Carte postale du … Chili

CHILI

Aujourd’hui, d’un endroit où je n’ai pas mis les pieds, mes amis, pour me faire rêver, m’envoient une carte postale.

C’est Solène F. qui se lance pieds et mains liés dans le vide, du haut de Valparaiso et Santiago et même au-delà de Temuco, en nous emportant dans son sac à dos.

itwia_sf_chili26

Chère ITWIA,

OLA, QUE TAL ? Bienvenue au Chili ! {Attention destination sérieusement addictive !}
 
Des images encore plein les yeux, je t’écris cette petite carte postale from MIAMI, longue escale de retour après ces 3 délicieuses semaines de voyage. Que de découvertes faites dans cet étroit, mais Ô combien ravissant pays.  Etroit certes, mais s’étalant sur plus de 4300 km de long tout de même ! Distance qui sans aucun doute configure la diversité et la singularité du Chili.
Particularité géographique : le nord, très sec avec le désert d’Atacama (le plus aride au monde soit dit en passant), et le sud avec ces paysages contrastés, en Patagonie, qui se partage entre parcs nationaux, paysages marins et glaciers. Rien que ça !
Tu l’auras compris, en 3 semaines de séjour, il est malheureusement i.m.p.o.s.s.i.b.l.e de tout faire ! Je vais donc te parler de ce que j’ai pu faire, la zone centrale, qui elle bénéficie plutôt d’un climat méditerranéen.
 
Le voyage débute, of course, à Santiago : énoooorme ville moderne et si polluée qu’on distingue à peine les Andes au loin, composée de différents « barrios » (quartiers) plus ou moins branchés, plus ou moins intéressants aussi…Cette capitale -là aussi on y trouve du street-art disséminé un peu partout, pour mon plus grand bonheur-, je ne m’y attarderai pas. Non pas qu’elle ne soit pas intéressante car elle regorge de musées, centres culturels et autres réjouissances, mais on ne va pas au Chili pour rester à Santiago 🙂
Après 2 jours à la capitale, où mes papilles ont été initiées aux fameux « pisco sour »* et à la gastronomie péruvienne avec ses délicieux « ceviche »*¹, direction pour le long week-end du 1er mai à Isla Negra au bord de l’océan pacifique !
Cadre spectaculaire balayé par le vent où j’ai pu y admirer l’incroyable demeure de feu Pablo Neruda, et l’un des plus beau coucher de soleil de ma vie. Ajoutez à cela une plage où les vagues atteignent des hauteurs insoupçonnées, un barbecue au soleil (et oui, ici aussi c’est indispensable), une seconde pause ceviche à Algarrobo et vous aurez passé quelques jours de mise en situation forts agréables !
 
