LE PITON DE LA FOURNAISE du ciel à la terre

itwia_la reunion_volcan26Dernier jour sur l’île et pas des moindres. L’apothéose en quelque sorte, l’appréhension du géant, la rencontre avec un volcan, le Piton de la Fournaise. Lui qui culmine à 2 632 mètres d’altitude, est le volcan actif de l’île de La Réunion (environ une éruption tous les 9 mois). Il correspond au sommet et au flanc oriental du massif du Piton de la Fournaise, un volcan bouclier qui constitue 40 % de l’île dans sa partie sud-est.

Je vous ai parlé de première rencontre? La rencontre? Pas vraiment. En fait, 3 jours plus tôt, lui et moi nous étions déjà approché l’un de l’autre, de loin, d’en haut. Un survol de l’île en hélicoptère m’avait été offert.

itwia_la reunion_volcan11

carte-incontournable


Ce vol comprenait :

  • les 3 Cirques
  • le Trou de Fer
  • le Volcan
  • le lagon

Tarif : 279€

itwia_la reunion_volcan7

itwia_la reunion_volcan8

Mais ça c’était déjà le passé. Devant moi des routes escarpées, qui monte sans cesse, on quitte la mer des yeux, on découvre une flore nouvelle, des ravins, des paysages que l’on croirait surgis d’une autre planète telle la Plaine des Sables, que l’on traverse auparavant pour rejoindre le sommet du piton. Inhabités. C’est à l’intérieur de l’enclos et sur les pentes vierges du Sud-Est que se produisent les éruptions et les coulées de lave, il ne fait pas bon y vivre.

Je n’ai eu le temps que de 3h de randonnée car en fin de journée mon vol vers la métropole m’attendait. C’est telle une fourmi que je me suis approchée du petit cratère que l’on devine depuis le parking. J’aurai voulu aller plus loin. La prochaine fois.

Anecdote : En 1977, une coulée de lave a englouti plusieurs bâtisses sur la commune de Sainte-Rose et s'est arrêtée sur le seuil de l'église Notre Dame des Laves : un miracle !

Web / fournaise.info/

◐ A visiter : la Cité du Volcan à la Plaine des Cafres. 

► A faire : un survol des volcans en hélicoptère, c’est Hélilagon qui m’a offert ce merveilleux cadeau rempli de sensations fortes. 

itwia_la reunion5itwia_la reunion_volcan6itwia_la reunion_volcan24itwia_la reunion_volcan25itwia_la reunion_volcan2itwia_la reunion_volcan13

itwia_la reunion_volcan27

itwia_la reunion_volcan5

itwia_la reunion_volcan14

itwia_la reunion_volcan20itwia_la reunion_volcan23

#N’ARTROUV


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.instagram_hashtag_lareunion

IN LA REUNION i am…

LA REUNION_mapC’est à l’aveugle que je me suis envolée seule pour l’hémisphère sud, au plus près de l’Afrique et de l’Antarctique. Installée confortablement en classe premium (l’alternative entre l’eco et la business sur de nombreuses compagnies), je rêvassais sans soupçonner une seconde ce qui m’attendait 10 heures plus tard. Seul l’Océan Indien que je connaissais déjà de par mon voyage au Sri Lanka (voir ici) ne faisait pas parti de l’inconnu. Tout le reste ne serait que surprise. Et quelles surprises.

Ceux qui m’avait suivie avant l’été lors de ce périple sur IG #inlaréunioniam savent ce qui les attendent après cette introduction, pour les autres l’histoire commence maintenant.

Décollage immédiat.

✈ Air Austral vol direct : 700€ A/R

+ Prendre une quantité non négligeable de renseignements sur le site de l’OT www.reunion.fr.

+ Louer une voiture à l’aéroport (1 plein pour faire le tour de l’île env. 30€)

► A faire : s’envoyer en l’air à bord d’un hélicoptère pour survoler les reliefs de l’île, des Cirques aux volcans – Tarif : 250€ le vol d’1h ✔

itwia_la reunion10


L’itinéraire a été le suivant : ST DENIS > HELLBOURG > SALAZIE > BOUCAN CANNOT > ST GILLES > ST LEU > ST PIERRE > LE VOLCAN

Dès ma sortie de l’aéroport, le ton est donné, des montagnes d’un côté et l’océan de l’autre. Ce voyage va regrouper à lui seul ces 2 éléments. C’est vers les Hauts que je me dirige dans ma petite voiture de location. Je suis un peu perdue, pourtant la route est simple : longer la côte avant de bifurquer au panneau qui indique mon point d’arrivée. Cela fait longtemps que je n’ai pas conduit, la fatigue du vol aussi confortable a-t-il été commence à se faire sentir, mes yeux peinent dès que la nuit tombent à l’entrée du col. Déjà j’en prends plein la vue, je m’arrête sans cesse (le bonheur de ne dépendre que de soi) au grand damn des voitures qui me suivent et qui prennent finalement plaisir à enfin me doubler. L’omniprésence des feuillages, les hauteurs des montagnes, l’étroitesse de la route… la beauté de cette nature, me remplie de joie. Sentiment de bonheur.

Au bout de 2 heures (ne pas se fier à ce timing complètement faussé par mes nombreux arrêts) j’arrive de nuit au village de HellBourg.

ig_reunion_ontheorad

# Les Hauts

HELLBOURG

itwia_la reunion_hellbourg11

 

J’avais envie d’authenticité. Mon ami Mike (meilleur donneur de bon plan pour ce voyage) m’avait recommandé le Relais des Cîmes, une case créole située dans un beau jardin dont les chambres se situent d’un côté de la rue, le restaurant de l’autre.

Après une douce nuit réparatrice, le réveil de 7h n’a pas été trop difficile. L’excitation de la balade du jour recommandé par mon hôte y était pour quelque chose. Les treks j’en fais peu, les derniers remontent aux colonies de vacances de mon adolescence, aux vacances dans les Alpes avec mon père, des randonnées que je détestais. Je sais pourtant que celle-là je vais l’adorer.

