste cyclable était des plus tranquille, balade rythmée par les ponts massifs et les pêcheurs passifs.
C’est à l’heure d’or, que cette ville, observée tel un panorama tout au long de cette journée, allait se présenter à nous sous un autre visage, un visage plus surprenant, un visage plus chaud, un visage doré. Depuis le 60eme étage de la tour 62, nous avons surplombé Seoul en hauteur sur 365°. Arrivées vers 17h00, la flânerie aura duré au moins 2h puisque le soleil qui se trouvait au-dessus de nos têtes, s’est couché devant nous à l’horizon. Clap de fin. C’était sans compter sur notre appétit insatiable et l’envie de découvrir le marché de Noryangjin, quartier fort citadin qui vit pour et par la mer.
itwia_seoul_somesevit1
Les plus fins gourmets viennent y savourer tout ce que l’océan connaît de comestible tandis que les curieux viennent s’étourdir au bruit de la vente aux enchères du marché au poisson du quartier.

► A faire : du vélo le long de la Han River en descendant au métro Ttukseom Resort et en louant des vélos au bord de la rivière. La location se fait sur les quais, il suffit normalement de faire une boucle pour rapporter son vélo là où l’on a emprunter mais moyennant un joli sourire on s’arrange pour le déposer au loueur situé plus loin. Cela évite de revenir au point de départ.

◐ A voir  : la ville depuis le dernier étage de la 62 Tower.

🍴 Diner au marché aux poissons de Noryangjin après avoir déambuler dans les allées glissantes de ce gigantesque entrepôt qui vit 24h/24, vous choisirez votre met sur l’une des étales ou dans l’un des aquariums avant qu’on ne vous le prépare dans les cantines des étages. Frais le poisson, il est frais!

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_somesevit5itwia_seoul_fleuveHanitwia_seoul_tower2itwia_seoul_tower5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_marcheNoryangjin6

 

 

 

 

 

 

 

# EWHA UNIVERSITY

Jour 3 : Si il y avait un lieu que je ne devais pas manquer c’était Ewha, quartier universitaire abritant la prestigieuse université féminine du même nom. L’omniprésence féminine c’est de ça dont je me souviens, de l’invisibilité des hommes aussi, et puis nous au milieu de cette foule grouillante, à l’heure où l’on quitte l’école, où l’on retrouve ses amies, où l’on fait un peu de shopping. Alors nous nous sommes prises au jeu, comme portées par l’énergie positive qui en découlait. Si j’ai bien un conseil, le même que celui que l’on m’a refilé c’est de faire le plein de cosmétiques, de chaussettes, de souvenirs.
itwia_seoul_womenUni6
Venues de tout le pays, les jeunes femmes qui animent les cafés, les salons de beauté et les boutiques du quartier côtoient les jeunes couples chinois venus placer leur mariage sous des auspices favorables en cherchant la robe parfaite dans les vitrines de la rue du mariage.
◐ A voir  :  l’université féminine Ewha 이화여자대학교 créée en 1886 par Mary F. Scranton, une missionnaire américaine. Le nom Ewha, signifiant « poirier en fleurs », est donné par l’empereur Kojong l’année suivante. « Les bâtiments principaux construit entre 2004 et 2008, ont été conçus par l’architecte français Dominique Perrault. Ils se présentent entièrement enterré, édifiés autour d’une large entaille, de part et d’autre de laquelle se dressent deux façades constituées comme de hautes falaises de verre. Leurs toits végétaux épousent la pente naturelle du terrain. » Source : Wikipedia
* Profitez pour visionner le superbe documentaire « L’université cachée de Séoul » produit par Les Films d’ici.
🍴 Déjeuner les meilleurs raviolis coréens ou « mandus » chez Mr Suhwang (voir Map).

