SAMARCANDE

itwia_ouzbek_samarkand53

« Depuis bien longtemps que Samarcande fascine les peuples de la terre et plus spécialement ceux de l’occident. Jadis la route de la soie, la ville était très prospère dans la culture et bien d’autres choses … » – Amin Maalouf

* Patrimoine mondial de l’UNESCO 

Samarcande (en ouzbek : Samarqand, en tadjik : Самарқанд, en russe : Самарканд, en persan : سمرقند, en turc : Semerkand), signifie probablement « lieu de la rencontre » ou « lieu du conflit » (samara : rencontre, conflit en sanskrit, kand, kent : ville, terme centre-asiatique) et illustre bien sa position à la limite des mondes turc et persan. Riche en monuments historiques, Samarcande a été proclamée en 2001 par l'UNESCO carrefour de cultures et site du patrimoine mondial. Depuis 2009, la ville de Samarcande a subi de nombreux réaménagements urbains : un mur sépare aujourd'hui les quartiers populaires des grands monuments de la ville et des quartiers centenaires comme celui d'Iskandarov (proche du Gur Amir) ont été détruits ;leurs habitants relogés de force en périphérie de la ville.

Nous avons quitté Tahskent, roulé plus seulement de 250km en 7 bonnes heures (suite à une erreur de copilotage je nous ai fait longé le Tadjikistan)  pour gagner Samarcande, de nuit. Il était tard, nous avions faim, malheureusement tous les restaurants étaient fermés. Un supermarché à deux pas de notre hôtel nous a sauvé l’appétit. Il fallait dormir, récupérer la fatigue du voyage et être en forme pour approcher l’intemporelle.

L’intemporelle donc, celle que le temps a en partie figée. 4 jours sur place nous ont laissés le temps de… prendre le temps. Il y a tellement de choses à voir dans cette ville, des siècles d’histoire à appréhender, qu’il ne fallait pas chômer non plus. Des madrasas, des mosquées et autres mausolées en tout genre n’attendaient que d’être visités. Une ville ancienne et une ville soviétique aussi. Samarcande promettait.

itwia_ouzbek_samarkand_panorama

Un lieu par lequel il nous fallait absolument commencé, qui inaugura ma découverte de cette ville carrefour des civilisations, des religions, des commerces en tout genre, tout un symbole : la place sablonneuse, le Registan.

Cet ensemble (entrée : 16000 soums/personne) de majestueuses madrasas –Oulough Beg, Tilla Kori et Cher-Dor– légèrement penchées, parfaitement proportionnées et couvertes de majoliques et de mosaïques bleu azur, est le joyau de la ville et l’un des sites les plus fabuleux d’Asie centrale. Le Registan, “place sablonneuse” en tadjik, était le centre marchand de la Samarcande médiévale et un bazar occupait probablement la place. J’aurais pu y rester des heures, hochant la tête d’un portail à un autre, essayant de repérer chacune des mosaïques qui ornent les façades, essayer de décripter les lions qui ornent Chir-Dor, m’imaginant la vie d’antan vêtue d’un Chapan et de lourds bijoux, me projetant dans cette autre vie. Féérique registan.

> A faire : monter en haut d’un minaret (moyennant un tips avec les gardes qui d’eux même vous le proposeront) de l’une des madrasas du Registan au coucher du soleil. De la haut, vous contemplerez les toits de la ville et aurez une vue surplombante sur cette place où vous avez passé le plus clair de votre journée.

itwia_ouzbek_samarkand18itwia_ouzbek_samarkand20 itwia_ouzbek_samarkand15itwia_ouzbek_charline9itwia_ouzbek_samarkand19itwia_ouzbek_samarkand62itwia_ouzbek_charline14itwia_ouzbek_samarkand65itwia_ouzbek_samarkand61itwia_ouzbek_samarkand66

Nouvelle journée nouvelle splendeur. Au Nord-Est du Registan, en marchant sur Toshkent Yo’li se trouve Bibi-Khanoum. Cette mosquée rebâtie elle aussi par les soviétiques a traversé les époques. Un jour mosquée, l’autre écuries, là encore on s’y arrête sans regarder sa montre. Essayant de comprendre comment chaque pierre en ruine au sol a pu être replacée à sa place originelle, comment cet énorme lutrin à coran siégeant au milieu de la cour a pu être importé ou encore avec quel amour elle a été pensée.