De retour à Hellbourg,  j’ai juste le temps de visiter la maison Folio avant qu’elle ne ferme. La dame qui m’accueille en est la propriétaire. La visite devient alors privative. J’écoute autant que j’admire les moindres recoins de cette case créole encore dans son jus. La nuit tombe et le village s’assombris tout autant.

Les classes aisées du littoral de l'île, attirées par les thermes d'Hell-Bourg, venaient également profiter de la fraîcheur du cirque de Salazie dans un mouvement appelé changement d'air. Peu à peu, une vie mondaine s'organise : on assiste successivement à la construction et la location de villas (résidences secondaires), et à l’ouverture d'un casino. Ce qui fait d'Hell-Bourg une station d'altitude à la mode qui prend une allure urbaine avec 150 cases créoles d'un style architectural raffiné.

Il me faudra attendre jusqu’au lendemain pour errer un peu dans le village, le plus beau de France dans la catégorie DOM-TOM,  et prendre le temps de le visiter. Il y a tout un itinéraire à parcourir allant de case en case, elles sont numérotées mais la plupart étant privée la visibilité n’en est que lointaine.

🌙 Diner et dormir au Relais des Cîmes – Tarif : 80€/nuit avec petit déjeuner ✔

► A faire : marcher, marcher et marcher d’un cirque à l’autre.

◐ A voir : la Maison Folio, emblématique case créole, toujours habitée par la famille du même nom et dans son jus depuis 1850.

itwia_la reunion_hellbourg1

itwia_la reunion_hellbourg9

itwia_la reunion_hellbourg5

# STE SUZANNE

Sur ma route en redescendant des Hauts, en direction d’un domaine agricole, déviation aux alentours de Ste-Suzanne qui m’a fait perdre tous mes sens. Mon odorat dans un premier temps, l’odeur de la vanille se fait sentir dès l’allée d’entrée bordée de palmiers, puis c’est ma vue qui a été éblouie par ces Orchidées en pleine maturation, le toucher des gousses en phase de séchage puis le goût, celui même des gâteaux de mon enfance avant d’en finir avec l’ouïe grâce à cette merveilleuse visite guidée du Grand Hazier. Cette vanilleraie tenue par la même famille depuis 1897, est à elle seule l’histoire de la vanille à la Réunion mais aussi les étapes de production.

► A faire : visiter la Vanilleraie du Grand Hazier – Tarif : 5€ avec visite guidée ✔

Adresse / 2ter Domaine du Grand Hazier Allée Chassagne 97441 Sainte-Suzanne

Horaires visites / du lundi au samedi : matin : 9h – 10h – 11h + après-midi : 14h – 15h – 16h – Fermé les dimanches et jours fériés.

Vanille n.f. : épice constituée par le fruit de certaines orchidées lianescentes tropicales d’origine mésoaméricaine du genre Vanilla, principalement de l’espèce Vanilla planifolia.

itwia_la reunion_dillon5

itwia_la reunion_dillon4

# ST DENIS

itwia_la reunion_stdenis1🌙  Dormir au Juliette Dodu, un charmant hôtel qui fût la Maison natale de Juliette Dodu, héroïne nationale. Bâti comme un petit palais créole, dans un monument historique de la Compagnie des Indes orientales, il possède un charme ne laissant personne insensible. 

🍴Diner au Reflet des Îles  , un restaurant dont la carte est l’une des plus fournies de l’île en cuisine créole. Beignets (palmistes, bringelles…), achards, caris (servis dans des petites marmites individuelles) et autres rougail saucisses raviront vos papilles.

► A faire : arpenter la rue de Paris et les environs du quartier colonial

24h de passage dans la capitale, une sorte d’escale entre les Hauts et les Bains, un espace tampon entre les monts et les plages. La capitale de l’île ne m’attirait pas de prime abords, c’était sans compter sur l’histoire qu’elle pouvait me narrer. Saint-Denis de la Réunion regorge de trésors… ses cases créoles et le circuit , ses monuments ou bien même ses promenades à travers la rue de Paris qui vous fera remonter le temps, mais aussi le Muséum d’Histoire Naturelle, l’ancien hôtel de ville classé monument historique et surtout la mosquée Noor al Islam, plus ancienne mosquée de France et plus grande mosquée de la Réunion (1905).

# LES BAINS

itwia_la reunion_boucancanot1Viens le temps de la plage et du farniente. 3 jours et 2 nuits au bord de l’océan puis du lagon.

🌙 Dormir au St Alexis à Boucan Canot ou au LUX* à St Gilles, une aparté luxueuse et voluptueuse que je vous invite à découvrir dans 2 articles distincts ici et là.

► A faire : le marché de St Paul le vendredi et samedi matin, s’enivrer d’odeurs charmeuses et du spectacle surprenant de fruits et de légumes inconnus, à chaque jour et chaque ville son marché !itwia_la reunion_lesbains2itwia_la reunion_stpaul4

 

itwia_la reunion_boucancanot3

itwia_la reunion_stpaul3itwia_la reunion1

ST LEU

◐ A voir : le jardin botanique de St Leu, sur la route des Mascareignes où de nombreuses espèces endémiques continuent de se développer dans cet Eden, du mardi au dimanche de 9h à 17h – Tarif : 7€ ✔

Adresse / 2, rue du Père-Georges Route des Colimaçons  LES HAUTS DE SAINT-LEU

 

L'ancienne propriété de la famille de Châteauvieux et ses dépendances du XIXe siècle sont tout simplement magnifiques. En 1857, le domaine s'étendait sur 660 ha de la mer jusqu'à la montagne. Son activité agricole était basée sur la canne à sucre, le géranium mais aussi des cultures vivrières, du thé, du coton... On y produisait aussi de la bière, du cidre et de l'huile. Aujourd'hui, il s'étend sur 13 ha dont 8 se visitent et a pour vocation première la sensibilisation au patrimoine culturel de l'île et particulièrement le patrimoine végétal indigène et endémique. 9 univers botaniques à découvrir : forêt des Bas de l'Ouest, plantes " lontan ", verger créole, succulentes, palmiers, orchidées et fougères, caféiers du monde, ravine de bambous.

itwia_la reunion_stleu5itwia_la reunion_stleu3

itwia_la reunion_stleu1

itwia_la reunion_stleu13itwia_la reunion_stleu4

itwia_la reunion_stleu14

# Le Sud Sauvage

itwia_la reunion_stpierre2

Atteindre la côte Sud était l’ultime étape de ce voyage, une fin en apothéose au plus près du Piton de la Fournaise. Avant de le gravir, j’ai passé la nuit à St Pierre, une nuit agitée, un sentiment de fin du monde quand depuis la fenêtre de ma chambre avec vu j’observais l’océan indien se déchainer. Matin douceur quelques heures plus tard. Il était temps pour moi de reprendre mon véhicule et de monter cette sublime route de montagne. Plus haut j’allais, plus impressionnant se faisait l’océan, les couleurs changeaient, du vert de la végétation au rouge de la terre brûlé.

