IN AUVERGNE i am…

IMG_1681_modif

Il est de ces régions qui font parties de mon pays et dont j’ignore la beauté. L’Auvergne était annotée dans ces listes. L’Auvergne était annotée dans une de ces to do-listes qui s’entassent dans mon smartphone. Je pus l’en rayer grâce à une escapade planifiée cet automne et dont voici le résumé.

Quelle surprise ce fût quand durant 4 jours, nous avons roulé un certain nombre de kilomètres à la découverte du patrimoine local. Volcans, roches, lacs, rivières, que d’éléments géologiques riches d’histoire et d’esthétique. Nous nous sommes laissés porter à travers le Puy-de-dôme sans rien organiser ni rien savoir. L’aventure à domicile en quelque sorte.

Le premier jour c’est par une randonnée pédestre que nous avons commencé. 7km de marche au Puy Pariou, à travers des bois ensevelis de neige fraichement tombée fin octobre. Quand j’étais enfant, je me souviens toujours râler lorsque mon père nous emmenait en randonnée. Aujourd’hui pourtant je suis en demande. Je le dois sûrement à ce treck du Rinjani (Lombok) ou ne serait-ce grâce à cette balade dans le cirque de Salazie (Réunion)? Toujours est-il que la force tranquille des Volcans m’a réconciliée avec la marche et cela m’avait comme qui dirait, manqué.

Le puy Pariou parfois appelé Puy de Pariou et plus souvent, simplement Le Pariou est un volcan de la chaîne des Puys, dans le Massif central. Formé par la superposition de deux cônes stromboliens et d’un anneau de tuf, cet ensemble a produit trois coulées de laves au cours de son histoire éruptive.

Mais nous étions là-bas pour se reposer. Les jours suivants ont donc été moins énergiques, plus lents,  plus doux, mais non sans découverte. En cette deuxième journée, ce sont les Roches Tuilière et Sanadoire, deux volcans situés à proximité du lac du Guery dans la vallée de Fontsalade, qui ont été le point d’orgue de nos déplacements. Le site est à cheval sur deux communes : la roche Tuilière fait partie de Rochefort-Montagne tandis que la roche Sanadoire est située sur Orcival, petit village que nous d’ailleurs visité en chemin. Nous avions tellement prix notre temps que la randonnée du jour ne fut qu’une balade au sein d’un… parc de loisirs. En quête d’un pont suspendu aperçu dans un recueil d’architecture, c’est par erreur que nous ayons atterris au CAP GUERY . Il s’agissait en réalité d’une attraction pour petits (et grands), ludique, qui tout au long d’un parcours pédestre, nous éduque sur la faune qui peuple les environs et la flore qui la jalonne. Tant pis, on y a rit et on en est parti ravis pour profiter des dernières lumières qui brillaient sur le lac de Guery avant de retrouver le confort de notre logis.

Il s'agit à l'origine de deux volcans dont les profils ont été fortement érodés par les glaciers. Il n'en reste plus que la cheminée (Tuilière) et un morceau de cône (Sanadoire) séparés par une vallée en auge.
La Tuilière présente des colonnes prismatiques disposées en gerbes. On utilisait autrefois ses pierres pour couvrir les toits des maisons. Ce sont les fameuses lauzes. La Sanadoire, "roche sonnante", car la phonolite résonne quand on la frappe, culmine à 1290 m. Elle a porté jusqu'au XV° s un château réputé imprenable. Il peut paraître surprenant qu'elle ait pu supporter une forteresse même de dimension modeste. Un ébranlement a diminué de beaucoup sa surface au sommet.

Le séjour touchait à sa fin. C’est au « Paradis » qu’il s’est terminé. Quel nom bien donné au au village de Queuille par les habitants de l’autre rive. Ils voient, perché sur un piton rocheux, ce charmant bourg dominant la vallée. De son belvédère, la vue se dégage sur un sublime méandre. Une immense boucle formée par la rivière Sioule, à couper le souffle. Avec les couleurs automnales, les feuillages teintés de rouge, d’ocre et de jaune, je me suis crue loin de chez moi, ailleurs que dans mon pays, surprise à me demander : « ce que nous avions à envier aux grands espaces canadiens? ».

Alors l’Auvergne, toi et moi c’est quand tu veux!