Retour à Santiago pour repartir cette fois vers l’Araucanie et Temuco, ville ouvrière avec une forte culture « mapuche »*² (les filles, filez au « Mercado municipal » pour vous dégoter de jolis bijoux Mapuche pas chers) et porte d’entrée vers la Región de Los Lagos(région de lacs), 1ère partie du voyage.
Bref détour par Chochol et sa fondation, où on est censé pouvoir rencontrer des femmes Mapuche travailler sur place ; il y a d’ailleurs un dépôt-vente de produits de qualité (tapis, vêtements et accessoires). Mieux vaut toutefois les contacter avant pour y croiser du monde… Bon, la visite fut quand même intéressante car une gentille stagiaire française nous expliqua le fonctionnement de la fondation, ses missions et ses projets pour le maintien d’une collaboration qui permette de faire vivre et subsister cet artisanat local.
Los Lagos, jour 1 : La ville plutôt paisible de Villarrica sera la 1ère étape de la visite de cette jolie région mais nous n’y ferons qu’une courte halte ; ceci dit un passage sur les berges du lago Villarrica pour admirer la vue offerte par le volcan peut être une option. Petite excursion dans un des nombreux parcs nationaux de la région, ici le Parque Nacional Huerquehue. Y aller assez tôt pour avoir le temps de faire le parcours en entier avant la tombée de la nuit : et oui, en hiver, la nuit tombe très très vite.
Prochain arrêt Valdivia, souvenir particulier car légère mésaventure : vitre arrière cassée dans la nuit, long arrêt chez les carabineros pour y faire une déclaration, précisons qu’ici, c’est payant. (Petite dédicace au sympathique monsieur haut gradé qui m’y a offert un magnifique calendrier et, pendant notre discussion, s’est amusé que la fumée de la récente éruption du Calbuco aille chez ses voisins argentins. Comme quoi, il faut savoir dédramatiser de tout). 1000 mercis au passage au gentil patron de l’hôtel francophone, qui a tout géré, et permis de rendre la situation beaucoup moins dramatique!
[Bon à savoir : Si tu loue une voiture il faut donc ABSOLUMENT ne rien laisser dedans ; au Chili, les vols de voiture ou les pillages sont assez fréquents.]  
Avant de repartir, bref ballade sur le marché où ses poissons et fruits de mer sont de taille spectaculaire. En passant par le port, beau street-art again ; on y voit que la question du maintien d’une pêche artisanale et respectueuse est plus que jamais d’actualité -revendication que je retrouverai d’ailleurs dans d’autres villes-.
Passage éclair par Puerto Montt pour y changer de voiture, puis direction Pargua pour prendre le ferry, qui en 30 minutes t’amène sur la 2ème plus grande île d’Amérique du sud, l’Isla Grande de Chiloé, étape obligée.
 
Singulière à de nombreux titres, Chiloé est notamment connue pour son architecture spécifique : ses « palafitos »*³, ses « tejuelas »*⁴ et ses quelques 150 églises en bois construites entre les XVIIIe et XIXe siècles -dont 16 inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO-.
On séjournera 3 jours dans ce paysage un poil pluvieux mais assez unique, s’arrêtant à Castro « la grande ville », capitale moderne et animée, traversant nombre de petits villages typiques de pêcheurs, découvrant quelques églises à ne pas manquer et se régalant de poissons frais tout en testant également des spécialités de la gastronomie locale parfois déroutants (amis curieux, le « curanto » et la « paella del mar » sont en effet à réserver aux vrais amoureux de fruits de mer)!! C’est aussi là où je me dégoterai de jolis souvenirs artisanaux locaux.
On restera un jour à Ancud, sale temps ce jour là, mais cela permettra de se cultiver un peu en allant au Museo Regional Aurelio Borquez Canobra, belle rétrospective de l’histoire et de la culture de l’île, et au Centro de Visistantes Inmaculade Concepcion, qui présente de superbes maquettes des églises classées. Ceci dit, c’eût été mieux de parler espagnol pour comprendre les textes.
 
On quitte Chiloé la belle et on remonte doucement, en passant cette fois par Puerto Varas, charmante ville bourgeoise où il faut entre autre aller admirer le lac Llanquihue, qui nous offre un panorama sur les volcans Osorno et Calbuco. Un héritage allemand encore marqué, on parcourt à pied un bout de la ville explorer ces belles demeures, encore en bon état. Pas le temps de tester les nombreuses offres de sports aquatiques et autres activités sportives possibles dans les alentours, on file faire un très plaisant petit tour en voiture autour du lac Llanquihue, observer les volcans d’un peu plus près.
(Petit conseil après coup : la région des lacs mériterait 1, voire 2 ou 3 jours de plus pour en profiter pleinement!).
 