🌙 Dormir à l’Hôtel Alizé à St Pierre et deviner le pôle Sud depuis la terrasse de sa chambre – Tarif : 80€/nuit avec supplément petit déjeuner 10€ ✔

itwia_la reunion_stpierre3

Prochaine étape > De cirque en cirque… avant d’atteindre le Volcan.

#N’ARTROUV


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.instagram_hashtag_lareunion

 

 

*Toutes les photos ont été prises au FUJI X100T.

IN LOMBOK│INDONESIA i am…

ITWIA_MAPS 7lombok_fiche_info

Je redoutais cette escale en mon for intérieur. Lombok était le synonyme du Rinjani et de l’ascension de celui-ci. 3756m qu’ici et là on me disait que je ne serai pas capable de gravir, que je souffrirai. J’ai donc pris peur. Son omniprésence était incroyable pourtant. Depuis la mer, depuis la route, on ne voyait que lui et nos regards ne pouvaient l’éviter. Alors lui et moi, il fallait bien que l’on se rencontre, de plus près.

Mais avant de l’atteindre, nous avons traversé le nord de l’île. Authentique. La nature intacte, la circulation quasi inexistante, l’appel à la prière qui résonne entre les monts, la tranquilité et la paix.

Puis nous sommes arrivés dans le petit village de Sembalun. Sur les 300 habitants que constituent le bourg, 10 sont guides de montagnes et 50 autres porteurs. Ce sont eux qui font vivre la communauté. Les femmes restent à la maison et éduquent les petits. Enfants du Rinjani.

itwia_lombok3itwia_lombok2 itwia_lombok7itwia_lombok9itwia_lombok8 itwia_lombok5 itwia_lombok4 itwia_lombok10 itwia_lombok11

#1 Gurung Rinjani

+++ Utiliser les services de Trekking Organizer to Mount Rinjani

Contact / Mr. Satya Budi

Address / Jalan Cendrawasih No.8 Cakranegara Code Pos 83231 Mataram Lombok Indonesia
Phone / +62 370 631271
Website /
 http://www.hikingrinjani.com  & http://www.trekkingrinjani.com
Email /  info@trekkingrinjani.com
Tarif / IDR 3M par pax

Le prix du forfait ci-dessus comprend :

  • 1 nuit d’hôtel à Sembalun Lawang (petit déjeuner inclus)
  • Guide
  • Porteurs
  • tente
  • sac de couchage
  • matelas
  • 1 ½ litre d’eau en bouteille par jour
  • équipements de cuisson
  • tente de toilettes
  • activité de Trekking au mont Rinjani 3 jours 2 nuits
  • petit déjeuner, déjeuner et le dîner pendant la montée sur le mont Rinjani
  • 2 x transport ( Bangsal Port > Sembalun + Senaru > Senggigi )
  • Entrée parc national Mont Rinjani
  • Permis de Rinjani Trek Centre (RTC)

# Programme

J1 : Sembalun Lawang – 1150m d’altitude

J2 : Sembalun Lawang >  POS 3 Plawangan Sembalun Crater Rim (2639m)

7h00 départ sur les chapeaux de roues. La route était facile, cela ressemblait à une balade de courtoisie. Nous avons ainsi marché environ 3 heures avant d’atteindre la plaine de Savanna Grass Tall. Incroyable prairie d’herbes hautes qui chatouillaient les jambes à chacun de mes pas. Nous avons rencontrés nos porteurs à ce moment là. Bien chargés et en tongs, ils nous ont dépassés à une telle vitesse que lorsque nous sommes arrivés au  POS 3, le repas était presque prêt. Cette pause nous permis de reprendre de l’énergie. Il en fallait. Puis les difficultés ont commencées. Niveau 1 j’entends. Ce que j’ignorais s’avèrerait pire. 

16h00 enfin j’apercevais le sommet de ce qui serait notre point de chute pour la courte nuit que nous allions passer. Quelle déception ce fût à la vue de ce qui était notre camp : une déchetterie! Les porteurs si courageux et si peu payés, n’ont malheureusement pas le même rapport à l’écologie que nous. Il est beaucoup plus simple pour eux de laisser tous les déchets en haut plutôt que de les redescendre. Alors je vous laisse imaginer la tonne de sacs en tout genre qui s’amoncelle ici et là. A cela s’ajouta le fait que la météo ne nous avait pas suivie, la crête était enfouie dans les nuages, la fraicheur d’altitude commençait à hérisser mes poils. Nous avons fait de ce climat un moment idéal pour déblayer. Nous avons retroussé nos manches et pendant plus d’une heure, tenté de réunir au maximum ce qui nous polluait. Au total une dizaine de sacs remplis d’ordure, de bombonnes de gaz, de sachets de nouilles chinoises et d’un millier de lingettes. Désastreux.

Mais le spectacle qui s’offrit à nous un peu après 17H00, balaya d’un seul coup d’un seul notre dégôut, pour laisser place à l’émotion. Les nuages s’écartaient, laissant apparaitre enfin celui que j’avais imaginé, le lac Segara et son bleu émeraude. Le soleil se couchait en arrière fond.

20h00 ce fût l’heure d’aller dormir. Sans trop se faire prier, je me suis assoupie sans problème… avant d’être réveillée quelques heures plus tard par les ronflements de mon compagnon (dont je tairai le nom). Il dormait bien le bougre. Je n’ai donc pas fermé les yeux jusqu’à l’heure indescente du réveil nocturne, 01h00.