Bibi-Khanym, épouse de Tamerlan, a laissé son nom à deux monuments ou ensembles monumentaux de Samarcande, en vis-à-vis : la « mosquée du Vendredi de Tamerlan » (masjid-i jami') dite mosquée Bibi Khanym (1399-1404).La mosquée fut érigée à partir de 1398 par Tamerlan au retour de sa campagne des Indes, où il avait saccagé Delhi. Là, il avait vu la mosquée Tughluq du XIIe siècle et s'en était inspiré pour ériger sa grande mosquée de Samarcande. L'inspiration indienne est d'autant plus marquée que la mosquée est dite en pierre d'après Babur. En réalité, seuls quelques éléments et les colonnes sont en marbre, mais c'est à l'époque une grande innovation puisque la majorité des bâtiments en Asie centrale est en brique, crue ou cuite. La mosquée fut achevée en 1405. Elle était de dimensions imposantes (167 × 109 m), avec un portail d'entrée présentant une ouverture de 18 mètres, un minaret à chaque angle de la cour et une galerie de 400 coupoles supportées de 400 colonnes en marbre sculpté. Le bâtiment principal de la mosquée, situé au fond de la cour, était couronné d'une coupole et atteignait 44 mètres. Au centre de la cour se trouve un immense lutrin à coran, en pierre. Elle connut vite des dégâts dus à la mauvaise répartition des charges et aux tremblements de terre fréquents dans la région. Les armées russes l'utilisèrent comme écuries et comme entrepôts avant que le régime soviétique ne commence une restauration en 1974.

 

« De nombreuses légendes courent autour de l’architecte de la mosquée et de Bibi Khanym. On raconte que l’architecte est éperdument amoureux de la première épouse de Tamerlan mais qu’elle refuse ses avances. Pour obtenir un baiser, il retarde donc volontairement les travaux. Ce faisant, elle accepte finalement mais pose entre eux deux sa main ou un voile (ce serait depuis lors que les femmes portent le voile à Samarcande). Tamerlan de retour le découvre et condamne l’architecte. En vérité, il semble que Tamerlan ait condamné l’architecte pour abus ou mauvais travail (à son goût). »

itwia_ouzbek_samarkand3 itwia_ouzbek_samarkand46 itwia_ouzbek_samarkand35itwia_ouzbek_charline13

Après Samarcande l’historique, il nous fallait nous diriger vers Samarcande la soviétique. Pensant changer de registre et de siècle, rien n’en fût.

Le mausolée Gour-e Amir dans lequel tous les proches de Timur Lang (Tamerlan) reposent, me retransporta au XVeme siècle et me renversa à terre. Cet édifice est étonnamment modeste depuis l’extérieur excepté son dôme cannelé aux couleurs azurs. A l’intérieur, les tombeaux sont sobres mais les murs sont… extra-or-di-naires! D’un bleu roi cerné d’or, les morts ici sont un trésor.

Timur avait construit une simple crypte pour lui-même au Shakhrisabz , et avait construit celle-ci en 1404 pour son petit-fils et héritier proposé, Mohammed Sultan, mort l'année précédente. Mais l'histoire changea lorsque Timur décéda subitement d'une pneumonie au Kazakhstan (dans le cadre de la planification d'une expédition contre les Chinois) à l'hiver 1405, les routes menant à Chakhrisabz étaient enneigées et il fût enterré ici à la place. Comme avec d'autres mausolées musulmans , les pierres sont seulement des marqueurs ; les cryptes sont situées dans une chambre au-dessous. Tamerlan repose aux pieds de son maître spirituel le cheik Mir-Said-Bereke, suivant sa volonté. D'autres Timourides vinrent rejoindre leur aïeul, comme deux des fils de Tamerlan, Shah Rukh et Miran Shah, ainsi que son petit-fils l'architecte, astronome et savant Ulugh Beg qui avait apporté quelques transformations au mausolée et ajouté d'autres constructions autour du monument comme un autre mausolée aujourd’hui détruit et une crypte à l'arrière du Gour Emir. C'est aussi Ulugh Beg qui rapporta de Mongolie le bloc de néphrite (du jade) qui recouvre le tombeau de Tamerlan qu'il entoura d'une barrière de marbre ajouré. Il y a encore deux autres pierres tombales dont celle de Muhammad Sultan. En réalité, les sept pierres tombales sont des cénotaphes qui indiquent l'emplacement des véritables tombes situées dans une crypte fermée aux visiteurs.


itwia_ouzbek_samarkand49itwia_ouzbek_charline11itwia_ouzbek_samarkand23itwia_ouzbek_samarkand24itwia_ouzbek_samarkand30itwia_ouzbek_samarkand31itwia_ouzbek_samarkand25itwia_ouzbek_samarkand26

#Afrasiab

De retour sur Toshkent Yo’Li, dans une ligne droite on aperçoit une colline. Face à nous dans l’axe, Afrosiab l’antique Samarcande, sur un site de 2,2 km2, au nord-est du bazar Siob ; les fouilles de Marakanda (l’antique Samarcande) sont plus ou moins abandonnées aux intempéries.Un cimetière se parsème sur les flancs dodus. C’est en fin de journée que nous y sommes baladés. Aucune surprise le site ressemble à un terrain vague. Pourtant dessous je me suis imaginée les milles ans d’histoire et suis certaine que les reliefs abritent auraient beaucoup de choses à nous raconter. Pour l’heure nous avons préférés nous y amuser avant de finir en paix dans la plus vieille mosquée de la région toute de bois vêtue : Khuja Khidr Mosque. Un thé et une prière plus tard, il nous fallait rentrer.

