ASH DAKHILIYAH «l’intérieur» : NIZWA, BAHLA, AL HAMRA & MISFAT

ROUTE n°10route10

  • Point de départ : Nizwa
  • Point d’arrivée : Misfat-al-abryeen

#1 NIZWA ‏نزوى

Après un bel avant-goût lors de nos premières 24h dans les montagnes du Djebel Akhdar (voir article précédent), c’est vers Nizwa que nous avons roulé, sur une route confortable où notre arrivée se termine par le passage d’une monumentale porte. Le contexte est planté, Nizwa est grande. Cette ancienne capitale, longtemps aux mains d’un traditionalisme religieux implacable, est devenue récemment l’un des principaux centres touristiques d’Oman de part ses montagnes et ses vestiges historiques.

Cela tombait bien, les touristes c’étaient nous,  des touristes avides de découvertes. J’avais réservé 2 nuits dans un hôtel sans prétention à quelques kilomètres du centre historique. Lors du check-in j’ai failli annuler la seconde nuit quand le prix de la chambre a grondé dans mes oreilles : 180€… puis la piscine et la recommendation « coup de ♥ » du Lonely Planet ont eu raison de ma raison. Nous sommes donc resté pour appréhender la cité dans un confort fort agréable. Levé de bonne heure, les visites se déroulaient le matin quand les températures étaient plus agréables. Bien que début janvier, les après-midis caniculaires mettaient à plat notre énergie. Le souk pour commencer, moment où l’agitation des commerçants et des clients est à son apogée, ensuite piscine, dont le rôle primordial a mis les 180€ de l’adresse aux oubliettes. La citadelle de Nizwa pour terminer en beauté, à l’heure où son donjon et ses murailles se parent d’or et laisse entrevoir comme un gigantesque château de sable. Jolie métaphore.

Le fort de Nizwa fut construit au milieu du XVIIe siècle par le sultan Ibn Saif, premier imam de la dynastie des Al-Ya'ribi. Résidence principale de l'imamat pendant les trois siècles suivants, il servit à la fois de palais, de siège du gouvernement et de prison. Autre attraction de Nizwa, son souk, qui a gardé toute sa couleur et sa vitalité malgré son transfert dans un quartier plus moderne de la ville.

🍴 Gouter au halwa, LE désert national dont les ingrédients sont le beurre concentré, le sucre caramélisé, les amandes et la farine et la saveur raffinée au safran, au cardamome et à l’eau de rose, sweet ending.

☽ Dormir dans l’une des 55 confortables chambres du Falaj Daris Hotel et ainsi profiter des 2 piscines qui feront votre bonheur en plein après-midi entre les visites du matin et celle de la fin de journée quand le thermomètre redescend  – Tarif  : 90 OMR (180€) ✔

► A faire : le marché aux bestiaux du vendredi, l’un des plus animés de la région et pour lequel on vient de tout le pays.  On y fait parader les chèvres et les moutons jusqu’à ce que le plus offrant récupère l’animal.

◐ A voir  : la vue sur toute la plaine à 360° depuis le sommet de la tour circulaire de la citadelle.

itwia_oman_nizwa2itwia_oman_nizwa4

itwia_oman_nizwa3itwia_oman_nizwa23

itwia_oman_nizwa16

itwia_oman_nizwa10

 

itwia_oman_nizwa9

#2 BAHLA قلعة بهلاء 

Se tromper de route a parfois du bon, le fort de Bahla classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO est un de ces exemples.

Quittant Nizwa pour rejoindre Al Hamra, j’avais lu quelque part que nous devions emprunter une route, mauvaise lecture je nous ai conduit sur le tronçon sud alors que nous aurions du rouler sur la voie nord. Peu importe, nous sommes arrivés à Bahla, qui n’était pas au programme et que je n’avais pas trouvé dans le Lonely Planet (autre mauvaise lecture de ma part, un paragraphe assez complet s’y trouve en fait).

Bref Bahla, est l’une des quatre forteresses aux pieds du djebel Akhdar, construit par la communauté des Banu Nabhan qui domina la région du XIIe siècle à la fin du XVe siècle. L’édifice est en adobe avec un soubassement de pierre, il comprend une citadelle affublée de 3 tours, haute de 5 niveaux, 3 bâtiments habitables, quelques puits et mosquées. Le fort est surtout pourvu de 6 tours de guet servant à l’observation et à prévenir toute attaque.