Voilà, les grandes étapes 1 & 2 sont terminées ; adieu les lacs, adieu les petit ports de pêche, on remonte vers Temuco rendre la voiture. On attend de longues heures le bus de nuit qui doit nous ramener à Santiago. Prochaine ville du voyage qui clôturera ce séjour chilien : Valparaíso !!
Ahhh, Valparaíso (Valpo pour les intimes), on en a tant chanté tes louanges, vanté tes mérites, que l’arrêt ici était inévitable. Tant pis pour les vignobles ce sera une prochaine fois, et en route pour 3 jours d’immersion dans la 2ème ville du pays, 1er port du pays et place des instances nationales (Congrès, marine chilienne, service des douanes..). Ville jeune, dynamique et assez engagée, on y vient pour déambuler à pieds ou en empruntant les « ascensores »*⁵ (dont le plus ancien date de 1883), reliant le bas de la ville à ses 42 « cerros » (collines).
Son centre historique -déclaré patrimoine culturel de l’humanité par l’Unesco en 2003- est splendide, mais pour vraiment s’imprégner il faut aller au-delà, dans les quartiers moins touristiques, se perdre dans ses rues labyrinthiques et admirer les innombrables œuvres de street-art qui font de cette ville un endroit si particulier.
Voilà, je te passe les détails des supers restos, boutiques et endroits so cools qu’on a vus, il est l’heure de rentrer à Santiago faire les derniers achats et prendre notre vol de retour…Le Chili c’est fini, et c’est tellement cooool que j’y reviendrai, pour sûr !!
 
Solène F.
 
PS :  Je n’ai pas parlé des chiliens, adorables même si on a peu eu l’occasion de discuter, très discrets mais serviables ; et des chiens, que dire, de l’innombraaaable quantité de chiens errants qu’on trouve dans tout le pays ! Tellement qu’on finit en fait par les oublier tant ils font partie du paysage .
* (splendide apéritif à base d’eau de vie de raisin, avec citron vert et blanc d’oeuf)
*¹ (poisson cru mariné dans une sauce, perso un « ceviche de reineta en cuatro salsas », avec agrumes et yaourt, c’est à tomber)
*² (Les Mapuches – peuple de la Terre- constituent le principal groupe indigène du Chili)
(typiques maisons  colorées construites sur pilotis, aujourd’hui classée monument historique)
*⁴ (morceaux de bois recouvrant toutes les façade des maisons)
*⁵ (funiculaires, Valparaiso en compte 15)

itwia_sf_chili18itwia_sf_chili10itwia_sf_chili11itwia_sf_chili32itwia_sf_chili17itwia_sf_chili6 itwia_sf_chili5 itwia_sf_chili8itwia_sf_chili9 itwia_sf_chili13itwia_sf_chili12 itwia_sf_chili24itwia_sf_chili28itwia_sf_chili27itwia_sf_chili35 itwia_sf_chili16 itwia_sf_chili14 itwia_sf_chili21itwia_sf_chili3 itwia_sf_chili22itwia_sf_chili30itwia_sf_chili29itwia_sf_chili34itwia_sf_chili1 itwia_sf_chili20

# SANTIAGO

> Sortir au barrio bellavista pour sa vie nocturne et le patio Bellavista pour son artisanat.
> A voir : le cerro Santa Lucia pour un pique-nique et pour le panorama.
> A faire : une balade artistique au  Parque de las Esculturas, agrémenté d’une vingtaine de sculptures d’artistes contemporains
> Acheter de l’alcool : vous trouverez près du Mercado central du vin chilien délicieux et pas trop cher, et bien entendu une bouteille de Pisco.

# VALPARAISO

> Pour une introduction de 3h à l’histoire de la ville, opter pour le « Tours4tips » www.tours4tips.com
> Marcher partout, perdez-vous dans les cerros et régalez-vous des œuvres de street-art, vous pouvez aussi vous posez en hauteur dans un des nombreux bars ou restos branchés
> Essayer le Bendita Pasta, resto italien hype à Valparaiso, bon et très beau.
> Déguster de délicieux cocktails à base de bière dans le très beau et branché Casa cervecera Altamira.
> Passer faire vos emplettes dans le magasin équitable Casa Maïa, tenu par des français amoureux du pays.

# ISLA NEGRA

> A faire : Piquer une tête dans l’Océan Pacifique à Isla Negra et profiter du coucher de soleil.
> A voir :  la maison de Pablo Neruda – remplie de monde mais qui vaut le détour.