ღ Acheter des chaussettes et des produits cosmétiques au motif les plus improbables, des marques populaires que les Coréens aiment beaucoup telles que Tony Moly ou Skinfood. Paradis du shopping dans les petites boutiques des alentours.

itwia_seoul_ehwa7

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_womenUni1

# ITAEWON

Jour 4 : l’heure du changement avait sonné en ce petit matin, changement de quartier, changement de rive, changement d’ambiance. On m’avait dit « Itaewon c’est trendy comme tu aimes et tu vas donc adorer« . C’était peu me dire. L’ancienne zone chaude de la capitale aujourd’hui cosmopolite, bobo et créative, attirant les restaurants branchés et les sculpturales maisons d’architecte, fût un coup de foudre immédiat. Dès nos premiers repérages, à nous perdre d’un côté, dans Hannam Dong, de l’autre dans Noksapyeong, Devika et moi nous sommes vues vivre ici, il aura fallu 4 secondes pour être foudroyées et 4 jours pour se le confirmer.
itwia_seoul_itaewon10
La communauté gay et lesbienne de Séoul ajoute clubs et soirées mémorables à un mélange incongru d’histoire trouble et de présent étincelant dans un quartier qui vit au rythme des appels à la prière de sa mosquée et des livraisons de ses marchés.
☽ Dormir au Hamilton Hotel pour profiter d’une piscine avec vue sur la très animée rue principale d’Itaewon (à coupler avec cet Airbnb dans lequel j’ai logé).
☕ Petit déjeuner chez Berkeley Coffee Social une valeur sûre avec pignon sur rue, qui permet d’observer et de commenter toute activité matinale.
🍴 Bruncher chez BimBom avec une vue sur la tour Namsan, votre repas sera servir sur un plateau à gâteaux à trois niveaux quand au diner, il faut aller chez Jangkkoma pour la diversité de ses mets, son atmosphère sombre et cozy à la fois et les rencontres que l’on peut faire autour de la grande table commune de l’étage.
🍸 Aller boire des cocktails chez Kahlo & Diego* 칼로앤디에고 , un bar de qualité caché dans une petite ruelle près du poste de police de Kyungridan, ou chez Orgasm Frog*, bar dont l’accueil est composé d’un panneau expliquant la définition de la marque.

itwia_seoul_itaewon3

 

 

 

 

 

 

 

 

# JUNG-GU

Jour 5 : Après avoir arpenté les rues escarpées de Itaewon, il était temps pour nous de découvrir la colline à laquelle nous étions adossées et ce qu’il se passait de l’autre côté. En grimpant vers le Nord de la ville, nous avons gambadé à travers les sentiers pédestres du jardin botanique de Namsan, véritable poumon vert urbain. A chaque jour sa nouvelle tour, comme si le jour qui suivait, nous conduisait toujours plus haut que la veille. En contournant le Mont, à la recherche du village musée Namsangol Hanok, trop fainéante(s) de joindre le sommet par nous-même, nous avons atteint le téléphérique qui nous porterait jusqu’aux 236m de la Seoul Tower. Vertige!

View this post on Instagram

🗼

A post shared by Charline Gerbault – ITWIA (@itwia) on

Quartier à dominante résidentielle où voyageurs et Séouliens se croisent dans une ambiance sereine. 

◐ A voir  : Namsangol Hanok 한옥 village littéralement  « un village de maisons traditionnelles dans la vallée de Namsan » où des maisons traditionnelles coréennes ont été restaurées pour préserver l’atmosphère originale de la région. 

► A faire : monter à la N Seoul Tower 엔 서울타워 celle que j’avais aperçue de tous les endroits possibles et inimaginables se dressait fièrement au-dessus de moi à 236m de haut, construite en 1975 sur le Mont Namsan et ouverte au public en 1980, accessible à pied ou en téléphérique. Il n’y a plus qu’à choisir le mode de trajet aller et/ou retour.