L'oasis de Bahla doit sa prospérité aux Banu Nabhan, qui s'imposèrent aux autres communautés entre le XIIe siècle et la fin du XVe. Leur puissance est attestée par les ruines de l'immense fort aux murailles et aux tours de brique crue et au soubassement de pierre, exemple remarquable de ce type de fortification.

itwia_oman_bahla9itwia_oman_bahla3

itwia_oman_bahla11itwia_oman_bahla10itwia_oman_bahla1itwia_oman_bahla4itwia_oman_bahla2

#3 AL HAMRA  الحمراء‎‎

itwia_oman_alhamra6

« Dans une oasis, on n’a rien, mais on ne manque de rien. » Alphonse Karr

Nous n’étions que de passage dans cette oasis perdue au milieu des montagnes. Tout comme nous, perdus pour mieux explorer le lieu. Des ruines d’habitat en pisé au style yéménite composent l’ancien village d’Al Hamra, 400 ans d’histoire. Au détour d’une rue, une maison tient encore debout et raconte à elle seule l’art de vivre omanais.

☽ Dormir à The VIEW un caprice pour vos yeux, piscine à débordement, chambre avec vue panoramique qu’il faut absolument demander car c’est pour elles que vous venez : la chambre avec la vue, perché sur des rochers surplombant les montagnes et les vallées environnantes – Tarif : 125 OMR (280€) ✔

► A faire : visiter Bait al-Safah (la Maison du Voyage), vieille de 3 siècles que 3 femmes au fort caractère tentent de faire vivre à l’omanaise d’antan :

« fabrication de la farine, élaboration d’une poudre médicinale à partir de graines d’arbre cueillies dans les montagnes, cuisson des galettes locales (crêpes fines aux bords dentelés, à déguster en guise de pain) etc… Là, au rez-de-chaussée, une pièce assure le storage des dattes comme  » à l’époque « , tandis qu’à l’étage une chambre expose des vêtements et costumes traditionnels omanais, une autre des meubles et objets d’antan… Un métier à tisser rappelle qu’au sultanat, on confectionne des coussins et tapis (omniprésents dans les habitations), les mêmes sur lesquels on vient s’asseoir dans le majlis : la pièce de réception – équivalente du salon – où s’accueille l’hôte du jour et de passage, où se sirote le thé, se déguste la datte avec le café à la cardamome. La brise circule à travers les multiples ouvertures, les étagères sont ornées de livres et de poteries, ces dames causent en jetant des regards sous capes… »

itwia_oman_alhamra5itwia_oman_alhamra7

itwia_oman_alhamra3itwia_oman_alhamra4itwia_oman_alhamra8

#4 MISFAT AL ABRIYEEN

C’est Instagram qui m’a amenée dans ce superbe village de montagne. L’image d’une palmeraie accrochée aux roches m’avait faite rêver. Rêve devenu réalité quand après avoir parcouru une belle route goudronnée depuis Al-Hamra (peut-être la seule du pays accessible sans 4×4 mais bon de toute façon vous roulerez en SUV), à 700 mètres d’altitude, j’ai découvert Misfat al Abriyeen. Ses porches en pierre ocre, ses ruelles fleuries où résonnent le chant des oiseaux et le ruissellement de l’eau… C’est le plus beau village à mes yeux. Surtout depuis le terre plein duquel la vue la plus photogénique s’offrit à soi. Face à moi, les vieilles maisons faites de boue et de palmes, les plantations de dattiers, les flancs du djebel. 

 

Les quelques heures que nous avons passé dans ce cadre pittoresque ont été rythmées par la découverte du village dans lequel tout véhiculé motorisé est prohibé, la dégustation d’un excellent diner, niché sur le toit terrasse de la Misfat Guesthouse  dominant la canopée de palmiers, s’ensuivit d’un doux réveil depuis notre SUV, haillon ouvert avant de terminer par un parcours le long des falajs. Il était temps pour nous de quitter ce paradis.

À Oman, les falajs sont des réseaux d'adduction d'eau souterrains utilisés pour l'irrigation des cultures. Certains sont très anciens et remontent au IIe millénaire av. J.-C.1.

☽ Dormir à la Misfat Old House la seule et unique maison accueillant des étrangers – Tarif : 60 OMR (150€) ✔

► A faire : suivre les falajs, ces canaux d’irrigation à qui l’on doit la luxuriance des palmeraies, vieux de plusieurs millénaires et long de plusieurs kilomètres ils alimentent aujourd’hui les cultures comme autrefois.

itwia_oman_misfat14itwia_oman_misfat5itwia_oman_misfat3itwia_oman_misfat4

itwia_oman_misfat7

itwia_oman_misfat8

Prochaine étape > les déserts des déserts…


Suivez-moi sur mes réseaux préférés : INSTAGRAM @itwia et FACEBOOK #ITWIA.Instagram_Hashtag_Oman

*Toutes les photos de moi ont été prises par Kares Le Roy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s