# PUERTO VARAS

> Dormir à l’Hostal Rencoret à Puerto Varas, qui doit être super quand c’est ouvert (en basse saison, ils le disent pas mais c’est fermé).
Sinon, pour les petites budgets et l’ambiance étudiante, l’auberge de jeunesse Margouya 2 Patagonia tenue par un français est sympa, propre et confortable. L’hôte adorable et en plus il propose pleins de choses.
> A faire : Se garder du temps pour une vraie excursion nature dans un parc national dans la région des lacs ET un saut dans les thermes qui y sont nombreux.

# TEMUCO

> Shopper :  Mercado municipal pour y faire vos emplettes souvenirs ; on trouve de tout, du bien comme du sans intérêt, et au marché de la Feria Pinto pour les épices.

# CHILOE

> A voir : les églises, choix à déterminer avant, crush pour celle de Tenaun.
> Déguster du poisson frais et des ceviches.
itwia_sf_chili25

Suivez ma copine Solène sur son Pinterest > pinterest.com/solenefeuerback

Bisou.

IN SOUTHEAST│BRAZIL i am…

BRESIL

bresil_fiche_info

Le Brésil, c’est le pays qui rien qu’à son énonciation vous réchauffe la peau, c’est le pays qui fait trémousser votre corps sur les chansons de Joao Gilberto, c’est le pays photogénique de Sebastião Salgado, c’est le pays aux cultures métissées couleur cacao.

Une sorte de continent dans le continent sud américain, c’est pour cette raison que je vous présente ici seulement un itinéraire entre São Paulo et Rio de Janeiro. Un jour j’espère je parcourrai les 8000 km de côtes ou même les 8 512 000 km² de terre (16 fois la France) qui le composent.

600km sur la côte atlantique… Valeu meu irmao!

L’itinéraire a été le suivant : SAO PAULO > PARATY > ILHA GRANDE > RIO DE JANEIRO

itwia_bresil_ilhagrande2

 

#1 São Paulo

Mégapole habitée par plus de 11 millions d’habitants, São Paulo se veut multiculturelles, polyethniques, et de surcroit la plus grande ville du Brésil (1523km²).

Commencer par se rendre à la Estacion da Luz bâtie entre 1895 et 1901 puis zigzaguer dans les allées de Bom Retiro (le Sentier de São Paulo) et halluciner sur les PIXACAO qui envahissent les murs de presque tous les buildings.

itwia_bresil_saupaulo7

 

> A voir : la Pinacoteca de São Paulo près du Parque Luz.

Le quartier central de Republica sera le point de départ de cet itinéraire entre les grattes-ciel : l’Edifício Italia (160m), l’Edifício Copan (140m) pour ensuite monter en haut de la Banco Do Brazil. Il faudra ensuite errer sur la Vale do Anhangabaú, ce parc urbain qui sillonne à travers les grattes-ciels pour continuer jusqu’au MASP (Museu de Arte de Sao Paulo) et prendre une dose de culture artistique locale.

> Shopper des Havaianas dans l’une des nombreuses boutiques qui jonchent le quartier.

> Déjeuner au Mercado Municipal (localisation ici), zigzaguer dans les allées et goûter un pastel de bacalhau.

> Gouter d’un Chocolate Grende au bar Salve Jorge de Centro.

itwia_bresil_saupaulo1 itwia_bresil_saupaulo4

 

Commencer par remonter la célèbre Avenida Paulista jusqu’au quartier résidentiel huppé d’Higienopolis. Ce dernier est un laboratoire architectural des années 50. Garder la tête en l’air pour contempler les buildings : le Bretagne ce bâtiment de 18 étages à la toiture colorée et décomplexée, l’Edificio Louveira dont les façades aux volants coulissants passent du jaune au rouge selon les ouvertures de ceux-ci. Finir sa journée à chiller au parc d’Ibirapuera, le poumon vert paulistien dans lequel se cache le Planétarium et le Museu AfroBrasil.

itwia_bresil_saupaulo9 itwia_bresil_saupaulo10 itwia_bresil_saupaulo14 itwia_bresil_saupaulo3 itwia_bresil_saupaulo2

> A faire : s’extirper de la ville vers la côte et la station balnéaire de Praia Cambury.

