Sur la route des temples

itwia_bali_besakih2

Bali qui présente la particularité d’être la seule île d’Indonésie à être restée essentiellement hindoue à 93 % est joliment surnommée l’île des Dieux. Qui dit Dieu dit temple. Ils sont omniprésents. Chaque maison et chaque village possèdent un ou plusieurs temples. Ils sont plus nombreux que les habitations. On parle de 10 000 à 20 000 temples de toutes sortes avec des agencements très divers.

Les temples sont toujours orientés de la montagne (est) ou Kaja vers la mer (ouest) ou Kelod. Le côté Kaja symbolise le spirituel, le domaine des dieux. C'est donc là que les autels et les sanctuaires sacrés sont installés. En fait, les temples sont tous orientés vers la montagne sacrée, le centre du monde ou Sumeru. A Bali, c'est le Gunung Agung qui représente la montagne sacrée. Les tours (“Meru”) comportent toujours un nombre impair d’étages et représentent le Mont Meru de la mythologie hindoue. Les toits, appelés "Joglo", imitent cette dernière.

Bien évidemment je n’en ai pas vu autant, mais 6 d’entre eux sont à inscrire sur votre to do-list.

+ Règles à respecter :

  1. porter le traditionnel Selandong autour de la taille,
  2. se couvrir les membres inférieurs (et aussi les épaules si nécessaire) avec un Sarong,
  3. femme réglée ne pas entrer.

> A faire : embaucher un guide. Outre le fait qu’il vous contera nombres de légendes et d’anecdotes, vous contribuerez à faire vivre l’économie locale, lui et sa famille.

itwia_bali_besakih4

Les Puras 

Le terme sanscrit est Pura qui signifie « endroit entouré de mur ». En effet comme pour les maisons traditionnelles, le temple est entouré d’un mur pour le protéger des mauvais esprits.

C’est donc parti pour le déroulé des Puras Balinais.

#1 Pura Goa Lawah

Goa Lawah abrite un beau temple, haut lieu de l’hindouisme balinais. Ancien de plus de 1000 ans, il est toujours le siège d’un grand nombre de cérémonies traditionnelles. Il est juxtaposé avec une grotte dans laquelle pullulent des milliers de chauves-souris, s’amoncelant sur ses parois – d’ou le nom «Goa Lawah », qui signifie grotte des chauve-souris. Creusé dans la falaise, ce temple mène à une autre grotte à quelques km de Kusamba directement reliée par une rivière au plus grand temple de Bali, le Besakih.


> A faire :
arrêter de respirer pour éviter que l’odeur nauséabonde des excréments des chauves-souris viennent vous polluer vos nasaux, qui se répand avec le bruit jusqu’à l’entrée du temple.

itwia_bali_amed7itwia_bali_padangbai7itwia_bali_padangbai6itwia_bali_amed6itwia_bali_padangbai8itwia_bali_amed8itwia_bali_amed5

#2 Pura Tirta Gangga

Littéralement « eau du Gange », Tirta Gangga est une bourgade charmante et onirique, nichée au creux de rizières qui comptent parmi les plus belles de Bali. De plus, les sources de Tirtagangga sont réputées sacrées et le raja de Tamlapura y fit édifier un Water Palace remarquable en 1948.

Tirta Gangga, le palais de l'eau est un labyrinthe de bassins et de fontaines entourés d'un jardin luxuriant, de sculptures en pierre et de statues. Le complexe d'un hectare a été construit en 1946 par le défunt roi de Karangsem mais a été presque entièrement détruite par l'éruption du Mont Agung proximité en 1963.

itwia_bali_karangasem9itwia_bali_karangasem10itwia_bali_karangasem8 itwia_bali_karangasem11itwia_bali_karangasem3itwia_bali_karangasem2itwia_bali_karangasem5 itwia_bali_karangasem6

#3 Pura Besakih (Mother temple)

Au pied du Mont Agung, Pura Besakih règne en maître sur Bali. Temple le plus grand, le plus vénéré, le plus majestueux (et malheureusement aussi le plus visité) de Bali, Pura Besakih a été restauré après la grande éruption du Mont Agung en 1962, resplendissant de nouveau de ses couleurs flamboyantes. Il est dédié aux trois plus grandes divinités hindoues : Brahma, Vishnu et Shiva.