🍴 Diner au Gwangjang Marketl’un des marchés traditionnels les plus anciens de Séoul,  datant de 1905. Si vous cherchez à goûter la meilleure street food coréenne, si vous cherchez une expérience culturelle coréenne authentique, c’est ici qu’il faut déambuler en quête des meilleurs bindaetteok, ces crêpes faites de haricots mungo, d’oignons verts, de poivrons et de kimchi.

itwia_seoul_namsan5

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_charline5

 

 

 

 

 

 

 

itwia_namsam8

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_namsan4

View this post on Instagram

Passion Kimbap 🍜

A post shared by Charline Gerbault – ITWIA (@itwia) on

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_marcheGwangjang1

# SAMCHEONGDONG

Jour 6 : Ce n’est pas dans cet article que je comptais parlé des palais des dynasties passées mais le quartier historique de Samcheongdong méritait son paragraphe. Sans vendre son âme, la modernité s’y est installée, se caractérisant par de nombreuses petites galeries d’art, boutiques et restaurants et autres places to-be.
Alors que nous suivions un itinéraire tout tracé depuis Gwanghwamung, c’est portées par la curiosité que nous avons poursuivis toutes ses filles devenues poupées le temps d’un instant. Vêtues ou déguisées d’un habit traditionnel nommé « Hanbok » leurs déambulations citadines nous ont conduites jusqu’au Bukchon Hanok village, nos pérégrinations pouvaient démarrer.
Les modes n’ont que peu de prise sur le calme des petites maisons traditionnelles du quartier ; mais les boutiques branchées comme les restaurants de cuisine contemporaine s’installent dans la rue Samcheongdong, à l’ombre bienveillante du mont Bukhansan.
◐ A voir  : la boutique Gentle Monster entre concept store et galerie d’art, un bijou.
► A faire :  visiter le MMCA, le musée national d’art contemporain 국립현대미술관 , le musée préféré de mon amie Fanny, que nous n’avons pu honorer mais que, promis si je reviens, je commencerai mon périple par lui.

☕  Prendre un café au Bear Café en feuilletant le dernier Kinfolk ou bien le Bear magazine dans un intérieur moderne et minimaliste en plein coeur d’une maison traditionnelle du quartier Hanok mais surtout siroter un thé dans une maison traditionnelle nommée Simsimheon «la maison où se trouve le cœur», vue sur le jardin intérieur transcendante.

🍴 Déjeuner chez Jeonda, meilleur lieu qui soit pour y déjeuner une lunch box  et goûter aux délicieuses et fameuses « jeon », crêpes coréennes, une gargotte tenue par une mère et ses deux filles.

itwia_seoul_jeonda1

 

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_hanok5

 

 

 

 

 

 

 

itwia_seoul_hanok4

 

 

 

 

 

 

 

#Gwanghwamun

Gwanghwamun est le centre historique, politique et symbolique de Séoul. Ce sont aux alentours que nos balades nous ont menées « de Palais en Palais« (voir article ici) mais pas que… dernier jour oblige, l’achat de souvenirs a été l’objet d’un marathon effréné entre les grattes-ciels jusqu’au marché de Namdaemun où nous avons déjeuner local dans un boui-boui qui nous a laissé un souvenir (au autre) impérissable.

► A faire : Kyobo Book Store, la meilleure librairie de Séoul, s’y trouvent aussi les ouvrages en langues étrangères sur la Corée et les manuels de coréen.

◐ A voir  : la monumentale architecture du nouveau City Hall.

🍴ღ Déjeuner et Shopper ses souvenirsau Marché Namdaemun 남대문 시장 le plus vieux et le plus grand marché de Corée.

 

itwia_seoul_kyobo2itwia_seoul_cityhall1

#OUTSIDE SEOUL

Je n’ai rien vu de la Corée du sud, mais cette virée citadine dans sa capitale m’a donné envie de plus, comme découvrir Busan, premier port du pays, découvrir Haeinsa, lieu de conservation d’une copie des écritures bouddhiques dans des planches de bouleau, découvrir filer me ressourcer au parc national des monts de Seorak ou même faire un «temple stay »  dans un monastère bouddhiste (conditions de confort minimes mais l’authenticité garantie). Bref, c’est certain je reviendrai*.
*Dev’ on repart quand?

itwia_seoul3


Merci à Fanny (@fanichine) pour 95% des bons plans de ce city guide sans qui rien n’aurait été pareil et qui a rendu notre virée plus gastronomique que prévu sans oublier les 5% de spontanéité qui ont rendu cette découverte urbaine merveilleuse.