GRAVIR LE SOMMET – 3726 M > c’est à 2h du matin que nous avons commencé l’ascension du sommet, lampe frontale bien vissée sur la tête, bien emmitouflés dans nos polaires, bonnet et moufles, depuis la crête du Plawangan Sembalun crater à 2639m d’altitude. C’est 3h30 plus tard, errintée de fatigue, les larmes coulant sur mes joues et les jambes tremblantes, que j’atteignis les 3726m de ce qui est le plus haut point de ce volcan. FIERTE!

Supplément : IDR 150,000

J3: Plawangan Sembalun Crater Rim (2639m) > Sommet Mount Rinjani (3756m) > Segara Anak Lake > Plawangan Senaru altitude 2641m

Après un effort surhumain (le manque de sommeil ayant eut raison de mon énergie), nous devions redescendre au camp afin d’y être aux alentours de 9h00. 09h01 sur l’horaire je n’avais pas faibli, je pouvais alors récupérer des forces grâce au copieux petit-déjeuner préparé par nos porteurs. Pancake de banane, club sandwich, frites maison… En dépit des calories englouties, le regain d’énergie dont j’avais besoin tarda.

Après une courte négociation j’obtins le droit de me reposer 30min. On devait me laisser tranquillement plonger dans les strates de mon sommeil. Revitalisant!

10h30 nous reprenions le chemin qui nous ménerait encore plus près de cette eau émeraude, au bord des rives du lac Segara. 2 heures de marche, de descente, et la fatigue qui reprenait le dessus.

12h30 pause déjeuner qui pour mon plus grand soulagement n’était pas prêt. J’en profitais pour me rendormir, une seconde sieste. L’appétit n’était pas là de toute façon. J’aurai pu aussi me baigner dans les eaux chaudes d’une source avoisinante mais entre me débarbouiller et me reposer, le choix fut indiscutable. Pourtant ces eaux miraculeuses auraient pu guérir certains de mes maux. Les locaux y viennent pour soigner les maladies de la peau et autres rhumatismes.

14h00 peut-être les 5 pires heures de ces 3 jours. Monter, descendre, escalader, dévaler, s’accroupir, boire de temps à autre, ne jamais prendre de pause pour éviter d’accentuer le temps qui me séparait de mes compatriotes (lâcheurs!), remonter, redescendre, s’agenouiller dans les racines, souffrir, soupirer, crier, râler, et puis de la vue incroyable, profiter…

18h00 enfin je devinais le sommet et le POS 6 de cette ascension. Mais le campement était complet. Il nous a fallu marcher une heure supplémentaire. Ryan mon guide me promit un endroit paradisiaque. Etait-ce un placebo pour booster mon mental? J’en avais marre. Cela faisait 14 heures que j’en avais marre alors oui je n’étais pas à 60 minutes de plus.

Mais quand j’ai aperçu 2 toiles oranges cachées dans les herbes hautes avec pour seul voisin éphémère le soleil qui se couchait, je compris que Kyan ne m’avait donc pas menti.

20h00 le repas fût englouti en 2 coups de fourchette. Kyan dormait déjà, épuisé lui aussi. Nos porteurs quand à eux toujours sur le qui-vive, ne montraient aucun signe de fatigue. Ces 2 petits hommes en tongs prirent même le temps de préparer le petit déjeuner du lendemain, tout en rigolant.

J4: Lake Segara Anak > Senaru Village > Senggigi area

06h00 Plawangan Senaru altitude 2641m Après 10 bonnes heures de sommeil ininterrompues, voilà nous y étions, notre dernier réveil avec la nature, le dernier petit-déjeuner avec nos compagnons de route. Un peu d’émotions.

Puis nous avons entamé l’ultime descente. Le contexte était tellement différent de l’aller. Adieu plaine et herbes hautes. Ce flanc n’était que jungle, racines et terre humide. Je prie mon temps, essayant d’épargner mes genoux, tout comme Kyan. D’autres marcheurs dévalaient la montagne, en courant, ils sont nombreux à m’avoir doublée, mais leurs efforts nécessitaient des pauses, au cours desquelles je les rattrapais et les dépassaient à mon tour. Qui du lièvre ou de la tortue raconte la fable? 🙂

12h00 Nous avons déjeuné au village d’agriculteurs de Senaru, entourés de chiots, d’enfants et de tout un condensé de mignonneries. La vie simple menée par une famille, jusqu’à 4 générations sous le même toit, cultivant un potager, coupant des bambous pour clôturer leurs domaine, buvant le lait des chèvres élevées à leurs côtés, se douchant à l’aide d’un simple tuyau d’arrosage, nous observant, nous les gens d’une autre normalité, d’une vie parallèle et si compliqué. La vie simple après laquelle on cours, et si c’était eux qui avaient trouvé le chemin du bonheur? Puis je sortis de mes réflexions pour me replonger quelques minutes avant la clotûre de ce trek et de me rendre compte de l’effort accompli durant ces 54 heures.

14h00 Satya nous attendait au point final, le sourire aux lèvres, heureux de nous voir en petite forme. Il avait troqué sa tenue du vendredi pour un accoutrement plus… confortable. Bye bye sa calotte de prière, avec son bonnet de rasta, j’avais à faire à un tout autre personnage. Toujours aussi agréable et conviviale. Moins agréable pour lui, l’odeur de nos corps qui arriva jusqu’à ses narines. Pour remédier à ça, une dernière surprise nous attendait. Il nous conduit, accompagnés de nos guides et porteurs à la cascade Sindang Gile Waterfall. Le décrassage pouvait commencer… BAGUS!

>>> C’est en tout pour les mots (les maux?), voici les photos…

draft_lombok_rinjani20 draft_lombok_rinjani19 draft_lombok_rinjani24 draft_lombok_rinjani16 draft_lombok_rinjani18draft_lombok_rinjani17draft_lombok_rinjani13draft_lombok_rinjani14draft_lombok_rinjani15draft_lombok_rinjani21draft_lombok_rinjani29draft_lombok_rinjani12draft_lombok_rinjani10draft_lombok_rinjani11draft_lombok_rinjani22draft_lombok_rinjani23draft_lombok_rinjani28itwia_rinjanidraft_lombok_rinjani2draft_lombok_rinjani9draft_lombok_rinjani4draft_lombok_rinjani8draft_lombok_rinjani6draft_lombok_rinjani5draft_lombok_rinjani26draft_lombok_rinjani25draft_lombok_rinjani7draft_lombok_rinjani27draft_lombok_rinjani3draft_lombok_rinjani1itwia_lombok1

I FUCKING DID IT!