> Dîner dans une Churrasqueira, restaurant de viandes grillées à volonté végétarien s’abstenir  : Marius Degustare LemeCarretão Ipanema, Fogo de Chão, Churrascaria Palace Copacabana ou encore Porcâo Rio’s.

> Dormir à l’hôtel Unique ou au moins aller y prendre un verre sur le rooftop au bord de la piscine.

#2 Paraty

… 290km de São Paulo

Petite cité fondée en 1600 par les Paulistes* qui y embarquaient de l'or vers le Portugal, tour à tour refuges de pirates et de corsaires, elle est aujourd'hui une destination touristique très recherchée pour ses plages et ses 65 îles environnantes. Faite de petites maisons basses, de sobrados bourgeois (…) et de 22 rues pavées interdites aux automobiles, elle garde un charme d'antan.

> A voir : ses églises (Santa Rita, Nossa Senhora do Rosario, Matriz, Santa Cruz), son fort Defensor Perpetuo en surplomb de la ville coloniale, le quartel Da Patitiba une ancienne prison transformée en bibliothèque, ses criques désertes digne d’un Robinson.

itwia_bresil_parati7 itwia_bresil_parati17 itwia_bresil_parati1 itwia_bresil_parati16

 

> A faire : glisser sur l’énorme pierre lisse qui se transforme en toboggan de Cachoeira do Penha, une cascade à 10km de la ville au coeur d’une forêt (carte ici).

itwia_bresil_parati4 itwia_bresil_parati3 itwia_bresil_parati2

> Diner au Marguarida Cafe juste pour le cadre de l’endroit et parfois pour la qualité des concerts live.

> Loger dans le quartier historique dans l’une ou l’autre des pousadas mais surtout au Historic Centre Hostel, une guesthouse pour moins de $10.

* qui signifie « de São Paulo »

Website / www.paraty.com.br

itwia_bresil_parati5 itwia_bresil_parati6 itwia_bresil_parati12 itwia_bresil_parati18itwia_bresil_parati19itwia_bresil_parati9 itwia_bresil_parati13 itwia_bresil_parati11 itwia_bresil_parati14 itwia_bresil_parati15

 

#3 Ilha Grande

La « Grande Île », la plus grande île de la baie d’Angor Dos Reis, est un véritable sanctuaire écologique. 95% de la forêt originale y est préservée.

Rejoindre l’île depuis le port d’Angra Dos Reis jusqu’à Abraao

 * Du lundi au vendredi  : Angra-Abraao  – Horaires / 15:30  – Abraao-Angra  – Horaires / 10:00
* Samedi, dimanche et jour férié : Angra-Abrao  – Horaires / 13:30 — Abrao-Angra  – Horaires / 10:00

Tarif / R$ 4,80

Website / www.grupoccr.com.br

Il sera fort pratique en tant que touriste de planifier une excursion en bateau si vous voulez faire le tour de l’île de manière rapide. Cela  vous mènera de Lago Azul à Playa Fregesia de Santana. Une fois à bord plongeons et poissons rythmeront votre journée.

itwia_bresil_ilhagrande1 itwia_bresil_ilhagrande7

 

Il sera éprouvant aussi de marcher à travers la jungle sur les sentiers balisés. Le point culminant est Pedra d’Agua avec 1031 mètres d’altitude et le Pico do Papagaio qui atteint 987 mètres.

> A faire : un trek 12km environ -dénivelé maximum de 400m- dans la jungle d’une durée de 2h30 pour atteindre la plage de Lopes Mendes, idyllique avec ses 3 km de sable blanc, son eau transparente et ses amandiers.