Prochaine étape > de Palais en Palais…


# 즐거운여행

Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

☛ PS : Retrouvez toutes mes adresses sur mon compte Mapstr : itwia.

*Toutes les photos de moi ont été prises au HUAWEI P9 par mon amie Devika.

Instagram_Hashtag_Seoul

IN AMSTERDAM i am…

itwia_hejamsterdamVAmsterdam, j’en ai mis des années avant de la rencontrer. Je me souviens de tous mes copains qui dans notre adulescence ne manquaient pas l’occasion de s’y rendre. L’occasion d’un w/e entre amies afin d’y célébrer l’anniversaire de l’une d’entre nous fût pour moi le meilleur prétexte de la découvrir, de visiter cet ancien village de pêcheur devenu le plus grand port du monde, qui aujourd’hui se hisse à la première place des villes où il fait bon vivre.

Oh oui! Que la vie semble douce et lente auprès de l’eau, omniprésente, qui coule dans les canaux. De Jordaan à Ziud en passant par De Pijp, nous nous sommes promenées à travers les innombrables ruelles,nous nous sommes perdues (mais c’était voulu), nous avons enjambé les canaux grâce aux 1281 ponts que comptent la ville, nous avons emprunté le tramway de temps à autre quand les distances nous semblaient trop longues, nous avons admiré ses étroites maisons à pignons, héritage de l’âge d’or de la ville comme nous aurions contemplé des tableaux de maître du XVIIe siècle et nous avons surtout apprécié les lieux plus cool les uns que les autres dans lesquels nous nous sommes lovés.

Ces lieux sont issus de listes à rallonge que nous avions Alexandra, Emmanuelle et moi en mémoire : boutiques, restaurants, cafés et musées. Nous avons dû faire des choix, remettre à plus tard certains endroits.

Ni la Maison d’Anne Frank ni l’église de Westerkerk n’ont pu faire parti de notre programme mais ce n’est que remis à une prochaine fois tellement il nous a été conseillé de ne pas les louper. Par contre le quartier des Neufs Ruelles, ainsi que le Noordermarkt, ont occupé notre samedi avant de terminer la journée sur une pause sucré à la meilleure adresse d’apple pie recommandée par Alexandra. Le dimanche avait vocation d’être plus culturel. Tout comme à Paris, nous l’avons dédié aux musées. Celui de l’Art Contemporain Stedelijk Museum dans le quartier Zuid, jouxtant celui de Van Gogh, à l’extrémité sud du Museumplein. Et comme un dimanche, nous nous étions attablées pour bruncher avant de démarrer.

itwia_amsterdam_flatlay

+ Télécharger les e-guides PATHPORT : « The green guide » et/ou « The slow and the beautiful » puis intégrer leurs cartes dans votre Google Map ($7 chacun)

+ piocher les bonnes adresses du magazine « MPA« .

🚆 THALYS train direct : à partir de 120€ A/R

☽ Pour s’immerger au mieux, vivre comme ses habitants comme j’aime le faire que ce soit à New-York ou à Singapour je ne cesserai de vous conseiller de louer un logement sur @AirBnb  dont voici ma Wish List – Tarif : 150€/nuit ✔

  • Le + Marielle, notre hôte nous avait concocté un city-guide sur mesure qu’elle m’avait transmis avant notre arrivée : LFT téléchargeable ici.

Mais il existe aussi des boutiques hôtels qui me faisaient de l’oeil comme le Hoxton ou même un boutique-appartement nommé Kith & Kin. A mes dates cet automne, les deux étaient complets. La prochaine fois peut-être.

itwia_amsterdam_airbnb7

itwia_amsterdam_airbnb2


Découvrez mon récit et mes bonnes adresses en images de ce week-end passée dans la capitale hollandaise ici et sur Instagram @itwia avec mon hashtag #inamsterdamiam.