#2 Senguigui

Sales et fatigués, nous nous étions promis avec Antoine de nous offrir un hôtel luxueux en guise de récompense. C’est au Kebun Villa & resort que nous avons pu nous laisser aller… à ne rien faire durant les 20 heures de break avant de repartir vers un autre paradis.

> A faire : un massage à même la chambre.

itwia_lombok_senguigui2 itwia_lombok_senguigui1 itwia_lombok_senguigui3 itwia_lombok_senguigui5itwia_lombok_senguigui4 itwia_lombok_senguigui6 itwia_lombok_senguigui7

#EPILOGUE

Lombok je ne t’ai pas assez cotoyée. Toi et moi c’est comme un goût d’inachevé. Tu m’as pourtant bien eue avec ton volcan, je m’y suis attachée, il m’a permis de me surpasser. Maintenant j’ai envie dans tes criques et tes plages isolées, de me délecter.

Promis je reviens vite.

Instagram_Hashtag_Lombok

IN BALI│INDONESIA i am…

ITWIA_MAPS 7Bali_fiche_infoAprès mon escale à Singapour j’ai enfin atteint l’Indonésie, but ultime de ce périple en Asie du Sud-Est avec comme première étape Bali la verdoyante. J’étais déjà venue 7 ans auparavant mais je n’avais rien vu ou presque, rien comparé à ce voyage là. 7 années durant lesquelles il s’est passé beaucoup de choses sur l’île. Je me souvenais d’un endroit plus authentique, aux plages paradisiaques, à l’océan envahi par les surfeurs australiens en quête de la vague parfaite, aux temples habités par des singes, aux volcans défiant le ciel et dont le plus beau levé de soleil ancré dans ma mémoire fût observé sur le Mont Batur.

J’ai reconnu ici et là ces bribes de souvenirs mais c’est une Bali nouvelle, dont le tourisme de masse ne cesse de l’emplir et qui ôte peu à peu le charme des 80s, que j’ai retrouvé (ou pas). Quelque peu déçue par cette première étape en Indonésie dont les autres points de chute n’ont cessé de grimper crescendo dans mon coeur, Bali demeure Bali, une destination dont le nom fait rêver depuis des décennies.

Mangeons, prions, aimons…

L’itinéraire a été le suivant : AMED > UBUD > CANGGU

+ Emporter avec soi le guide Tao de Bali pour un tourisme équitable et engagé.

+ Réquisitionner un taxi comme Made* notre chauffeur qui vous fera parcourir des kilomètres à travers les rizières.

FB / Yusa Gde Made Cahyadi

✈ depuis Singapour : Air Asia, Tiger Air, KLM… 50 < 100€ A/R

itwia_bali_besakih5

#1 Amed

Je ne savais rien de ce lieu-dit, de cette succession de villages de bord de mer, d’Amed. Ce doux nom ne résonnait pas indo dans ma tête et j’ai failli passer à côté. Encore préservé du tourisme de masse à l’instar de la côte sud, Amed se développe c’est certain, mais offre toujours un séjour reposant et agréable, notamment avec ses magnifiques plages de sable noir, où sont amarrés les prahus, élégantes pirogues à balancier qui font la fierté des locaux. Elles ne sont pas seules les pirogues. Celui qu’on apercoit de presque partout, le Gunung Agung, autre fierté locale, protège jusqu’alors ces pêcheurs du nord. 24h de point de chute ici avec une météo en notre défaveur restent cependant un endroit à recommander.

> Dormir au Blue Moon Villas, si si c’est Lily Rose qui le dit.

> Plonger… ou snorkeller. Il y a tant à voir sous l’eau, depuis le rivage jusqu’en sortie bateau. Bateau? Une épave japonsais repose à 20m. Ah si seulement la peur n’avait pas eu raison de moi.

itwia_bali_amed3itwia_bali_amed1 itwia_bali_amed4itwia_bali_amed2itwia_bali_amed11itwia_bali_amed10

#2 Ubud

La légende raconte l'histoire d'un prêtre javanais du VIIIe siècle, Rsi Markendya, qui méditait à la confluence dedeux rivières (un bon site pour les hindous), dans la localité de Campuhan. Il fonda le temple de Gunung Lebah au fond de la vallée, un site devenu un lieu de pèlerinage.

Ubud est le domaine des forêts, des rivières et des températures plus fraîches mais aussi l’épicentre d’un tourisme focalisé sur la culture, le yoga et la nature. J’eu donc ouïe dire qu’il faisait bon vivre au coeur des rizières, dans cette ville qui a d’abord été une source importante de plantes médicinales dont le nom vient du mot indonésien ubad, qui veut dire médecine. La boucle se boucle.

Aussi surprenant que cela puisse paraître quelle déception pour moi que cette cité jardin. Attention, les alentours d’Ubud, les rizières, les différents temples (Goa Gajah et Gunung Kawi) valent clairement le détour. L’invasion d’occidentaux en quête de recherche de soi, prônant le concept communautaire, ne faisant au final preuve d’aucune ouverture de shakras d’esprit, m’a tant déplu. Ils sont venus pour eux, important des produits  pour eux et pratiquants des activités pour eux. Financièrement inaccessible aux locaux. A contrario, nombre d’établissements n’étaient pas là pour me déplaire malheureusement la Mecque du bien-être n’a pas été à la hauteur de mes attentes.

> Dormir au Swasti Eco Cottage, un havre de paix, dans un très grand jardin luxuriant où se mêlent oiseaux exotiques, papillons multicolores et potager bien garni. 14 cottages et bungalows avec piscine, restaurant, jardin bio et eco-spa. Situé a Nyuh Kuning, petit village très calme de sculpteurs sur bois, attenant à Ubud, juste de l’autre cote de la « forêt des singes ».