> A voir/entendre : le sable crépité sous ses pieds sur la sable de Lopes Mendes 

> Dormir au Hollandês dans l’une des petites cabanes/tentes au coeur de la fôret.

Website / www.ilhagrande.com.br

itwia_bresil_ilhagrande4itwia_bresil_ilhagrande12itwia_bresil_ilhagrande14itwia_bresil_ilhagrande6 itwia_bresil_ilhagrande3 itwia_bresil_ilhagrande5 itwia_bresil_ilhagrande9 itwia_bresil_ilhagrande10itwia_bresil_ilhagrande15 itwia_bresil_ilhagrande11itwia_bresil_ilhagrande13

#4 Rio de Janeiro

Peuplée par 12 millions de personnes, longée par 36km de plage, la ville merveilleuse, mondialement connue pour son carnaval l’est également pour la majestueusité de la baie de Guanabara entourée de sommets de granite.

Rio_Panorama copy

A vous aussi de jouer les cariocas, de faire votre jogging sur la promenade de Copacabana, de jouer au futbol sur le sable de Leblon et de prendre des cours de samba dans l’une des écoles qui paradent durant le carnaval.

+ Pour cela louer un appartement avec vue sur la mer via AirBnb ou expérimenter la vie des favelas en logeant au Favelinha, perchée sur la colline Pereira da Silva.

AirBnb_Bresil_Rio

> A faire jour #1 : Centro et ses buildings (centre d’affaire), le siège de la compagnie Petrobras, la Cathédrale Métropolitaine (pyramidale, monumentale, inoubliable), la confeitaria Colombo (une brasserie de chocolat), le Real Gabinete Portuguez de Leitura (une bibliothèque digne d’un Harry Potter).

itwia_bresil_rio14itwia_bresil_rio5 itwia_bresil_rio2 itwia_bresil_rio4

> A faire jour #2 : Se balader dans les quartiers de Santa Theresa -aux ruelles pavées et tortueuses, avec ses vues spectaculaires sur la baie, est certainement l’un des plus pittoresques de Rio – ses antiquaires, son esprit bohème…  La manière la plus attrayante d’y accéder est de prendre le célèbre bonde elétrico (tramways) construit en 1896 , longer les arcades et graviter de bars à samba à bars à samba dès la nuit tombée dans le quartier de Lapa.

itwia_bresil_rio1 itwia_bresil_rio20 itwia_bresil_rio19

 

> A faire jour #3 : Se promener dans les favelas Vila Canoas la petite tranquille ainsi qu’à Rocinha l’immense « dangereuse ».

De la première il faut retenir : ses superpositions d’habitat, son école financé par le directeur de Fiat-Brésil ainsi que par l’organisation qui nous permet ce tour.

De la seconde : son cartel de drogue, l’interdictions de prendre des photos vers le sommet** d’une morne sur lequel elle trône.

L’organisation de cette visite -que je n’avais absolument pas ressentie comme ostentatoire ou intrusive- a été possible grâce à l’association Favela Tours qui vous permettra une immersion dans la City of God. Les discussions joyeuses avec les habitants vous enrichiront  sur le plan culturel et les explications sociales vous permettront de comprendre l’ultra organisation de ces quartiers autosuffisants.

Website / www.favelatour.com.br

itwia_bresil_rio13

 

Prendre le téléphérique en fin de journée pour rejoindre la sommet du Pão de Açúcar gardien solitaire de l’entrée de la baie haut de 395m et contempler la vivante du jour à la nuit.

itwia_bresil_rio10 itwia_bresil_rio6 itwia_bresil_rio15 itwia_bresil_rio18

 

> A faire jour #4 : Réserver sa journée pour le Parque Nacional da Tijuna (plus grande forêt urbaine au monde) et enfin grimper au plus près du Christ Rédempteur au Corcovado. Cristo Redentor, bras en croix, se dresse sur le pic du Corcovado d’une hauteur de 710 mètres et que l’on peut apercevoir de tous les quartiers de Rio. La statue mesure 38 mètres de haut. Pour visiter le Christ Rédempteur le prix de l entrée est de R$43, depuis Copacabana prendre le bus pour seulement R$2,95.