EEN TWEE DRIE, het it weg!

itwia_amsterdam14

0112

itwia_amsterdam2

itwia_amsterdam25

itwia_amsterdam18

itwia_amsterdam6itwia_amsterdam23

itwia_amsterdam19itwia_amsterdam8itwia_amsterdam1itwia_amsterdam40101

0102

– mes conseils & recommandations –

🍴 Bruncher chez Coffee and Coconuts, découvert sur Instagram et vu l’attente que nous avons eu, ce café établi sur 2 niveaux dans une ancienne halle semble être the place-to be un samedi midi sinon les oeufs Benedicte à la sauce hollandaise de Vascobelo Rijnstraat combleront votre appétit au plus près de votre AirBnb.

itwia_amsterdam_vascobelo3

🍴 Diner japonais chez Hakata Senpachi, à 10min de notre appartement, c’est totalement par hasard que nous sommes tombées sur cette excellente et authentique adresse. Quoi de mieux pour célébrer l’anniversaire de mon amie Emmanuelle, adoratrice nippone.

🍴 Gouter la meilleure « Appletaart » de la ville chez WINKEL 43, une institution pour les gourmand-e-s et autres amateurs de tarte aux pommes épaisses surmonté de chantilly maison #yummy
itwia_amsterdam_apple2

Autres adresses :

  1. Avocado Show – Daniël Stalpertstraat 61
  2. C.O.T.T.O.N House Coffee – Albert Cuypstraat 116B
  3. Raïnaraï – Prinsengracht 252
  4. Lotti’s Amsterdam – Herengracht 255
  5. Foodhallen Bellamyplein 51
  6. Bar Botanique – Eesrste Van Swindenstraat 581 – @barbotaniqueamsterdam
  7. The Cold Pressed Juicery – Nieuwe Passeerdersstraat 12 – @thecoldpressedjuicery

◐ A voir  : une exposition (périodique comme permanente) dans l’un des 75 musées que compte la ville : le Rijkmuseum, le Van Gogh museum, la maison d’Anne Frank ou encore le Stedelijk Museum sans oublier ceux du Sexe, de l’Erotisme, du Hash et le musée de la Torture.

ღ Shopper au concept store Hutspot, au sous-sol un barbier, des azujelos, des vêtements de créateurs,… à l’étage un restaurant où il est bon de prendre un simple café pour y chiller.

Autres adresses :

  1. Wildernis – Bilderdijkstraat 165 – @wilnernisamsterdam
  2. Pluk – Reestraat 19 – @plukamsterdam
  3. The Otherist – Leliegracht 6
  4. C.O.T.T.O.N House – Albert Cuypstraat 116B

itwia_amsterdam_hutspot2

► A faire : rapporter des bulbes de tulipes à ses proches depuis le parfait pays de culture grâce à ses printemps longs et ses nuits fraîches, j’ai acheté les miens au Amsterdam Tulip Musem, juste avant d’aller acheter du fromage « la Hollande le pays du Gouda » 😉

Il me reste beaucoup d’autres choses à voir, à visiter, à gouter de cette Venise du Nord :

  1. De Wallen « le quartier Rouge »,
  2. la cour Begijnhof,
  3. les musées Museum het RembrandthuisRijksmuseumMusée van Gogh,
  4. l’un des plus anciens jardins botaniques Hortus Botanicus
  5. le parc de Keukenhof et les champs de tulipes en dehors de la ville.

#GOEDE REIS 


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

Instagram_Hashtag_Amsterdam

*Toutes les photos numériques ont été prises avec le HUAWEI P9 (merci Manue) et les argentiques sont issues des séries de vie de mon amie ©Alexandra Ladovic (Tumblr : Alligator Tiger Butter).

IN AMMAN i am…

itwia_amman_charline3

Capitale de la Jordanie depuis 1921, c’est à Amman (عمان`Ammân) que nous avions débuté notre périple en Jordanie il y a de ça déjà 2 ans. Celle que l’on a nommée tout à tour Philadelphia à l’époque romaine puis Rhabbat Ammon citée ainsi dans la Bible, est une ville fascinante et pleine de contrastes : mélange unique de souffle moderne et de vestiges antiques, idéalement située sur une colline entre le désert et la fertile vallée du Jourdain. Je suis tombée amoureuse de son atmosphère en 24h à peine et je me la suis appropriée au point de m’y projeter.