Les découvertes auront été les suivantes : PUY PARIOU > MEANDRE DE QUEUILLES > MONTS DORES > ORCIVAL

♥ Cette histoire se raconte en images et débute maintenant.

itwia_auvergne1IMG_1399_modifIMG_1494_modif

itwia_auvergne9itwia_auvergne2

itwia_auvergne11IMG_1491_modifIMG_1756_modifitwia_auvergne_boisbasalte7

itwia_auvergne12itwia_auvergne14

itwia_auvergne21

itwia_auvergne16

itwia_auvergne27itwia_auvergne24IMG_1614_modifitwia_auvergne26

IMG_1651_modif

itwia_auvergne28

– mes conseils & recommandations –

☽ Séjourner au magnifique domaine du Bois Basalte (article à venir)

🍴 Diner ou même séjourner à l’Auberge du Lac de Guery.

Tout au long de son histoire, l’auberge a été une halte connue, voisine du Mont-Dore, où venaient se ressourcer les téméraires voyageurs. Et comme bien souvent le sont les bâtisses situées à proximité d’un col, c’est un lieu d’exception où l’accueil et le bon vivre sont de véritables traditions.

◐ A voir  : le Méandre de Queuilles depuis son belvédère où se donne rdv tous les photographes, amateurs comme professionnels, de la région et d’ailleurs.

► A faire : des randonnées diverses comme celle du Puy Pariou ou celle autour du lac de Guery, le plus haut lac d’Auvergne. Ce lac de 25 hectares situé à une altitude de 1 244 m,  est dû à une coulée de lave qui a barré le cours d’un torrent venu du Puy Gros.

► A tester : le parc ludique CAP GUERY. C’est par erreur que nous avons atterris ici, en quête d’un pont suspendu aperçu dans un recueil d’architecture. Il s’agissait en réalité d’une attraction pour petits (et grands), ludique, qui tout au long d’un parcours pédestre, nous éduque sur la faune qui peuple les environs et la flore qui la jalonne.

✖ A ne pas faire : ramasser les mauvais champignons (comprendra qui voudra)

ღ Rapporter du fromage.

#DOUCE FRANCE


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.

*Les photos ont été prises avec un Fuji x100T et un HUAWEI P9.

LE PITON DE LA FOURNAISE du ciel à la terre

itwia_la reunion_volcan26Dernier jour sur l’île et pas des moindres. L’apothéose en quelque sorte, l’appréhension du géant, la rencontre avec un volcan, le Piton de la Fournaise. Lui qui culmine à 2 632 mètres d’altitude, est le volcan actif de l’île de La Réunion (environ une éruption tous les 9 mois). Il correspond au sommet et au flanc oriental du massif du Piton de la Fournaise, un volcan bouclier qui constitue 40 % de l’île dans sa partie sud-est.

Je vous ai parlé de première rencontre? La rencontre? Pas vraiment. En fait, 3 jours plus tôt, lui et moi nous étions déjà approché l’un de l’autre, de loin, d’en haut. Un survol de l’île en hélicoptère m’avait été offert.

itwia_la reunion_volcan11

carte-incontournable


Ce vol comprenait :

  • les 3 Cirques
  • le Trou de Fer
  • le Volcan
  • le lagon

Tarif : 279€

itwia_la reunion_volcan7

itwia_la reunion_volcan8

Mais ça c’était déjà le passé. Devant moi des routes escarpées, qui monte sans cesse, on quitte la mer des yeux, on découvre une flore nouvelle, des ravins, des paysages que l’on croirait surgis d’une autre planète telle la Plaine des Sables, que l’on traverse auparavant pour rejoindre le sommet du piton. Inhabités. C’est à l’intérieur de l’enclos et sur les pentes vierges du Sud-Est que se produisent les éruptions et les coulées de lave, il ne fait pas bon y vivre.

Je n’ai eu le temps que de 3h de randonnée car en fin de journée mon vol vers la métropole m’attendait. C’est telle une fourmi que je me suis approchée du petit cratère que l’on devine depuis le parking. J’aurai voulu aller plus loin. La prochaine fois.

Anecdote : En 1977, une coulée de lave a englouti plusieurs bâtisses sur la commune de Sainte-Rose et s'est arrêtée sur le seuil de l'église Notre Dame des Laves : un miracle !

Web / fournaise.info/

◐ A visiter : la Cité du Volcan à la Plaine des Cafres. 