> A voir : l’Observatoire d’Ulug Beg dont il ne reste que la pente souterraine d’un sextant géant, un astrolabe de 30 m, conçu pour repérer la position des étoiles, faisait partie d’un observatoire de trois étages qu’il fit bâtir dans les années 1420, qui vous laissera imaginer la prouesse technique de l’époque et l’avant-gardisme du souverain.  Le musée qui jouxte l’outil vous permettra de vous projeter ce dernier dans son intégralité. Incroyablement ingénieux.

> A visiter :  Site le plus émouvant de Samarcande, le cimetière Chah-i-Zinda.  cette extraordinaire avenue de mausolées renferme certaines des plus somptueuses mosaïques du monde musulman.

La nécropole Chah e Zindeh ("le roi vivant", fin xive - début xve siècle) aurait été construite sur le site du tombeau de Koussam Ibn Abbas, cousin du prophète. Les façades des portails des mausolées sont généralement richement décorées : céramiques émaillées et sculptées, briques émaillées, inscriptions calligraphiques en arabe et en persan, dessins floraux et géométriques. Ulugh Beg fit construire un grand pishtak à l'extrémité sud de la nécropole ; à cette entrée se trouvent également une mosquée et la medresa Davlet Kouchbegi (1813).On trouve plus loin le vaste mausolée de Qadi-Zadeh Roumi (1420-1425), comprenant deux pièces, surmontées de hautes coupoles bleues. La plus grande des deux pièces est carrée, avec quatre iwans en croix. Deux mausolées sont en suite disposés face à face : le mausolée de l'émir Hussein (1376), et le mausolée de l'émir Zadé (1386) avant de laisser place à deux autres mausolées à la décoration particulièrement riche : le mausolée Chadi Moulk Aka, premier édifice timouride de Samarcande, et le mausolée Chirin Bika Aka. Le mausolée Chadi Moulk Aka est celui d'une nièce de Tamerlan. Le mausolée Chirin Bika Aka est celui d'une soeur de Tamerlan. Plus loin, après des mausolées restés anonymes, sur la gauche, sur la gauche, on peut observer le mausolée Ali Nassafi (vers 1385),puis le mausolée de l'émir Bourondouk, général de Tamerlan. Sur le même côté, on trouve la mosquée et le mausolée de Touman Aka (1404-1405), épouse de Tamerlan, le mausolée Khodja Ahmed (vers 1350, donc l'un des plus anciens, qui a pu servir de modèle pour le reste de la nécropole) et le mausolée de Koutloug Aka (1361), autre épouse de Tamerlan. Enfin, la voûte d'un portique conduit à la mosquée Koussam Ibn Abbas, composé d'un rectangle à trois coupoles.

Cette visite impromptue de la nécropole nous a surpris sur tous les plans. A peine avoir franchit le portail d’entrée, payé notre ticket d’entrée, notre curiosité et notre nationalité nous ont permis d’obtenir le couvert auprès des gardiennes du lieu. 45 minutes de rigolades, d’échanges culturels, de présentation familiale à travers nos smartphones respectifs et de… plov. Ce plat national que nous n’avions toujours pas goûté avant ce moment. Il était temps de digérer et de découvrir l’endroit.

Après avoir gravit les marches en les comptant sous peine de devoir le refaire une quarantaine de fois jusqu’à que le compte soit bon, je me suis sentie comme félicitée d’avoir accomplie l’effort. Une succession de tombeaux, s’enfilant les uns après les autres nous laissant évolués au sein d’un corridor. Tous plus beaux les uns que les autres. Mes yeux ne savaient pas où s’arrêter. Un showroom de mosaïques bleues. Un délice. Mon coup de ♥ !

itwia_ouzbek_samarkand34itwia_ouzbek_samarkand37itwia_ouzbek_samarkand39itwia_ouzbek_samarkand42itwia_ouzbek_samarkand43itwia_ouzbek_samarkand45

itwia_ouzbek_samarkand57itwia_ouzbek_samarkand59itwia_ouzbek_samarkand33itwia_ouzbek_samarkand32

> Prendre n’importe quel repas au Kyzyl Chaixona, la « maison de thé rouge » située au milieu du bazar Siob, un havre de paix au milieu du brouhaha du marché. Notre cantine durant ces 4 jours, où nous avons mangé le meilleur lagman du pays!

> Ne pas diner chez Karimbek. Déception ultime dans ce qui se devait être le meilleur restaurant de la ville. Sublime maison mais nourriture fade et sans âme.

> Dormir chez Bahordir B&B ($30 la chambre double) une charmante guesthouse familiale à deux pas du Registan, où le petit déjeuner est roi et où il n’est pas bon de refuser le traditionnel thé. J’imagine que durant l’été la cour intérieur verdoyante de plantes doit être un spot au top.

itwia_ouzbek_samarkand67

itwia_ouzbek_samarkand55

Ainsi j’ai vu Samarcande. Ce nom qui résonne dans ma tête depuis plusieurs années, le titre d’un livre d’Amin Maalouf, que j’ai lu, arrêté, repris et finis ici. La boucle se boucla.

itwia_ouzbek_samarkand54

* Toutes les photos de moi ont été prises par Kares Le Roy.

Instagram_Hashtag_Uzbekistan

Une réflexion sur “SAMARCANDE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s