+ Pour cela se faire accompagner d’un guide, Walid, la plus belle rencontre qu’il nous ait été donné de faire en Jordanie comme ailleurs.

✆ Waleed Marashdeh +962 772185425 ou al.anaiber@yahoo.com : appelez-le de la part de Charline et Kares en lui passant un « bonjour » rempli d’amour ♡

+ Se tourner vers l’Office du Tourisme de Jordanie. Website / visitjordan.com

☽  Dormir au Locanda boutique Hôtel, le premier du genre en Jordanie, avec un message culturel fort. Chacune des 14 chambres porte le nom de musiciens célèbres dans le monde arabe. De Um Khalthoum et Saeed Darwish à Fairouz – Tarif : 100€/nuit ✔

✈ Royal Jordanian : 600€


Celles et ceux qui avaient suivi mon voyage en Jordanie sur Instagram @itwia avec mon hashtag #injordaniam ont déjà aperçu certains de ces clichés, pour tous découvrez mon récit et mes bonnes adresses en images de ces 24h passées dans la capitale jordanienne. #inammaniam , c’est parti.

itwia_amman_flatlay.png

ig_inammaniam

La première nuit fut courte ici, comme je l’avais raconté dans le premier article consacré au Royaume Hachémite (ici), le retard de notre vol, la correspondance ratée, etc… ne nous avait permis de fouler le tarmac de l’aéroport qu’aux alentours de 4h30 du matin. Nous n’avions rejoint notre boutique-hôtel que pour quelques heures de sommeil, à peine le temps de recharger nos batteries. Pourtant il nous fallait beaucoup d’énergie pour découvrir cette ville bâtie à l’origine sur 7 collines et qui s’étend maintenant sur 19. Monter, descendre, chacun des quartiers, remonter, redescendre, chacune de ces collines. Heureusement nous n’étions pas seuls mais surtout nous étions véhiculé. Je me souviens que nos trajets en voiture étaient ponctués soit de micro-sieste soit de contemplation béate à travers la vitre.

Compteur à 0 ◄▌▌

Il était 10h00 quand Walid notre guide rencontré quelques heures auparavant à l’aéroport nous attendait de pied ferme dans le hall de l’hôtel. Lui aussi avait les mêmes yeux embués de fatigue que nous et le coup de sifflet de départ n’avait pas retentit.  Cette journée de visites était programmée à la lettre et s’annonçait comme longue. L’excitation de la découverte allait nous gifler le visage.

Nous avons commencé par la visite du centre culturel THE KHALID SHOMAN FOUNDATION sur les hauteurs de Al Roujm. Darat al Funun est une maison pour les arts et les artistes de la Jordanie et du monde arabe installés dans trois bâtiments traditionnels des années 1920, à côté des vestiges archéologiques d’une église byzantine de six siècles construite sur un temple romain, tous restaurés pour l’usage. J’ai tout de suite eu un coup de coeur pour le lieu, au point d’immédiatement m’imaginer vivre dans une bâtisse de ce style, avec une vue similaire. Découvrir les ruines et le cinéma en plein air qui y a été installé c’était l’apothéose. L’exposition que nous avions vu à ce moment là traitait de la vie autour de la mer morte, tout autour, des 2 côtés, Israélien/Palestinien et Jordanien, tout autour, avec amour. Utopie artistico-géo-politique.