> Pratiquer le yoga chez Yoga Barn. L’endroit est sublime, l’architecture vous emporte dans les airs, le bémol que je note est le tarif : 80000 RP le cours soit environ 10€ finalement aussi cher qu’à Paris.

> Déjeuner au Sari Organic ou chez The Elephant dont chacune des terrasses vous permettra d’apprécier à la fois votre repas et la vue sur les rizières environnantes.

> Se faire masser chez Çantika Spa dans l’un de leurs 3 spots nichés au milieu des rizières, à l’air libre, les sens en pleine nature. Nue au milieu des rizières.

> A faire : une visite à travers la « Monkeys forest », réserve naturelle sacrée, située à l’extrémité sud de Jalan Monkey Forest. Elle abrite le temple de Dalem Agung Padantegal et plus de 200 macaques à longue queue (Macaca fascicularis).

> A voir : la maison de Tjokorda Agung Gede Sukawati (1910-1978), dernier « roi » d’Ubud, est maintenant occupée par ses descendants et des spectacles de danse ont lieu dans sa cour. C’est aussi l’un des premiers hôtels d’Ubud, datant de 1930.

> Diner au Soma Café des plats à base de raw food d’une cuisine conceptuelle et aussi au Fair Warung Bale, café tenu par un suisse entouré de balinais. Les 2 aux antipodes l’un de l’autre restent des immanquables et le dernier d’autant plus pour l’excellence de ses avocats du jardin et l’action caritative générée par les couverts. L’intégralité des bénéfices est utilisée pour diverses actions locales : création d’une clinique ou d’une école… Admirable.

itwia_bali_ubud13itwia_bali_tampaksiring8itwia_bali_ubud9itwia_bali_ubud1 itwia_bali_ubud7 itwia_bali_ubud6itwia_bali_besakih11itwia_bali_ubud2itwia_bali_ubud10itwia_bali_ubud11itwia_bali_ubud12itwia_bali_ubud4

#3 Canggu  

Que dire de la côte ouest, si ce n’est que d’éviter Kuta et Seminyak. Les lieux sont bondés, les hôtels chers, le bruit incessant, les embouteillages affolants.

Un peu plus au Nord, à environ 10 kilomètres de l’agitation de Kuta, il y a Canggu. Un village côtier à l’atmosphère beaucoup plus relaxante qui ne manque pas d’activités variées en bord de plage. Les rues principales sont Canggu Jalan Batu Bolong, Jalan Padang Linjong, Jalan Jalan Batu Méjan et Tanah Barak. Batu Bolong le long de Jalan vous trouvez le temple des morts, Pura Merajapati, et le cimetière Pipitan. Le long de la plage il y a deux principaux temples, Pura Batu Bolong et Pura Batu Méjan, tous les deux vieux d’une centaine d’années. Le paysage de Canggu offre une vue à 360° sur les rizières et les cocotiers malheureusement le développement immobilier obstrue ici et là le panorama avec ses villas privées.

> Louer une villa à l’architecture locale tout de même (honte sur moi) via Heaven Rentals car le paradis est au bout des doigts et ce sont 2 françaises qui sont derrière tout cela. Luxe, plaisir et volupté.

> Diner au Old Man’s, le beach surf bar par excellence. Entouré d’australiens les cheveux blondis par le soleil.

> Se faire masser à l’institut Kebun. J’y ai testé le massage « anti-cellulite »… j’ai souffert du palper-rouler, j’en suis sortie endolorie, certes, mais trans-for-mée! En 1 séance j’ai pu dire « adieu » à une sacré couche de peau d’orange. 320 000 Rp (25€) à réitirer.

#INRRATABLE

> Goûter au Babi Guling. Un cochon braisé à la broche, spécialité culinaire balinaise très prisée par les autochtones à l’occasion de toute festivité digne de ce nom.

itwia_bali_canggu1

# EPILOGUE

Bali m’a déçue, oui. Non pas qu’elle ne vale pas le coup, mais ses consoeurs ont fait chavirer mon coeur. Alors la suite? Les Gilis, Lombok et le Rinjani sont à l’affiche des prochains posts. En attendant, je vous emmène sur la route des temples Balinais.

Suivez-moi…

#TERIMAKASIH

* Caméra Fujifilm X20 + iPhone 5

Instagram_Hashtag_Bali

IN SRI LANKA i am…

SRILANKAsrilanka_fiche_info

10 jours à 8 et 8 jours en duo avec moi-même du nord au sud, à l’ouest puis à l’est pour remonter in extremis au nord en région tamoul. 3 semaines inattendues, au planning quotidiennement revu, un voyage des plus goûtu… décollage immédiat.

L’itinéraire a été le suivant :  COLOMBO/NEGOMBO >ANURADHAPURA > POLONNARUWA > SIGIRYA/DAMBULLA > KANDY > NUWARA ELYA/ELLA > Parc National UDA WALAWE > TANGALLE > MIRISSA/GALLE … et un changement de programme in extremis avec un changement de cap vers l’Est puis le Nord : ARUGAM BAY > TRINCOMALEE > NEGOMBO

Les cités anciennes (en mini bus)

C’est la région la plus riche historiquement parlant. Le Triangle culturel abrite de nombreux monuments religieux, où bouddhistes, hindous et musulmans viennent en pèlerinage et où l’on trouve la relique de la Dent de Bouddha, vénérée dans le monde entier. 
> A voir : Anuradhapura, Kandy, Matale, Nilaveli, Parc national de Minneriya, Polonnaruwa, Sigiriya, Trincomalee.

#1 Negombo

Atterrir au Sri Lanka c’est atterrir à Negombo, très tôt, trop tôt. Une courte halte dans un motel pour s’y reposer et s’y rafraichir avant d’entamer un circuit est une bonne option.