► A faire : un survol des volcans en hélicoptère, c’est Hélilagon qui m’a offert ce merveilleux cadeau rempli de sensations fortes. 

itwia_la reunion5itwia_la reunion_volcan6itwia_la reunion_volcan24itwia_la reunion_volcan25itwia_la reunion_volcan2itwia_la reunion_volcan13

itwia_la reunion_volcan27

itwia_la reunion_volcan5

itwia_la reunion_volcan14

itwia_la reunion_volcan20itwia_la reunion_volcan23

#N’ARTROUV


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.instagram_hashtag_lareunion

IN LOMBOK│INDONESIA i am…

ITWIA_MAPS 7lombok_fiche_info

Je redoutais cette escale en mon for intérieur. Lombok était le synonyme du Rinjani et de l’ascension de celui-ci. 3756m qu’ici et là on me disait que je ne serai pas capable de gravir, que je souffrirai. J’ai donc pris peur. Son omniprésence était incroyable pourtant. Depuis la mer, depuis la route, on ne voyait que lui et nos regards ne pouvaient l’éviter. Alors lui et moi, il fallait bien que l’on se rencontre, de plus près.

Mais avant de l’atteindre, nous avons traversé le nord de l’île. Authentique. La nature intacte, la circulation quasi inexistante, l’appel à la prière qui résonne entre les monts, la tranquilité et la paix.

Puis nous sommes arrivés dans le petit village de Sembalun. Sur les 300 habitants que constituent le bourg, 10 sont guides de montagnes et 50 autres porteurs. Ce sont eux qui font vivre la communauté. Les femmes restent à la maison et éduquent les petits. Enfants du Rinjani.

itwia_lombok3itwia_lombok2 itwia_lombok7itwia_lombok9itwia_lombok8 itwia_lombok5 itwia_lombok4 itwia_lombok10 itwia_lombok11

#1 Gurung Rinjani

+++ Utiliser les services de Trekking Organizer to Mount Rinjani

Contact / Mr. Satya Budi

Address / Jalan Cendrawasih No.8 Cakranegara Code Pos 83231 Mataram Lombok Indonesia
Phone / +62 370 631271
Website /
 http://www.hikingrinjani.com  & http://www.trekkingrinjani.com
Email /  info@trekkingrinjani.com
Tarif / IDR 3M par pax

Le prix du forfait ci-dessus comprend :

  • 1 nuit d’hôtel à Sembalun Lawang (petit déjeuner inclus)
  • Guide
  • Porteurs
  • tente
  • sac de couchage
  • matelas
  • 1 ½ litre d’eau en bouteille par jour
  • équipements de cuisson
  • tente de toilettes
  • activité de Trekking au mont Rinjani 3 jours 2 nuits
  • petit déjeuner, déjeuner et le dîner pendant la montée sur le mont Rinjani
  • 2 x transport ( Bangsal Port > Sembalun + Senaru > Senggigi )
  • Entrée parc national Mont Rinjani
  • Permis de Rinjani Trek Centre (RTC)

# Programme

J1 : Sembalun Lawang – 1150m d’altitude

J2 : Sembalun Lawang >  POS 3 Plawangan Sembalun Crater Rim (2639m)

7h00 départ sur les chapeaux de roues. La route était facile, cela ressemblait à une balade de courtoisie. Nous avons ainsi marché environ 3 heures avant d’atteindre la plaine de Savanna Grass Tall. Incroyable prairie d’herbes hautes qui chatouillaient les jambes à chacun de mes pas. Nous avons rencontrés nos porteurs à ce moment là. Bien chargés et en tongs, ils nous ont dépassés à une telle vitesse que lorsque nous sommes arrivés au  POS 3, le repas était presque prêt. Cette pause nous permis de reprendre de l’énergie. Il en fallait. Puis les difficultés ont commencées. Niveau 1 j’entends. Ce que j’ignorais s’avèrerait pire. 

16h00 enfin j’apercevais le sommet de ce qui serait notre point de chute pour la courte nuit que nous allions passer. Quelle déception ce fût à la vue de ce qui était notre camp : une déchetterie! Les porteurs si courageux et si peu payés, n’ont malheureusement pas le même rapport à l’écologie que nous. Il est beaucoup plus simple pour eux de laisser tous les déchets en haut plutôt que de les redescendre. Alors je vous laisse imaginer la tonne de sacs en tout genre qui s’amoncelle ici et là. A cela s’ajouta le fait que la météo ne nous avait pas suivie, la crête était enfouie dans les nuages, la fraicheur d’altitude commençait à hérisser mes poils. Nous avons fait de ce climat un moment idéal pour déblayer. Nous avons retroussé nos manches et pendant plus d’une heure, tenté de réunir au maximum ce qui nous polluait. Au total une dizaine de sacs remplis d’ordure, de bombonnes de gaz, de sachets de nouilles chinoises et d’un millier de lingettes. Désastreux.