> A faire : une prière.

itwia_bali_besakih7itwia_bali_besakih1itwia_bali_besakih8itwia_bali_besakih6itwia_bali_besakih9itwia_bali_besakih3

#4 Pura Goah Gajah

* Patrimoine Mondial de l’UNESCO

Ce magnifique site s’appelle « Grotte de l’éléphant » -bien que l’on n’y ait pas vu d’éléphant- construit au IXe siècle, a peut-être d’abord été consacré au culte bouddhiste, avant d’être transformé en sanctuaire hindouiste en l’honneur de Ganesh, dieu de la sagesse.

La façade de la grotte est une sculpture de diverses créatures et de démons menaçants. La gueule d’un monstre sert d’entrée à la grotte. Le couloir de 13 m de longueur mène à un carrefour en T. D’un côté on observe une statue (1 m de haut) de Ganesh, dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir ; de l’autre côté, trois statuettes représentent des lingams de Shiva.

À proximité, des bains rectangulaires sont restés enfouis jusque dans les années 1950. Ils sont divisés en deux parties, chacune décorée de trois statues de femmes portant un vase au niveau du ventre, d’où sort l’eau qui les alimente. Ces bains dateraient du XIe siècle.

Le site est mentionné dans le Nagarakertagama, poème épique javanais écrit en 1365.
itwia_bali_goagajah3itwia_bali_goagajah4itwia_bali_goagajah2itwia_bali_goagajah1

#5 Gunung Kawi

Gunung Kawi est un temple construit au XIe siècle dans le nord-est de Tampaksiring, situé au bord de la rivière Pakrisan.

Le complexe auquel on accède après avoir traversé de superbes rizières en terrasses comprend 10 sanctuaires (5+4+1) en forme de candi, creusés dans le rocher de la falaise sur une hauteur de 7 m. Ces monuments sont supposés être dédiés au roi Anak Wungsu (de la dynastie Udayana) et à ses épouses.

itwia_bali_tampaksirin6 itwia_bali_tampaksiring3itwia_bali_tampaksiring2 itwia_bali_tampaksiring4 itwia_bali_tampaksiring5

#6 Tanah Lot

Tanah Lot signifie « Pays de la mer » en balinais. Situé dans le Kabupaten de Tabanan à environ 20 km de Denpasar, il se dresse sur un îlot battu par les vagues de l’océan. C’est un des sept temples de la mer de Bali. Ces sept temples sont construits le long de la côte de telle sorte qu’on puisse toujours apercevoir le prochain depuis le précédent. Ils sont tous de style hindouiste.

Le Tanah Lot serait l’œuvre de Nirartha, un prêtre du XVe siècle. La légende raconte qu'au cours d’un voyage il aurait découvert ce magnifique îlot rocheux et s’y serait installé. Des pêcheurs le voyant lui auraient apporté des présents. Après y avoir passé la nuit, Nirartha aurai jugé cet endroit propice à l’adoration du dieu de la mer et aurait alors demandé aux pêcheurs d’y construire un sanctuaire. Au pied de l’îlot rocheux des serpents marins sont sensés préserver le temple des mauvais esprits et des envahisseurs. Selon la légende, un serpent géant créé avec de l’écharpe de Nirartha protègerait le temple.

Tantôt accessible à pied à marée basse, tantôt obligé d’emprunter la passerelle flambant neuve à marée haute, Tanah Lot n’est jamais le même. Peu importe le moment, ce temple reste le plus photogénique de l’île. Le meilleur pour la fin.

> A voir : le soleil se coucher derrière l’ouvrage et plonger dans les eaux de l’océan indien, bouche bée.

itwia_bali_tanahlot5 itwia_bali_tanahlot6 itwia_bali_tanahlot8itwia_bali_tanahlot7itwia_bali_tanahlot3 itwia_bali_tanahlot9itwia_bali_tanahlot2itwia_bali_tanahlot4itwia_bali_tanahlot1

#NAMASTE

* En guest stars, mes amis Laure & Antoine❤ #coeuraveclesmains

 

Instagram_Hashtag_Bali

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s