> Dormir à l’hôtel Ocean View (une sorte de motel) : 2100Rp

#2 Anuradhapura

* Patrimoine mondial de l’UNESCO

Prendre la route et s’arrêter à la ville sainte d’Anuradhapura.  Cette ville sacrée s’est établie autour d’une bouture de l’« arbre de l’éveil », le figuier de Bouddha, dont la bouture fut apportée au IIIe siècle av. J.-C. par Sanghamitta, fondatrice d’un ordre bouddhiste féminin. Anuradhapura, capitale politique et religieuse de Ceylan pendant 1 300 ans, a été abandonnée en 993 à la suite d’invasions. Longtemps ensevelie sous une jungle épaisse, la ville, avec ses palais, ses monastères et autres monuments, est de nouveau accessible dans son site admirable.

> A faire : louer un vélo pour visiter le vaste site classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

> Dormir à l’hôtel Milano Rest House : 3300Rp

itwia_srilanka_anuradhapura7 itwia_srilanka_anuradhapura3itwia_srilanka_people3itwia_srilanka_anuradhapura10itwia_srilanka_anuradhapura13itwia_srilanka_anuradhapura9itwia_srilanka_people2itwia_srilanka_anuradhapura8itwia_srilanka_anuradhapura6itwia_srilanka_anuradhapura1

#3 Polonnaruwa

* Patrimoine mondial de l’UNESCO

La ville suivante est une ville-étape hors des sentiers battus vers la cité historique de Polonnaruwa. Seconde capitale de Sri Lanka après la destruction d’Anuradhapura en 993, Polonnaruwa comprend, à côté des monuments brahmaniques élevés par les Cholas, les restes monumentaux de la fabuleuse cité-jardin créée au XIIe siècle par Parakramabahu le Grand.

> A faire : aller voir le Bouddha couché ou Gal Vihara (ensemble de trois scluptures réalisé dans un seul bloc de rocher) datant du XIIe siècle

> N’y dormez pas (de toute façon il n’y a pas d’hôtel) et rendez vous dans le centre.

itwia_srilanka_polonaruwa3itwia_srilanka_polonaruwa4 itwia_srilanka_polonaruwa5itwia_srilanka_polonaruwa1 itwia_srilanka_polonaruwa2

#4 Sigirîya ♥

* Patrimoine mondial de l’UNESCO

Sur les pentes abruptes et au sommet d’un rocher de pierre rouge haut de 180m, le «Rocher du Lion», qui domine la jungle de toutes parts, subsistent les ruines de la citadelle dont le roi parricide Kassyapa (477-495) fit sa capitale. Une série de galeries et d’escaliers qui débouchent dans la gueule d’un lion colossal construit en brique et en plâtre permettent d’accéder au site.

> A voir : grimper en haut du rocher et admirer la vue sur toute la vallée verte.

> Dormir chez l’habitant au Nilmini Lodge  : 1000Rp ♥ Chambre d’hôtes chez la famille digne d’un film d’animation Pixar, des amours. Maison très sommaire mais pleine de charme. Le petit dej’ était copieux, nutritif et délicieux. Cette escale est mon coup de coeur tant par la gentillesse des hôtes que par la situation de cette maison à proximité du rocher.

itwia_srilanka_sigirya11itwia_srilanka_sigirya1itwia_srilanka_sigirya10itwia_srilanka_sigirya6itwia_srilanka_sigirya2itwia_srilanka_sigirya9itwia_srilanka_people5itwia_srilanka_sigirya5itwia_srilanka_sigirya13itwia_srilanka_sigirya7itwia_srilanka_sigirya3itwia_srilanka_sigirya8itwia_srilanka_sigirya12

Les montagnes (Hills country) (en mini bus toujours)

Le paysage, vert et luxuriant, est émaillé de plantations de thé couleur émeraude, de forêts d'altitude accrochées aux montagnes dentelées et sillonnées de cascades. Plaisants trajets en train à travers des plantations de thé vallonnées, vestiges de l'époque coloniale britannique et superbes possibilités d'activités en plein air comptent parmi les attraits de la région.

#5 Kandy

* Patrimoine mondial de l’UNESCO

Ancienne capitale des rois cinghalais, centre du café puis du thé sous la domination anglaise, Kandy, surnommée la « capitale des montagnes » de par sa situation géographique (entourée de monts et de collines verdoyantes). Son caractère et son histoire en font la perle rare de l’île. C’est aussi le plus grand centre religieux et la capitale du bouddhisme cinghalais car la ville abrite, dans un temple, la Dent sacrée, relique liée à l’histoire du pays.

> A voir : se rendre dans l’un des plus beaux jardins botaniques du monde, celui de Peradeniya créé en 1821 puis finir sa journée au temple de la Dent sacrée pour assister à une prière.

> A faire : passer une journée dans les Knuckles Mountain Range aux abords de Kandy (pour revenir avec plein de sangsues dans ses chaussettes) et jouer une partie de cricket avec les enfants en redescendant au village.

> Dormir dans la guesthouse Sharon Inn  : 2500Rp Tenue par une allemande marié à un sri lankais, j’y ai passé 2 nuits me permettant ainsi d’alterner entre une journée touristique à Kandy et une journée trek dans les montagnes environnantes.

itwia_srilanka_kandy3itwia_srilanka_kandy4itwia_srilanka_kandy2itwia_srilanka_kandy5itwia_srilanka_nuwaraelia12itwia_srilanka_nuwaraelia9itwia_srilanka_nuwaraelia13itwia_srilanka_nuwaraelia10

#6 Nuwara Elia

Depuis Kandy, le paysage est vallonné et verdoyant. Nous arrivons dans une région réputée pour sa culture du thé. Des champs à perte de vue sur un relief très dodu.

> A faire : une expérience inoubliable au village : l’ayurvéda Sri Lankais. Pénétrez dans un four circulaire aux mêmes propriétés qu’un sauna scandinave, la chaleur vous détendra puis sur une table en bois vous vous allongerez. Mesdames gardez le haut car ces messieurs ne sont pas habitués au topless. A partir de là le massage commence. Plaisir et détente garantis.

itwia_srilanka_nuwaraelia6itwia_srilanka_nuwaraelia2itwia_srilanka_nuwaraelia8itwia_srilanka_nuwaraelia11itwia_srilanka_nuwaraelia4itwia_srilanka_nuwaraelia7

#7 Uda Walawe – réserve nationale ♥

BAM les éléphants! C’est dans le parc national d’Usa Walawe (tirant son nom du grand réservoir d’Uda Walawe construit dans les années 1960 sur la rivière Walawe) grâce à la proximité du plan d’eau qui joue toujours un rôle central dans le parc, que nous avons pu observer à bord de notre jeep et accompagné par 2 gardes des éléphants et d’autres animaux. Nombreux étaient les pachydermes, en harmonie parfaite avec les crocodiles. Pour les léopards il aurait fallu se rendre au parc de Wilpattu.