Avec ses Arts, Architecture, Archéologie, Darat al Funun parle d’un héritage durable de l’urbanisme, de l’architecture et de l’identité culturelle qui est maintenant enrichi par une floraison moderne des arts visuels. Alors que l’orientation de ses programmes se concentre constamment sur les arts visuels, le Darat al Funun s’efforce d’être un refuge pour tous les arts, où le public peut expérimenter les arts visuels en harmonie avec d’autres formes d’expression de soi.

itwia_amman13itwia_amman12

itwia_amman11

ig_amman_KhalidShomanFoundation

Aux alentours de 12h00, la faim se faisant Walid nous a donc emmené non pas déjeuner mais participer à un cours de cuisine traditionnelle jordanienne. Belle surprise que d’apprendre à préparer un Maglouba (poulet/riz/tomates) ou encore du Matabal (caviar d’aubergines – food crush), ces plats qui allaient rendre dingue mes papilles pour les 15 prochains jours. J’imaginai déjà les refaire aisément à la maison, me télétransportant là où je les avais découverts. Mais ça je ne le savais pas encore. Nous étions une dizaine d’occidentaux autour du plan de travail, sur la terrasse dominant Amman, tous studieux, affairés à prendre des notes et à observer nos chefs. Quand est venu le moment de nous attabler, je me sentais déjà repu de savoir à défaut de gouter. Il n’a pas fallu me le proposer deux fois quand l’autorisation de se servir a été prononcée. Ce fût un délice, à la réécriture de ces lignes, je ressens encore les saveurs.

itwia_amman_beitsitti6

itwia_amman_beitsitti3

A 14h00, une balade digestive dans Downtown nous a permis de nous alléger de nos mézzés malheureusement pas de nous rebooster. Nous étions éveillés depuis plus de 24h et les premiers pas dans Amman demandaient beaucoup d’énergie pour grimper les pentes et de concentration pour satisfaire ma curiosité. Je ne voulais rien manquer alors je luttais contre mon sommeil. Un énorme coup de fatigue s’est fait ressentir au moment même où nous devions visiter la plus vieille maison « Diwan Duke ». Aujourd’hui café, cette escale tombait à pic avant d’enchainer avec le théâtre romain et la citadelle, vestiges de l’ancienne Philadelphia.

itwia_amman2

itwia_amman_charline6

itwia_amman_dukediwans4

La promenade sur les hauteurs de la citadelle nous a permis de profiter du formidable panorama offert sur Amman, dont la lumière de fin d’après-midi (17h00) l’habillait de couleurs chaudes. C’est d’ici que j’ai pris conscience du nombre de ses collines, des degrés de pente que nous avions affronté plus tôt dans la journée. Face à moi les maisons blanches (ndlr : une loi impose la construction en pierre locale) démultipliées et le nombre incalculable de mosquées dont les minarets ponctuent de verticales la skyline dodue.  A mes pieds, j’apercevais la « ville basse » et le théâtre que nous avions découvert quelques heures plus tôt.  Spectatrice du tableau de la ville, c’était principalement le Temple d’Hercule et ses colonnes de pierres rosies par le soleil, l’église byzantine et son dôme de bois, le Palais ommeyade (El Nasr) et son histoire chargée que nous étions venus visiter. Exit le Musée national archéologique, le temps nous a manqué. Au moment où le ciel s’est assombri de bleu nuit, les muezzins se sont mis chacun leur tour à entonner le chant de la prière du soir, il était déjà 19h00. Magique.

La citadelle a été édifiée par l'empereur romain Marc Aurèle (160 - 181 ap. J.C.) selon un plan similaire à celui du temple d'Artémis à Ephèse, l'une des sept merveilles du monde. Sur ce site ont été découvertes les premières traces d'occupation humaine de la cité, qui dateraient du milieu de l'âge de bronze, c'est-à-dire vers le deuxième millénaire av. J.-C, mais la cité originale d'Ain Ghazal (fondée il y a 10 000) est néanmoins située dans la banlieue d'Amman. Le Musée archéologique témoigne de cette civilation ancestrale, ainsi que de celle des rois ammonites présents 1200 av J.C. qui ont bâti la grande cité de Rabbath Ammon.

Les premiers vestiges visibles sur le site datent de l'époque romaine, lorsque la ville était une décapole romaine qui portait le nom de Philadelphie. La ville a ensuite été conquise par les Byzantins puis par les Ommeyades (dynastie arabe), comme en témoignent les vestiges trouvés sur place. Parmi les ruines que l'on peut encore voir aujourd'hui, les plus impressionnantes sont celles du palais omeyyade, sur la terrasse supérieure, au nord de la citadelle. Les vestiges les plus anciens sont ceux du temple romain d'Hercule, avec ses colonnes massives, et ceux d'une église byzantine. Commençons la visite par ordre chronologique.