Mais le spectacle qui s’offrit à nous un peu après 17H00, balaya d’un seul coup d’un seul notre dégôut, pour laisser place à l’émotion. Les nuages s’écartaient, laissant apparaitre enfin celui que j’avais imaginé, le lac Segara et son bleu émeraude. Le soleil se couchait en arrière fond.

20h00 ce fût l’heure d’aller dormir. Sans trop se faire prier, je me suis assoupie sans problème… avant d’être réveillée quelques heures plus tard par les ronflements de mon compagnon (dont je tairai le nom). Il dormait bien le bougre. Je n’ai donc pas fermé les yeux jusqu’à l’heure indescente du réveil nocturne, 01h00.

GRAVIR LE SOMMET – 3726 M > c’est à 2h du matin que nous avons commencé l’ascension du sommet, lampe frontale bien vissée sur la tête, bien emmitouflés dans nos polaires, bonnet et moufles, depuis la crête du Plawangan Sembalun crater à 2639m d’altitude. C’est 3h30 plus tard, errintée de fatigue, les larmes coulant sur mes joues et les jambes tremblantes, que j’atteignis les 3726m de ce qui est le plus haut point de ce volcan. FIERTE!

Supplément : IDR 150,000

J3: Plawangan Sembalun Crater Rim (2639m) > Sommet Mount Rinjani (3756m) > Segara Anak Lake > Plawangan Senaru altitude 2641m

Après un effort surhumain (le manque de sommeil ayant eut raison de mon énergie), nous devions redescendre au camp afin d’y être aux alentours de 9h00. 09h01 sur l’horaire je n’avais pas faibli, je pouvais alors récupérer des forces grâce au copieux petit-déjeuner préparé par nos porteurs. Pancake de banane, club sandwich, frites maison… En dépit des calories englouties, le regain d’énergie dont j’avais besoin tarda.

Après une courte négociation j’obtins le droit de me reposer 30min. On devait me laisser tranquillement plonger dans les strates de mon sommeil. Revitalisant!

10h30 nous reprenions le chemin qui nous ménerait encore plus près de cette eau émeraude, au bord des rives du lac Segara. 2 heures de marche, de descente, et la fatigue qui reprenait le dessus.

12h30 pause déjeuner qui pour mon plus grand soulagement n’était pas prêt. J’en profitais pour me rendormir, une seconde sieste. L’appétit n’était pas là de toute façon. J’aurai pu aussi me baigner dans les eaux chaudes d’une source avoisinante mais entre me débarbouiller et me reposer, le choix fut indiscutable. Pourtant ces eaux miraculeuses auraient pu guérir certains de mes maux. Les locaux y viennent pour soigner les maladies de la peau et autres rhumatismes.

14h00 peut-être les 5 pires heures de ces 3 jours. Monter, descendre, escalader, dévaler, s’accroupir, boire de temps à autre, ne jamais prendre de pause pour éviter d’accentuer le temps qui me séparait de mes compatriotes (lâcheurs!), remonter, redescendre, s’agenouiller dans les racines, souffrir, soupirer, crier, râler, et puis de la vue incroyable, profiter…

18h00 enfin je devinais le sommet et le POS 6 de cette ascension. Mais le campement était complet. Il nous a fallu marcher une heure supplémentaire. Ryan mon guide me promit un endroit paradisiaque. Etait-ce un placebo pour booster mon mental? J’en avais marre. Cela faisait 14 heures que j’en avais marre alors oui je n’étais pas à 60 minutes de plus.

Mais quand j’ai aperçu 2 toiles oranges cachées dans les herbes hautes avec pour seul voisin éphémère le soleil qui se couchait, je compris que Kyan ne m’avait donc pas menti.

20h00 le repas fût englouti en 2 coups de fourchette. Kyan dormait déjà, épuisé lui aussi. Nos porteurs quand à eux toujours sur le qui-vive, ne montraient aucun signe de fatigue. Ces 2 petits hommes en tongs prirent même le temps de préparer le petit déjeuner du lendemain, tout en rigolant.