Question budget si vous en avez les moyens un tour en hélicoptère s’impose avec la compagnie Viator  pour 11″ de survol (se souvenir de NYC vue du ciel).

VIP Viator : survol de Rio de Janeiro : 191€

itwia_bresil_rio16

 

> Dîner au Rio Scénarium malgré ses airs d’attrape touriste le spectacle et la nourriture sont saisissants. Splendide salle de concert de 3 étages, 2000 objets constituent cet espace hors du temps, so carioca!

> A voir :  un match de football de l’équipe de Fluminense  ou de celle de Flamengo au mythique stade Maracanã avec 100000 autres fans du ballon rond.

Les Plages

Ipanema, Copacabana ou Leblon, 3 doux noms qui bordent la cité de Dieu. A chaque jour sa plage.

  • Ipanema : un mot guarani signifiant « mauvaises eaux » qui en doit en rien vous effrayer sauf peut-être d’imaginer que ça y est vous êtes au paradis. Rassurez-vous, la mort est loin.
  • Copacabana : avec son prolongement au nord avec le Leme -la plage atteint six kilomètres de longueur- elle dessine une courbe parfaite qui reste certainement la plage préférée des étrangers, ses mosaïques portugaises dessinant le sol de la promenade en font une plage unique au monde.
  • Leblon : un des quartiers les plus bourgeois de Rio de Janeiro, situé entre la célèbre Ipanema, le Lagoa, le Jardin Botanique et les Deux Frères (Dois Irmãos). Leblon tire son nom de l’ancien propriétaire des lieux appelé « Le Blond ».

 

itwia_bresil_rio12itwia_bresil_rio22 itwia_bresil_rio9 itwia_bresil_rio11itwia_bresil_rio23

> Déjeuner chez Miguel & Joaquim sur le front de Copacabana une churascaria à devenir végétarien 🙂

> A voir : le soleil se coucher entre les Dois Irmãos et applaudir pour le remercier de la journée passée.

> Rêver dormir au Copacabana Palace R$1900 (600€) la nuit ou plus accessible dans le luxe au Sheraton Rio (photos ci-dessous de mon ami Jey © Instagram @ll_cool_jey)

SheratonRio2_1000px

 

#5 Niteroi

Située à 13km de Rio, cette ville originellement amérindienne détient le gage de meilleur qualité de vie du Brésil. On y va surtout pour l’architour qu’elle propose. Promenade urbaine composée de 9 buildings d’Oscar Niemeyer et qui était censé faire de la ville fin 2005, celle abritant le plus d’ouvrage de l’architecte-urbaniste natif de la cité. Seul le Teatro Popular est sorti de terre. Le mémorial Roberto Silveira pointe le top de son dôme, la Fundaçao Oscar Niemeyer en chantier.

> A ne pas rater : le MAC Niteroi (Museu de Arte Contemporânea). Cette soucoupe volante surplombant la baie. Incroyable, intemporelle, surprenante, …

itwia_bresil_niteroi1itwia_bresil_rio24 itwia_bresil_niteroi2 itwia_bresil_niteroi3

#EPILOGUE 

Je garde aux pieds des tongs Havaianas qui me permettent de danser sur des airs de bossa nova en sirotant une caipirinha.

Hey, j’ai dansé un soir de carnaval
Dans l’enfer de la nuit tropicale
À Rio, do Brasil, à Rio, de Janeiro
Hey, j’ai laissé mon cœur auprès de toi
Accroché aux rues des Favellas
À Rio, do Brasil, à Rio, de Janeiro

itwia_bresil_rio3 itwia_bresil_rio25 itwia_bresil_rio7

* LIENS

www.brazilveo.com

www.terre-bresil.com

#TENHA UMA BOA VIAGEM 

Instagram_Hashtag_Brazil