Source : Le Petit Futé

itwia_amman_amphi5itwia_amman_charline4

itwia_amman_charline5itwia_amman_citadelle7itwia_amman_citadelle1itwia_amman_charline1

itwia_amman_charline8itwia_amman_citadelle2itwia_amman_citadelle8

La journée s’est donc terminé en haut. En bas nous l’avons achevée ou était-ce elle qui avait eu raison de nous. Avant le coucher, je voulais diner, épuisée certes mais affamée. Ceux qui me connaissent savent à quel point j’aime manger, non pas pour me nourrir mais pour prendre du plaisir. Ce soir là aux alentours de 21h00, c’est au Sufra que nous nous sommes essayé une nouvelle fois à la gastronomie jordanienne mais le souvenir le plus marquant de ces repas nocturnes est le Jafra, l‘un des restaurants/cafés traditionnels les plus populaires d’Amman, situé dans le vieux centre-ville (Wasat Al Balad) et bien connu pour son style orientaliste. Un joueur de Oud s’est installé derrière nous, lorsqu’il a commencé à jouer nous avons eu l’impression d’être des Jordaniens des 50s, enfin d’être ces mêmes Jordaniens assis autour de nous, venus en être amis, des groupes d’hommes comme des groupes de femmes, ici pour partager une chicha et prendre du bon temps. Peu importe l’époque finalement, peu importe qui nous sommes, ce soir là nous étions tous pareils.

ig_amman_sufrarrestaurantitwia_amman_caféJafra4itwia_amman_caféJafra3

Downtown en journée et la colline d’ Al Balad en soirée, c’est ainsi que j’ai divisé mon unique jour de visite de la plus vieille ville du monde encore habitée.


#MES CONSEILS 

🍴 Endroit parfait pour la pause café post-déj’, se rendre chez Duke Diwans (King Faisal Street – Downtown), cette maison de ville historique, construite en 1924, qui a servi de bureau de poste (le premier d’Amman), de ministère des Finances et d’hôtel. Aujourd’hui, il a été restauré avec des meubles d’époque par un important homme d’affaires jordanien, qui est également le duc du village de Mukhaybeh. La collection de vieilles photos d’Amman fournit un aperçu intéressant d’un âge révolu. Tout cela est assez sous-estimé, mais plutôt charmant.

🍴 Prendre un cours de cuisine chez Beit Sitti. Gérée par une jordanienne à l’accent anglais parfait, qui a rénové la maison familiale et l’ouvre à qui veut vivre comme un local. J’ai apprécié cuisiner mais j’ai surtout adoré ce que nous avions préparé.

🍴 Diner chez Jafra, l‘un des restaurants/cafés traditionnels les plus populaires de la cité, situé dans le vieux centre-ville (Wasat Al Balad). S’installer sur la terrasse, commander un verre de thé sucré et une Chicha.

► A faire : l’exposition du moment à la Darat Al Funun Foundation, niché sur les hauteurs ou une projection à la tombée de la nuit confortablement installé entre les colonnes romaines, un voyage dans le temps.

ღ Chiner des tapis, des Scheichs, au souk de la mosquée Abdallah, une véritable caverne d’Ali Baba dans un lieu de culte des plus paisibles en fin de journée.

◐ A voir le matin : l’amphithéâtre romain dont gravir les marches est une excursion à part entière. Vestige le plus impressionnant de la Philadelphie romaine, avec une capacité de 6000 personnes. Vous vous sentirez seul d’en haut, à contempler Amman quand la lumière est douce.

◐ A voir en fin de journée : la citadelle de Philadelphie juste avant le coucher du soleil quand les lumières réchauffent la ville d’or depuis le belvédère du Jebel Al Qala’a.

itwia_amman_charline7#SALAM AMMAN


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.instagram_hashtag_amman

 

 

*Toutes les photos de moi ont été prises par Kares Le Roy.