J4: Lake Segara Anak > Senaru Village > Senggigi area

06h00 Plawangan Senaru altitude 2641m Après 10 bonnes heures de sommeil ininterrompues, voilà nous y étions, notre dernier réveil avec la nature, le dernier petit-déjeuner avec nos compagnons de route. Un peu d’émotions.

Puis nous avons entamé l’ultime descente. Le contexte était tellement différent de l’aller. Adieu plaine et herbes hautes. Ce flanc n’était que jungle, racines et terre humide. Je prie mon temps, essayant d’épargner mes genoux, tout comme Kyan. D’autres marcheurs dévalaient la montagne, en courant, ils sont nombreux à m’avoir doublée, mais leurs efforts nécessitaient des pauses, au cours desquelles je les rattrapais et les dépassaient à mon tour. Qui du lièvre ou de la tortue raconte la fable? 🙂

12h00 Nous avons déjeuné au village d’agriculteurs de Senaru, entourés de chiots, d’enfants et de tout un condensé de mignonneries. La vie simple menée par une famille, jusqu’à 4 générations sous le même toit, cultivant un potager, coupant des bambous pour clôturer leurs domaine, buvant le lait des chèvres élevées à leurs côtés, se douchant à l’aide d’un simple tuyau d’arrosage, nous observant, nous les gens d’une autre normalité, d’une vie parallèle et si compliqué. La vie simple après laquelle on cours, et si c’était eux qui avaient trouvé le chemin du bonheur? Puis je sortis de mes réflexions pour me replonger quelques minutes avant la clotûre de ce trek et de me rendre compte de l’effort accompli durant ces 54 heures.

14h00 Satya nous attendait au point final, le sourire aux lèvres, heureux de nous voir en petite forme. Il avait troqué sa tenue du vendredi pour un accoutrement plus… confortable. Bye bye sa calotte de prière, avec son bonnet de rasta, j’avais à faire à un tout autre personnage. Toujours aussi agréable et conviviale. Moins agréable pour lui, l’odeur de nos corps qui arriva jusqu’à ses narines. Pour remédier à ça, une dernière surprise nous attendait. Il nous conduit, accompagnés de nos guides et porteurs à la cascade Sindang Gile Waterfall. Le décrassage pouvait commencer… BAGUS!

>>> C’est en tout pour les mots (les maux?), voici les photos…

draft_lombok_rinjani20 draft_lombok_rinjani19 draft_lombok_rinjani24 draft_lombok_rinjani16 draft_lombok_rinjani18draft_lombok_rinjani17draft_lombok_rinjani13draft_lombok_rinjani14draft_lombok_rinjani15draft_lombok_rinjani21draft_lombok_rinjani29draft_lombok_rinjani12draft_lombok_rinjani10draft_lombok_rinjani11draft_lombok_rinjani22draft_lombok_rinjani23draft_lombok_rinjani28itwia_rinjanidraft_lombok_rinjani2draft_lombok_rinjani9draft_lombok_rinjani4draft_lombok_rinjani8draft_lombok_rinjani6draft_lombok_rinjani5draft_lombok_rinjani26draft_lombok_rinjani25draft_lombok_rinjani7draft_lombok_rinjani27draft_lombok_rinjani3draft_lombok_rinjani1itwia_lombok1

I FUCKING DID IT!

#2 Senguigui

Sales et fatigués, nous nous étions promis avec Antoine de nous offrir un hôtel luxueux en guise de récompense. C’est au Kebun Villa & resort que nous avons pu nous laisser aller… à ne rien faire durant les 20 heures de break avant de repartir vers un autre paradis.

> A faire : un massage à même la chambre.

itwia_lombok_senguigui2 itwia_lombok_senguigui1 itwia_lombok_senguigui3 itwia_lombok_senguigui5itwia_lombok_senguigui4 itwia_lombok_senguigui6 itwia_lombok_senguigui7

#EPILOGUE

Lombok je ne t’ai pas assez cotoyée. Toi et moi c’est comme un goût d’inachevé. Tu m’as pourtant bien eue avec ton volcan, je m’y suis attachée, il m’a permis de me surpasser. Maintenant j’ai envie dans tes criques et tes plages isolées, de me délecter.

Promis je reviens vite.

Instagram_Hashtag_Lombok