> Dormir dans un lodge (fuir les complexes hôteliers) au milieu de la réserve tel que :

  • Athgira River Camping
  • Big Game Camp
  • Lotus Chalets Eco Hotel
  • Pokuna Safari Eco Lodge

http://udawalawenationalpark.com

itwia_srilanka_uluwalare5itwia_srilanka_uluwalare3itwia_srilanka_uluwalare7itwia_srilanka_uluwalare6itwia_srilanka_uluwalare4itwia_srilanka_uluwalare8itwia_srilanka_uluwalare258219_468390280725_903418_nitwia_srilanka_uluwalare1

Du sud à l’Est, les plages (en transport en commun)

Après 10 jours de road trip à travers le centre du pays il est temps de faire une halte, ou plusieurs haltes. Il est temps de profiter de l'Océan Indien, des plages paradisiaques de l'île et de vivre plus doucement. Il est temps aussi pour moi de goûter aux joies des transports locaux : le bus. Peu cher mais très long, il vous permettra de vous déplacer comme un sri lankais.
L'objectif de cette partie du voyage est d'aller de plage en plage jusqu'à Galle.

#8 Tangalle

Tangalle est un port de pêche important dans la région et un centre touristique de faible importance ce qui en fera une étape cruciale car c’est du repos qu’à partir d’ici vous prendrez.

> A faire : marcher de long en large sur la plage et se jeter dans les rouleaux des vagues avec une extrême prudence car la force de la mer est indomptable.

> Dormir au Mangrove Cabana (vidéo ici)* et INSISTER pour obtenir une cabane en bord de plage : 1600Rp ♥

itwia_srilanka_tangalle1itwia_srilanka_tangalle3 itwia_srilanka_tangalle4itwia_srilanka_tangalle2itwia_srilanka_fruit158380_468391235725_204271_nitwia_srilanka_people4

#9 Dondra

Repartir sur la route vers l’Ouest.

> A faire : la visite du phare, y monter en haut et contempler les côtes sri lankaises avec d’un côté la jungle de l’autre la mer.

itwia_srilanka_matara1itwia_srilanka_matara3itwia_srilanka_matara5itwia_srilanka_matara2itwia_srilanka_matara6itwia_srilanka_matara7

#10 Mirissa ♥

Mirissa est une plage de carte postale. Ici encore il sera bon de prendre son temps et d’y passer quelques jours.

> Dormir au Palm Villa : 2000Rp ♥ Une maison digne d’un mag deco! charmant au possible génial!!! http://www.palmvillamirissa.com

#11 Galle * Patrimoine mondial de l’UNESCO

Galle fut d’abord connue sous le nom de Gimhathiththa avant l’arrivée des portugais au milieu du XVIe siècle. Elle devint alors le port principal de l’île. Galle atteignit le sommet de son développement au XVIIIe siècle  lorsque l’île faisait partie de l’empire colonial néerlandais. Superbe exemple de ville construite par les Européens dans le sud/sud-est de l’Asie.

Avant d’arriver dans l’ancienne cité coloniale, faire une pause sur la côte pour observer les derniers pêcheurs sur échasse.

> A faire : Visite de la vieille ville avec son fort et ses fortifications protégeant des ruelles où l’on peut encore voir quelques anciennes demeures néerlandaises.

Nota : J’avais fais l’A/R depuis Mirissa.

itwia_srilanka_galle2itwia_srilanka_galle4itwia_srilanka_galle7

itwia_srilanka_galle3itwia_srilanka_galle5itwia_srilanka_galle6

#12 Arugam Bay

Le paradis des surfeurs à l’Est de l’île. Excentré, la baie se mérite dito The Beach. Après des dizaines d’heures de bus depuis le sud, passer environs 3 jours ici.

> A faire : s’essayer au surf en journée et voguer sur la Mangrove avoisinante en fin d’après-midi.

> Dormir dans des cabanes hautes perchées sur pilotis au Beach Hut : 1500Rp

itwia_srilanka_arugambay9itwia_srilanka_arugambay1itwia_srilanka_arugambay2itwia_srilanka_arugambay3itwia_srilanka_arugambay7itwia_srilanka_arugambay5itwia_srilanka_arugambay6itwia_srilanka_arugambay10itwia_srilanka_tangalle5itwia_srilanka_arugambay8itwia_srilanka_arugambay4

#13 Trincolmalee

Un détour improbable en remettant le cap sur le Nord dans une ancienne région interdite aux touristes, ré-accessible depuis 2009. Zone Tamoule.

> A faire : aller sur l’île aux pigeons et revenir à bord de la benne d’un tracteur remplie d’oignons.

> Dormir au Shahira Hotel Nilaveli au bord d’une plage.

itwia_srilanka_trincolmalee3 itwia_srilanka_trincolmalee2itwia_srilanka_trincolmalee5 itwia_srilanka_trincolmalee1itwia_srilanka_matara4itwia_srilanka_trincolmalee6

 

* VOYAGE EN TRAIN

De cette dernière ville-étape j’ai rejoins Colombo en train de nuit (2eme classe) sur des banquettes en bois. Voyage inconfortable et quelques moments pénibles dus à la majorité masculine qui composait le wagon autour de moi, seule. Je voulais vivre une expérience férovière, je l’ai eue.

Website / http://www.railway.gov.lk

* Trincomalle– Colombo Fort : train n°7084 – Horaires /  07:30PM  > 04:05AM +1 – Tarif / 1st class 680.00< 2nd class 370.00< 3rd class 205.00
48060_468375355725_1919670_n

* EPILOGUE

C’est avec plein de souvenirs, de couleurs, d’odeurs, plein la tête que je quitte la larme de l’Inde et vous la laisse.

itwia_srilanka_nuwaraelia9

#BON VOYAGE